Archives du mot-clé France

The elections against democracy?

Les élections contre la démocratie ?

 

français

Democracy is not limited to free elections that apply the principle of one person, one vote. But even confining itself to such a restrictive conception of democracy, it can be seen that in two old democratic countries of the West, the United States and France, the last elections have only respected the principle in a very formal way. In a few months, these elections have profoundly changed the political situation. At the domestic level and for the United States well beyond.

 In the United States, Hilary Clinton won nearly 66 million votes (48.03% of the votes cast) and Donald Trump nearly 63 (45.94%) in the presidential election. But because of the electoral system, it is Donald Trump with 304 Great voters against 227 for Hilary Clinton (56.5% against 42.2%), who was elected president of the United States! This is the fifth time the phenomenon has occurred. In 1824, 1876, 1888, 2000 and 2016, the president-elect was not the candidate with the most votes.

This is due to the fact that virtually all states use the winner takes all rule, the winner takes everything, which attributes all the major voters of the state to the candidate who has received the majority, relative or absolute, of the votes. Some states are predominantly partisan, or republican or democrat. In this case, whether the dominant party receives 55% or 65% of the votes does not change anything, all the Great voters are attributed to him. On the other hand, in a swing state, the two dominant parties are substantially equal. It only takes a few thousand votes to switch from one party to another so that all the delegates of that state change sides.
This system explains the victory of Donald Trump.
The phenomenon has been known for a long time. And accepted.

The United States today is not very different from yesterday but the policy of the last white president is not exactly the same as that of the first black president! From immigration policy or obamacare inside to positions in foreign policy, on Cop 21, relations with NATO and the European Union or the Middle East …

This seems to illustrate the old slogan,élection, piège à cons, which means, conventionally, that elections are useless. In the specific case, some must regret their non-participation in the vote …

 Another way of democratically escaping from democracy is, what is called in France, the electoral punching of constituencies, in the United States gerrymandering: partisan gerrymandering, party-oriented charcutting when the goal is to accentuate the advantage of a political party, and racial gerrymandering to increase or limit the political weight of a racial minority. This term was born in 1811 when Governor Elbridge Gerry drew a riding in the shape of a salamander to favor his party.

Finally, the number of delegates allocated to each state varies widely: from 1.41 in California to 5.12 in Wyoming, per million inhabitants.

In France, the majority electoral system with two rounds in the presidential and legislative elections with legislative presidential elections entails an even greater distortion between the political forces in the population and in the national representation.

Emmanuel Macron, with 24% of the votes in the first round of the presidential election and 28% in the first round of the legislative elections for his party and 43% in the second, won the post of President of the Republic without any counter-power in the National Assembly but on the contrary a strong absolute majority (308 out of 577). Majority very close to the president because a good part has no personal implantation in his constituency. These candidates were nominated by the president himself and his close guard and were elected on his own name. This allows him to exercise a republican dictatorship, in principle for the next 5 years.
Finally, the program of Emmanuel Macron was known partially and belatedly, as well by the voters as by the persons who were candidates or even elected to the legislative ones.

This does not affect the legality of the election of Emmanuel Macron and his majority. And the dispute can not come, in any case, from those who have been in power until then. They did not change the electoral rules whenever they could, as well as Nicolas Sarkozy and Francois Hollande, because they had taken advantage of it and still hoped to remain in power although they were in the minority in the country, as evidenced by the polls and the results of all by-elections during their quinquennium.
It is also good practice to challenge the legitimacy of the latter election as a result of the high proportion of abstentionists, white or null votes. But this invalidates the system and especially the previous majorities that the president. The other candidates can not rely on superior results.

Les élections contre la démocratie ?

Nevertheless, the extent of the powers available to the President makes one think of the dictator of the Roman Republic: an extraordinary magistrate held full powers for a mandate which could originally not exceed six months. This has not always been the case. Here, except accident, Emmanuel Macron is in power for 5 years. Whatever the results of the polls or of the by-elections or local elections to come.
In the United States, Donald Trump is only elected for 4 years and legislative elections are held every 2 years that can question the Republican majority in Congress.

The first decisions of the President of the Republic show his willingness to make full use of the possibilities offered by the Constitution and to increase his freedom of maneuver: the will to take measures quickly through the use of ordinances, Article 49 -3, extension of the state of emergency, integration of possibilities offered by the state of emergency into normal legislation, assignment of quaestor to the opposition of his majesty and not the opposition party (? ) the most important of the National Assembly, declaration in front of the parliament in Congress in Versailles, which is on the eve of the speech of the Prime Minister in front of the National Assembly which seems to remind the latter its second role in the conduct of government policy, attachment to the President of the Republic of the coordination cell to fight against terrorism, election-nomination of a friend, control of the speech of ministers and their relations with the press, the skilful elimination of François Bayrou, who had created minor problems at the time of the legislative elections, who wanted to be in the government and retain his right to an independent speech, not having sufficiently taken into account that the votes of his group were not necessary to the new president to have an absolute majority in the National Assembly …

Emmanuel Macron, as usual, does not waste time, ensures his bases, solidifies his power as long as he enjoys the support of a parliamentary group, for the moment charmed and held, of public opinion according to the polls before proceeding with legislative measures …

Les élections contre la démocratie ?

Similarly, it has undertaken some maneuvers to obtain an important if not preponderant place at European level. It is not clear that this is so easy. At the symbolic level, the invitation of Donald Trump, the statements on the Cop21 go in this direction. The handshake with Donald Trump whose strength has been magnified to show the place that the president wants, has probably had another interpretation, on the other side of the Rhine, after the affront of Donald Trump to Angela Merkel during their meeting. And short sentences are now beginning to be heard by the Bundesbank President or Angela Merkel, herself, at their press conference …

But President Macron needs concrete results at the economic and budgetary level to make his European positions appear as something other than Gallic sufficiency.

The seizure of power by Emmanuel Macron was quickly carried out at the electoral and institutional level. For the moment, he is on the post-electoral cloud, adored by many despite the sprawl to traditional democratic practices, he can hope to have put on his side all the assets to tackle the measures he wants to impose on French society .
It remains to be seen what will be its answers ……

Les élections contre la démocratie ?
Les élections contre la démocratie ?
Publicités

Second round and after?

Second tour et après ?
In the first round of the presidential election, 4 candidates obtain around 20% of the votes cast. The others behind Benoît Hamon (6.36%) and Nicolas Dupont-Aignan (4.7%), each get less than 2%.
These 20% do not have the same meaning for all applicants. They give Emmanuel Macron and Marine Le Pen the opportunity to participate in the second round.
It is a remarkable personal success for Emmanuel Macron, unknown a few years ago, having never faced universal suffrage, without any apparatus. He was able to create around his person with a fuzzy program, an impressive dynamic by the media and political people that he provoked. Supports the young candidate harvests throughout the political spectrum. In the media. Aided by the great fear aroused by the possible victory of Marine Le Pen and the floats in the extreme right, disoriented by the misadventures of his stubborn champion.

Asset and problem for Emmanuel Macron: the overflow of disparate rallies, in view of the legislative elections. Candidates, more or less known, today and yesterday, coming from the center, the right or the left, ready to pursue the policy of Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Holland but expecting some rewards …
Perhaps, Emmanuel Macron could hire Francois Hollande as adviser to the synthesis …

Marine Le Pen did not arrive, as she hoped and as many announced, at the head of this first round. Nevertheless, she continues to increase in number of votes and in percentage compared to the previous presidential elections.
Considering assured her popular base, she is pursuing a second-round policy by widening her base to the right with Nicolas Dupont-Aignan and returning on promises of retirement at age 60, on the exit of the euro not for to morrow….

We must thank François Fillon. To have, by his stubbornness and his shattering social program, eliminated the right of the presidency. To have revealed how easily the virtuous right is ready to become the extreme right when it finds a champion, apparently clean on him, with the just ostentation that allows to recognize the good society. Fraudster of social fraud, it is by no means hampered by small family arrangements, small gifts between friends.
The eternal contradiction between the moralism displayed for the common people and the morality practiced between one another.

The biggest increase is that of Jean-Luc Mélenchon, rising from 11.10% in 2012 (3 984 822voices) to 19.58% (7 060 885) in 2017 when he could not count neither on a decided party, nor on an important network of elected officials, the difficulty in collecting signatures has clearly shown. And with media more interested, initially, by his character, then by his qualities of speaker, finally by his international tropisms but much more rarely by the work in the elaboration of his program, he has built with the social and the ecological, by his desire of a new democracy with the participation of the maximum number of citizens, by his will to attack the far right vote and abstention (caravans for registration on the electoral roll). In the face of the mobilizations he provoked, the media ended by discovering that he had partially circumvented them by its own means.

During this first round, there has already been talk of the useful vote in favor of Emmanuel Macron. It is not unrelated to the fact that Jean-Luc Mélenchon can not participate in the second round, he missed only 600,000 votes. Nationally, it receives 19.58% of the vote. This percentage is between 27 and 30%, according to the surveys, among 18-24 year olds, twice 2012, 24% among workers, and 22% among employees.
Among Muslims, the most secular candidate of the presidential election obtained 37% of the votes (20% in 2012) against 24% for Emmanuel Macron, 17% for Benoît Hamon, 10% for François Fillon and 5% for Marine Le Pen (Poll Ifop – Le Pèlerin).

Second tour et après ?Since the beginning of the electoral campaign, many are giving wise advice to Jean-Luc Mélenchon: to participate in the brilliant primary of the Beautiful People’s Alliance, to rally Benoît Hamon before he is abandoned by the PS and its electors, Now to join the camp of fear.
Yesterday, the fear of everything had bad press because it urged citizens to vote Le Pen, now the fear of Marine Le Pen has good press to push to Macron vote. But the press is always the press, it always goes in the same direction. Yesterday and today ! Bring back into the ranks and in this case, the vote Emmanuel Macron!
Knowing the diversity of points of view of the supporters of The France insoumise for the vote in the second round, Jean-Luc Mélenchon said he would vote but did not say how. It does not give a voting instruction to preserve the unity of the Insoumis before the legislative élections. While recalling that voting Front National was not an option. Neither for him nor for the Insoumis consulted.
La France insoumise organized a consultation open to all the Insoumis to say what they were going to do in the second round, but this consultation is not normative.
He held out a pole to Emmanuel Macron, asking him to make a gesture on the labor law that Macron immediately rejected.
It was predictable. Perhaps he could have asked for a gesture on the use of 49-3 and the ordinances that Emmanuel Macron said he would use them this summer to go faster. A short-circuit, good start, without democratic debate!

Second tour et après ?
The result of the consultation of the Insoumis is now known. 243,000 people gave their opinion about 55% of the 440,000 registered to support the candidacy of Jean-Luc Mélenchon. Of course, people can change between the time they gave their opinion and the day of the ballot. But this is not a poll, it is the result of a consultation: white or null vote, 36.12%, vote Emmanuel Macron 34.83%, abstention 29.05% (1). Two-thirds 65.17% will not vote for Emmanuel Macron. According to an Elabe BFMTV poll, 44% of Mélenchon’s voters in the first round would vote for Emmanuel Macron.
These results suggest that the Insoumis will count in the coming weeks. A first indication will be given on Sunday by the rate of abstentions, blank or null ballots: in 2012, there were 9,049,998 abstentions (19.65%), and 2,154,956 blank or invalid ballots (5.82% ) …
 

With the arrival of Emmanuel Macron at the Élysée, they will talk about the triumph of democracy, the Republic, the European Union (which will be called Europe) when we simply elected the ideal son-in-law to continue , the policy pursued for years – with the success known both from a socio-economic and a political point of view with the vote of Marine Le Pen – by the successive rulers whose artisans find themselves in En Marche! The UMPS, as the National Front said, officialized! 

Still, the results of the second round will not settle everything. But to serve as a basis for the discussions, already engaged in all the camps for the legislative investitures. The victory in the presidential election will certainly give a dynamic. It is not certain that it is sufficient to obtain a majority in the National Assembly. Still less a coherent majority. 

From this point of view, Jean-Luc Mélenchon makes risky calculations when he announces that, with the results of the presidential election, La France insoumise can hope to be present in 451 of the 577 districts where it has exceeded the threshold of 12.5% ​​needed to qualify for the second round including the 67 where he came in first. It is probable that there will be many triangulars or even quadrangular ones, but these multiple candidatures risk dividing the left as well as the right. 

It is however a motive for energizing the Insoumis especially if the rate of abstentions, white or null votes is important. Abstentions, white or null votes, form  of resistance, of hope. They will not be counted for the election but will be examined closely and will weigh in the mobilization. 

Hope now is in a refounding of the left around France Insoumise and a group of deputies as extensive as possible. This is what the results of Jean-Luc Mélenchon in the first round of the presidential allows hope … 

Knowing that this will not be enough. And it will take other mobilizations. But it is the first glimmer in Europe for an opposition, not nationalist but for a change of economic and social orientation. 

1 – Note that these Insoumis did not follow Jean-Luc Mélenchon who will vote on Sunday and wants to make the vote mandatory.

Second tour et après ?

FRANCE ET UNION EUROPÉENNE

FRANCE ET UNION EUROPÉENNE

Connaissant le prix des affrontements entre l’Allemagne et la France en 1870, 1914-18 et 1939-45, des États européens ont conclu des traités dont le premier est celui de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) avec l’intention d’aller vers une union européenne pacifique construite autour du couple Allemagne-France. Ce fut d’abord avec la Belgique, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas, l’Europe des six.

Cette construction reposait sur l’illusion d’une France « victorieuse », à la « tête d’un empire », disposant de la « force nucléaire » et d’un « siège » au Conseil de sécurité et qui croyait en intégrant l’Allemagne, vaincue et frappée d’indignité, avec le Benelux et l’Italie, construire une Europe correspondant à sa vision.
Mais « la victoire » et « l’empire » s’effacent dans le passé comme « défaite » et « l’indignité ». « L’arme nucléaire » est une bombinette chère mais sans utilité militaire ou diplomatique aujourd’hui et le « siège » au Conseil de sécurité le reflet de circonstances historiques. Et l’Europe des 6 est devenue l’Union européenne à 28.

La France à la remorque

Il a souvent été question du bimoteur européen, Allemagne-France, pour faire avancer l’unité de l’Europe. Depuis quelque temps, la puissance économique de l’un et l’affaiblissement politique de l’autre font que désormais, le rapport de force au sein d’une Union européenne à dimension variable, tourne, de plus en plus, à l’avantage de l’Allemagne. L’Europe rêvée, à la française, s’estompe derrière l’Europe réelle, à l’allemande.

La domination allemande dans la politique européenne actuelle est visible dans le traitement des différentes questions européennes : politique(s) monétaire, économique, sociale, gestion de la question grecque, de l’immigration, de la négociation avec la Turquie… Toutes questions où ce n’est pas la Commission européenne et son président, Jean-Claude Juncker, qui négocient mais Angela Merkel ou Wolfgang Schäuble.

Cette domination, particulièrement nette, ne pourrait exister sans le consentement de la France. Il suffit de voir comment, certes exemples discutables, le Royaume-Uni depuis toujours et avec David Cameron encore récemment ou Viktor Orbán et le groupe de Visegrád (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie), refusent d’obtempérer et posent leurs conditions sur telle ou telle question.

On a vu comment Aléxis Tsípras a affronté Wolfgang Schäuble et la troïka, seul, dans une situation particulièrement difficile : crise économique et financière, faible poids économique et politique au sein de l’UE et sans aucun allié réel face au ministre des finances allemand.

François Hollande était déjà passé par là avec, théoriquement, plus de poids… Candidat à la présidentielle, il avait annoncé que, s’il était élu, il renégocierait le projet de « pacte budgétaire européen ou traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance » à travers un nouveau « pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance » (1). Dans son allocution de victoire, le 6 mai, il avait rappelé que « l’austérité pouvait ne plus être une fatalité » et sa volonté de « donner à la construction européenne une dimension de croissance, d’emploi, de prospérité, d’avenir » (2). Le lendemain, 7 mai, l’Allemagne répondait en excluant toute renégociation du pacte budgétaire européen. La chancelière, prête à l’accueillir « les bras ouverts », affirmait qu’elle ne voulait pas « d’une croissance par des déficits, mais d’une croissance par des réformes structurelles ». Il n’était pas question d’encourager des politiques de relance, mais de promouvoir la voie choisie par l’Allemagne et les réformes du marché du travail mises en place par l’ancien chancelier Gerhard Schröder.

« Il n’est pas possible de renégocier le pacte budgétaire », qui a déjà été « signé par vingt-cinq des vingt-sept États membres de l’Union européenne » [dont la France] et qui a pour but de renforcer la discipline dans la gestion des finances publiques, a dit le porte-parole de la chancelière (3).

FRANCE ET UNION EUROPÉENNE

On a vu comment Aléxis Tsípras a affronté Wolfgang Schäuble et la troïka, seul, dans une situation particulièrement difficile : crise économique et financière, faible poids économique et politique au sein de l’UE et sans aucun allié réel face au ministre des finances allemand.

François Hollande était déjà passé par là avec, théoriquement, plus de poids… Candidat à la présidentielle, il avait annoncé que, s’il était élu, il renégocierait le projet de « pacte budgétaire européen ou traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance » à travers un nouveau « pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance » (1). Dans son allocution de victoire, le 6 mai, il avait rappelé que « l’austérité pouvait ne plus être une fatalité » et sa volonté de « donner à la construction européenne une dimension de croissance, d’emploi, de prospérité, d’avenir » (2). Le lendemain, 7 mai, l’Allemagne répondait en excluant toute renégociation du pacte budgétaire européen. La chancelière, prête à l’accueillir « les bras ouverts », affirmait qu’elle ne voulait pas « d’une croissance par des déficits, mais d’une croissance par des réformes structurelles ». Il n’était pas question d’encourager des politiques de relance, mais de promouvoir la voie choisie par l’Allemagne et les réformes du marché du travail mises en place par l’ancien chancelier Gerhard Schröder.

« Il n’est pas possible de renégocier le pacte budgétaire », qui a déjà été « signé par vingt-cinq des vingt-sept États membres de l’Union européenne » [dont la France] et qui a pour but de renforcer la discipline dans la gestion des finances publiques, a dit le porte-parole de la chancelière (3).

Le texte du traité a été signé, le 2 mars 2012 par les chefs d’État et de gouvernement. Il a été approuvé à l’Assemblée nationale le 9 octobre 2012, au Sénat le 11 et ratifié le 22. Le président de la République l’avait accepté en juin. « Dans la campagne présidentielle, j’avais annoncé que je voulais renégocier ce qui avait été décidé… Ce sommet [de Bruxelles] a permis d’aboutir à cette renégociation » (4). Ce que lors de l’émission Des Paroles et des Actes, Jean-Marc Ayrault infirmait : « D’un point de vue juridique, si vous prenez la ligne exacte de la phrase qui sera soumise à la ratification, le traité n’a pas été renégocié ». Mais ce qui compte, « c’est tout ce qui va avec : le paquet croissance, le paquet perspective pour enfin faire que l’Europe ne soit pas seulement une zone de libre-échange, mais qu’elle porte aussi un projet, qu’elle redonne de l’espoir » (5). L’important n’est pas ce qu’on signe, l’important est ce qu’on ne signe pas !

La résistance de François Hollande, un mois, a été bien inférieure à celle d’Aléxis Tsípras devant le froncement de sourcil d’Angela Merkel ! Cet effacement du président français n’est pas le premier, ni le dernier. Il s’accompagne toujours d’une promesse : demain ce sera mieux…

Par exemple, le traité de Maastricht devait être suivi de l’Europe sociale… Il suffit de se souvenir des discours de l’époque. Comme cette déclaration de Martine Aubry : « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion » (6).

Lors de la dernière consultation des Français sur l’Union européenne par référendum, la question était : « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe ? » La réponse a été claire. Cette proposition de constitution européenne qui constitutionnalisait une politique économique, sociale, étrangère, a été rejetée… Cette proposition et cette politique que Sarkozy, méprisant le résultat du référendum, a fait adopter par voie parlementaire avec l’appui… des parlementaires socialistes. C’est aussi cette politique que les Français ont cru rejeter en votant contre Sarkozy lors de l’élection présidentielle de 2012.

Le renoncement de François Hollande a trois facettes : l’Allemagne de Merkel et Schäuble impose sa politique à l’Union européenne et à la France de Hollande ; cette politique est exactement opposée à celle qu’annonçait le candidat Hollande ; le vote des Français n’a été pris en compte que pour changer de président et non de politique. Peut-être, est-ce que voulaient dire les chroniqueurs quand ils affirmaient que l’élection s’était faite plus contre Nicolas Sarkozy que pour François Hollande !

Il y a eu changement de président. Continuité politique.

L’Europe n’intéresse pas les politiques français

Concernant l’Union européenne, la plupart des politiques peuvent être mis dans le même sac. Ils disent, fréquemment, que telle ou telle mesure a été imposée par « l’Europe ». Mais ils cachent que, le plus souvent, cette mesure a été approuvée au niveau européen, quelques mois ou quelques années auparavant, par les représentants de la France.

Lors des campagnes pour les élections européennes, il est rarement question de l’Europe. L’élection est toujours le premier, le deuxième ou le troisième tour d’une élection nationale qui va suivre ou qui a précédé. Les arguments portent plus sur les questions nationales que sur les questions européennes.

Les candidats sont rarement des personnalités politiques de premier plan et encore plus rarement des personnalités qui ont vocation à une carrière européenne. Tellement l’Union européenne et le Parlement européen sont considérés comme sans intérêt dans le cadre d’une carrière politique. Faire élire un « ami »au Parlement européen, c’ est une façon de le recaser ou de l’éloigner dans l’attente de jours meilleurs. Ce peu d’intérêt pour l’Union européenne explique qu’au cours de de la mandature 2009-2014, les élus français se sont distingués par un taux de démissions parmi les plus importants : 18 % ont abandonné leur siège pour une autre fonction probablement plus « intéressante » contre 4 % chez les Allemands. En conséquence, les eurodéputés français effectuent en moyenne 1,76 mandat tandis que les Allemands affichent une moyenne de 2,48 et les Britanniques 2,23 (7).

Avec 74 députés, la France pèse moins que l’Allemagne qui en a 96. De plus, la Fondation Robert Schuman constate « une perte d’influence significative » des Français au sein du Parlement, notamment avec l’arrivée de 23 députés eurodéputés du FN lors des dernières élections contre 3 précédemment. Deuxièmes par le nombre d’eurodéputés (76/750), les Français sont en troisième position au groupe PPE (Parti populaire européen) et en sixième dans le groupe S&D (Socialistes & Démocrates), groupes les plus importants au Parlement européen (8).
L’obtention de postes par des Français est limitée. Les députés allemands, outre la présidence du Parlement européen, ont obtenu 2 vice-présidences (une pour les Français) et 5 présidences de commission (2 pour les Français). Au total, 26 députés français sur 74 exercent des responsabilités importantes, moins que l’Italie 29 postes pour 73 députés, le Royaume-Uni 28 pour 73 députés et l’Allemagne qui en détient 56 pour 96 députés.

La règle du non-cumul des mandats sera interdite à partir de 2019 à Bruxelles pour les mandats exécutifs locaux, comme maire, maire-adjoint, président ou vice-président de conseil départemental ou régional. Pour le moment, sur 74 élus, ils sont presque la moitié à cumuler un mandat d’élu local.

Cette prééminence se retrouve au niveau des hauts fonctionnaires de la Commission européenne. Ce n’est pas un hasard si les commissaires du collège présidé par Jean-Claude Juncker choisissent massivement du personnel allemand : ils veulent avoir «une ligne ouverte avec Berlin» (9).

Il serait exagéré de dire que la politique de la France est toujours alignée sur celle de l’Allemagne. Certains le regrettent peut-être quand Manuel Valls va à Munich pour faire des déclarations contre la politique d’Angela Merkel et de Jean-Claude Juncker sur l’immigration. Et affirme que la France n’augmentera pas son effort sur l’accueil des réfugiés syriens.
Plus discrètement, la France et le Royaume-Uni,
« fiers » des résultats de leur précédente intervention en Libye poussent à de nouvelles frappes dans ce pays. Cette fois-ci, le gouvernement français a-t-il prévu l’arrivée en conséquence de nouveaux réfugiés en Italie et est-il prêt à l’aider comme cela n’a pas été fait précédemment. Sur cette question, l’Italie de Matteo Renzi « maintient sa ligne de prudence sur l’intervention en Libye, à la différence de la France et de l’Angleterre… Le danger que divisions ou accords fragiles ouvrent la voie à des initiatives isolées, comme il y a 5 ans, et à des remèdes qui sont pires que les maux » (10).

Mais le nœud central de la politique de l’Union européenne qui a touché de façon particulièrement aiguë la Grèce mais intéresse la France, l’Italie et bien d’autres pays de l’Union européenne est la politique d’austérité.

Sur cette question, il semble que c’est surtout l’Italie de Renzi qui pousse à la roue . Pour Renzi : « La politique d’Obama a créé de l’emploi, l’austérité en Europe a fait perdre des postes de travail » (11). Il semble vouloir devenir « le leader de ‘’l’autre Europe’’, celle qui se bat contre la rigueur teutonique et nordique » (12). Sera-t-il soutenu par François Hollande ? « François Hollande, occupé par l’urgence terrorisme et les comptes publics en difficulté, est le pion décisif dans l’échiquier communautaire… d’une politique économique centrée sur la croissance et la création d’emplois » (13).

Il ne semble pas que François Hollande soit prêt à s’engager franchement pour un changement de politique économique au niveau européen. Auquel le peuple allemand a aussi intérêt et qui est possible alors que l’Allemagne se retrouve avec une balance des paiements excédentaire de huit pour cent (14).

Mais la vrai question qui se pose, en cette fin de quinquennat, est de savoir si François Hollande, faible comme il est décrit, a cédé à la pression d’Angela Merkel ou s’il a, comme certains de ses prédécesseurs à la SFIO (Guy Mollet) ou au Parti socialiste (François Mitterrand), pris le pouvoir en annonçant une politique de gauche pour faire une politique de droite. Les provocations « réformistes » et les déclarations de Manuel Valls et d’Emmanuel Macron ne feraient alors que répondre à la volonté de François Hollande d’être le Gerhard Schröder français.

Avec le même résultat électoral pour lui, ce qui n’est pas grave, plus catastrophique pour son parti… Et surtout pour le peuple français.

1 – Discours de François Hollande au meeting du Bourget, 22/01/12

2 – La Croix 06/05/12

3 – Le Monde 07/05/16

4 – Le Monde 29/06/12

5 – JDD 28/09/12

6 – Martine Aubry, 12/09/92, discours à Béthune http://yetiblog.org/index.php?post/1486

7 – Euractiv 03/07/14

8 – Euractiv 03/07/14

9 – Libération Jean Quatremer 20/10/14

10 – La Stampa 23/03/16

11 – La Repubblica 11/01/16

12 – La Stampa 14/01/16

13 – La Repubblica 09/02/16

14 – Financial Times 17/01/16

Réconciliation impossible entre France et Algérie ?

Une question est souvent posée : comment se fait-il que ce qui a été possible entre la France et l’Allemagne, la réconciliation quelques années après la fin de la guerre, ne soit pas possible entre la France et l’Algérie, 50 ans après son indépendance. Des différences, substantielles peuvent expliquer cette difficulté à réaliser un souhait, pourtant partagé par de nombreuses personnes de part et d’autre de la Méditerranée.

Il a fallu 80 ans et trois guerres entre la France et l’Allemagne pour en arriver là ! La première, en 1870, a servi à construire l’unité de la Prusse et des États allemands et s’est terminée par la chute de l’Empire, la défaite de la France, l’amputation de son territoire. Et la volonté de revanche et de restauration de son intégrité territoriale. Ce qui fut obtenu par la guerre de 14-18, Première guerre mondiale. Dont les conséquences seront utilisées par Hitler pour reconstituer la puissance de l’Allemagne et laver l’humiliation. Avec une Seconde guerre mondiale.

En 1945, la France, sûre d’elle-même, bénéficiant de l’habileté gaullienne qui l’avait maintenue, malgré sa défaite, dans le camp des démocraties victorieuses, se croyait encore une grande puissance, apparemment forte de son empire colonial dont l’Algérie.

Sortie du conflit écrasée, déplacée et divisée, l’Allemagne risquait de disparaître en tant qu’État. Difficile de rêver de grandeur, de puissance au décours de l’aventure nazie avec ses millions de morts et sa barbarie. Rares étaient en Allemagne ceux qui pouvaient se dire indemnes de toute responsabilité.

Mais la sagesse a prévalu. L’idée d’une unité européenne, déjà caressée dans l’entre deux guerres, a pu à nouveau être envisagée. Sous la pression directe des États-Unis et indirecte de l’Union soviétique. Sans mettre en question l’identité de l’Allemange et de la France, sans réanimer les nationalismes concurrents et éventuellement conflictuels.

Cette réconciliation s’est déroulée presque à chaud et, au minimum, en dehors des peuples. Il reste à savoir si, les forces reconstituées, cette unité, cet équilibre perdurera devant les nouvelles difficultés, en dehors d’une véritable menace extérieure. Alors que s’éloigne, pour les peuples, le souvenir des atrocités et, pour les politiques, celui des responsabilités.

Pour les Français, l’Algérie est une vieille histoire dont ils ne savent rien, hors la présentation officielle qui en a toujours masqué le « système  profondément  injuste et brutal : la colonisation. Et… les souffrances que la France a infligées au peuple algérien» dont a parlé François Hollande lors de son voyage en Algérie.
Pour ceux qui ont participé au « maintien de l’ordre », c’est un mauvais souvenir enfoui, dont il ne faut pas parler. Une contrainte, une mauvaise parenthèse dans la vie.
Quant aux « rapatriés » et aux « harkis », ils se sont sentis trahis par le pouvoir politique et n’ont pas été accueillis comme ils auraient dû l’être. Pour nombre d’entre eux et leurs descendants, le passé demeure entre nostalgie et douleur.

Un gros travail de dénazification a été entrepris en Allemagne. En France, il n’y a pas eu de travail de « décolonialisation », ni de « Commission de la vérité et de la réconciliation » comme en Afrique du sud après l’apartheid. Une fois de plus, l’État, par l’amnistie, a caché l’inacceptable sous le tapis tandis que ce passé devenait fonds de commerce politique et l’instrument de sabotage face à toute tentative de réconciliation par l’extrême droite, encouragée par des hommages rendus plus ou moins officiellement à des « héros » au passé discutable.

Le 17 octobre, François Hollande a fait un premier pas dans la reconnaissance des violences infligées au peuple algérien. Il a continué lors de son voyage en Algérie. Certains pensent que c’est insuffisant. Qu’il est bien tard. Il a fallu cinquante ans pour reconnaître le rôle de la France dans les rafles contre les juifs durant la seconde guerre mondiale. Cinquante ans pour la que la France reconnaisse l’injustice et les massacres de la colonisation.

Si comme le dit un politique algérien, « les équilibres internes dans l’État français » ont limité sa liberté de parole, François Hollande, avant d’être président de la République, a été secrétaire national du PS pendant 11 ans (1997-2008)… A quel moment, a-t-il officiellement désavoué le rôle de la SFIO et de certains de ses membres en Algérie comme Robert Lacoste (1) par exemple ?

L’occupation française a duré 132 ans et l’Algérie, comme État moderne, est née d’une guerre meurtrière de 7 ans contre la France. Guerre qui légitime, encore 50 ans après, le pouvoir en place.

Ces 132 années et la guerre ont profondément traumatisé la société algérienne dans tous les domaines et à tous les niveaux économique, social, culturel… L’Algérie de 1962 n’est pas l’Algérie de 1830 retrouvée, elle est une Algérie nouvelle bouleversée par une présence étrangère imposée et de longue durée, par une histoire volens, nolens partagée… notamment par la partie de ses ressortissants qui ont combattu avec la France, ont travaillé ou travaillent en France ou qui en rêvent même si la vie de ceux qui y sont n’est pas ce qu’elle devrait être.

Si l’indépendance a fait naître l’enthousiasme, 50 années plus tard elle laisse encore beaucoup d’insatisfaction. Il suffit de lire la presse algérienne dont la liberté d’expression est remarquable !

François Hollande venait de naître (1954) quand Abdelaziz Bouteflika rejoignait le FLN (1957). Il avait 14 ans quand, Bouteflika signait les accords franco-algériens de 1968 ! Quand le premier adhère au PS, le second est ministre d’État. Président de la République algérienne depuis 1999, Bouteflika se prépare pour un nouveau mandat ; Hollande a été élu récemment, 3ème président de la République française reçu par le président Bouteflika.

Les deux hommes sont bien différents, et leur histoire, leur rapport à l’Histoire. L’un, nouveau président pressé par le temps, affiche sa volonté d’engager un redressement économique et social difficile au sein de l’Union européenne tout en développant de profitables relations économiques et politiques. L’autre après 14 ans de présidence, dernier héritier de la légitimité révolutionnaire, affaibli par la maladie, ne semble plus avoir de projet que son maintien au pouvoir et la distribution de la rente pétrolière.

Pour qu’il y ait réconciliation, il faut une volonté politique affirmé clairement de part et d’autre. Si on a entendu les propos de Fançois Hollande, salués ou critiqués, d’un coté ou de l’autre, tous les observateurs ont été frappés par le silence du président Bouteflika.

Au point que, à plusieurs reprises, c’est François Hollande qui semble avoir parlé à sa place !

« Je ne viens pas ici, puisque ça n’est ni ce qui m’est demandé, ni ce que je veux faire, pour faire repentance ou excuse », a-t-il dit lors d’une conférence de presse. Mais le président Bouteflika qui disait le 18 mai 2006, qu’ « il est aujourd’hui de notre devoir envers le peuple algérien et les chouhada (martyrs), de réclamer des excuses officielles de la part d’une nation dont la devise révolutionnaire a de tout temps été liberté, égalité, fraternité » n’a rien dit. A-t-il renoncé ? L’Algérie a-t-elle renoncé ?

Toujours le président Hollande, à propos des moines de Tibhirine : «J’en ai parlé avec le président Bouteflika, ce sujet fait partie de la sensibilité qui est forte compte tenu de la tragédie, il m’a dit qu’il avait donné toutes les instructions autant qu’il est possible, à la justice d’aller au bout de l’enquête.»

Et encore, «J’ai invité le président Bouteflika à venir en France au moment où il sera possible pour lui de le faire, il pourra s’adresser aussi à la France. Moi, je m’adresse aujourd’hui aux deux, pour dire que je suis lucide sur le passé, mais pour dire surtout que je suis désireux de faire avancer les deux pays, donner un nouvel élan.»
« Ce que je veux définir avec l’Algérie, c’est un partenariat stratégique d’égal à égal et qui permette d’entrer dans un nouvel âge », après un entretien avec son homologue Abdelaziz Bouteflika. Les deux hommes ont signé une déclaration commune « un partenariat exemplaire et ambitieux »

 

Mais pour qu’il y ait un nouvel élan, un partenariat stratégique d’égal à égal, exemplaire et ambitieux, il y faut un engagement des deux côtés. Il faut un projet politique commun. Bouteflika est-il décidé à partager un projet politique avec la France ? Est-il prêt à le porter ?

Pour expliquer son silence, il a dit attendre que son « peuple s’exprime sur le sujet ! » Mais, coincé entre les affairistes et son passé, le président a-t-il encore un projet politique pour son pays ?

Faute de quoi, une fois de plus, ces grandes déclarations, ces bonnes intentions n’iront pas plus loin que, comme les fois précédentes, un communiqué commun, quelques affaires propres à satisfaire les amis des uns ou des autres. Le tout sombrant dans la routine des affaires.

En attendant la prochaine élection présidentielle ? Ici ou là-bas ?

(1) : Robert Lacoste fut un des principaux acteurs de la répression du peuple algerien durant la guerre d’Algérie. Pour cela, il n’hésita pas à défendre l’usage de la torture par l’armée française et la police, en déclarant par exemple le 7 juillet 1957 à Alger devant des anciens combattants : « sont responsables de la résurgence du terrorisme, qui a fait à Alger, ces jours derniers, vingt morts et cinquante blessés, les exhibitionnistes du cœur et de l’intelligence qui montèrent la campagne contre les tortures. Je les voue à votre mépris. ». Il n’a jamais été exclu de la SFIO ou du PS. Wikipedia

 

Commentaire de A.M.

 
L’article analyse et pose clairement le problème des deux réconciliations : l’une en marche et l’autre en panne.
J’ajoute simplement les éléments de réflexion suivants :

– la réconciliation franco-allemande est désormais insérée dans la coopération et l’intégration européennes ; elle est devenue un processus multilatéral dont elle est le moteur, mais en tenant compte des autres partenaires. Cela est important par comparaison au projet franco-algérien qui est enfermé dans le bilatéral avec toutes les passions et contradictions que cela comporte. Certes, il y des projets multilatéraux comme l’ Euro-Méditerranée ou les « 5 +5 » (Méditerranée occidentale) ; mais, outre qu’ils sont embryonnaires, ils ne peuvent pas jouer le même rôle que le projet européen;
– il y a aussi le problème de savoir sur quel type de projet global pourrait s’articuler une réconciliation entre la France et l’Algérie. J’avoue ne pas en voir. Il y a en revanche des projets sectoriels intéressants, mais qui ne sont pas porteurs de la même espérance, comme tu le signales au demeurant ;
– je me demande aussi dans quelle mesure les valeurs socio-culturelles, très largement partagées entre la France et l’Allemagne,  ne sont pas devenues des obstacles pour tout projet global entre l’Algérie d’aujourd’hui (de plus en plus arabisée et islamisée) et la France (laïque et démocratique).

En somme en parlant de réconciliation franco-algérienne, le problème est à la fois de savoir dans quel contexte et comment y parvenir – ce que l’article montre fort bien –et ce que l’on peut mettre intellectuellement et concrètement dedans pour l’avenir, ce qui est à peine esquissé. (A.M.)

Cet article a été publié dans Agoravox avec quelques 16 réactions : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-impossible-reconciliation-entre-129037