Archives pour la catégorie démocratie

Women’s long struggle for equality (2)

La longue lutte des Femmes pour l’égalité (2)

Taking the opposite view of Albert Einstein, some people, in favor of authorizing ethnic statistics, say that which is not cunted does not count (1). Statistics, beyond the equality proclaimed, make it possible to show the gender inequalities in the facts and the slow progress towards equality in different domains.

Politically. The proportion of women in the European Parliament is gradually increasing from 16.6% in 1979-84 to 36.6% in 2014-19. This proportion varies from one country to another, at the lowest, in Poland, Hungary, Slovakia and Bulgaria (respectively 17.7%, 19.1%, 23.1% and 23.5% of European women deputies). ), Sweden and Finland (55% and 53.9%). France is with 43.2% is in fifth place (2).

« Toute l’Europe » published, in September 2017, information on the proportion of women in national parliaments, the lower house only (in France, Assemblée nationale). Again, Sweden and Finland top the table with respectively 43.6% and 42% women Members of Parliament, Spain comes in third (39.1%). But these countries are only, respectively, 6th, 9th and 14th in the world ranking. At the bottom of the table are Latvia (16%), Malta (11.9%) and Hungary (10.1%). With 38.8% of women deputies, France comes fourth (3).

In France, the proportion of women in the Senate is lower than in the Assemblée nationale: 31.8%. However, it has been steadily increasing since 2001 (Table 1)

Table 1: Number and Percentage of Women in the Senate (4)

Election

Number

Percentage

2001

35

10,9 %

2004

60

18,1 %

2008

75

21,9 %

2011

77

22,10%

2014

87

25,0 %

2017

110

31,80%

Regarding the ministerial posts, for the 28 States of the Union, the proportion of women is only 25%. On the first of July 2017, two countries have more female ministers than male ministers: France (58%, excluding secretaries of state) and Sweden (52%), followed by Slovenia (44%). At the bottom of the table, Malta and Slovakia (14%) and Cyprus and Hungary who have no women at the head of a ministry (5).

After the last cabinet reshuffle, the French government, consisting of the Prime Minister, is made up of 20 ministers, 11 women and 9 men, and 12 secretaries of state, 7 men and 5 women, ie 32 posts equally distributed.

If inequalities slowly fade at the level of deputies and ministers, we are still far from the mark in certain functions. Despite the parity law of June 2000, 83% of outgoing mayors in 2014 were men (6) and 87% of the top of the 2014 municipal elections (7).

La longue lutte des Femmes pour l’égalité (2)

he situation is evolving even more slowly at the social and economic level.

In the European Union, the average wage gap between men and women, which was 17% in 2012, increased to 16.7 in 2014 and 16.3 in 2015. However, depending on the country, this difference varies from 5.5 to 26.9%. In Italy and Luxembourg (5.5%), Romania (5.8%), Poland (7.7%) and Slovenia (8.1%) the gaps are the lowest, the largest are Estonia (26.9%), the Czech Republic (22.5%), Germany (22%), Austria (21.7%) and the United Kingdom (20.8%).
France is in the middle of the table with 15.8% (8).

In France, entrepreneurs are mostly men: 60% of autoentrepreneurs, 75% of managers of limited liability companies and 83% of salaried managers of other companies, according to INSEE (9). The proportion of women decreases as the size of the enterprise increases: 37% of people working alone in their company, 28% in companies with 2 to 4 people, 16% in companies with 20 to 49 people and 14% in companies with businesses with 50 or more people. They are fewer in these positions and earn less: 31% less than men. What INSEE explains by fewer hours worked over the year (10)

Alternatives économiques examines the proportion of women and men who have a managerial position based on their academic background (Table 2).

Table 2: Percentage of women and men framework according to the diplomas

Niveau

% women managerial staff

% men managerial staff

Bac+2

8,6

23,4

Bac+3 ou plus

35,9

62,2

At the equivalent level, the employment rate of women is lower than that of men and women are less often managers than men. In total, men’s incomes are more than 30% higher than those of women at all levels of education and even reach 46% for holders of Bac + 3 and above. These inequalities appear from the beginning of the professional activities and increase thereafter: which means lower income for women by 25% compared to men at 25 and 64% at 65 (11)! For the positions of CEO, if we believe LeFigaro, things do not seem to improve. In 2015, just under one in five companies changed CEOs globally, the highest rate in 16 years. On this occasion, of the 359 new appointments, 10 were women, or 3% (12).

In terms of wages and employment, the road to gender equality will be long.

La longue lutte des Femmes pour l’égalité (2)
Publicités

After the legislative elections in Germany

Après les législatives en Allemagne

Français

The results of the German parliamentary elections (in the Bundestag, the Federal Diet) are very worrying. Yet it was not totally unexpected because these elections come after many others just as disturbing but quickly forgotten by the liberal, Europeanist, political and media optimism. They become excited a moment for results considered as catastrophic and forget them the next day having found the miracle cure: close their eyes and continue or accentuate the policy sanctioned by the voters.

The nomenclature of the European Union (EU) has already been disappointed on several occasions.

In France, in 2002, the Front National (FN) participated in the second round of a presidential election to which Jean-Marie Le Pen obtained 17.8% of the votes. In 2017, Marine Le Pen did much better: 33.9%!
But the voting method helps, Emmanuel Macron is elected by a very large majority, as any candidate would have been facing Marine Le Pen. The newly elected, strong of these results and of an exorbitant constitutional power, can engage resolutely in a policy approved by a quarter of the electors.
The FN is virtually excluded from the National Assembly and all oppositions are very limited.

 

Between these two presidential elections, the no won in the referendum of 2005 on the proposal of European Constitution. But the politicians, right and left confused, despised the result. The parliament adopted the text, little modified, refused by the French people.
Everything is for the best in the best of democratic worlds …

At the European level, whenever a people has said no to a question asked about the EU, politicians have erased this result, sometimes by a new vote of the people.

In Hungary, Viktor Orbán, leader of the Fidesz (1), supporter of the national revolution and a very conservative policy has been in power since 2010. On bases close to those of the AfD today.

In October 2015, the Poles gave an absolute majority to Democratic Right and Justice (PiS), a conservative and Eurosceptic party.

In December 2016, in Austria, in the first round of the presidential election, the candidates of the two parties of government, Social Democratic and Conservative, are eliminated. In the second round, great satisfaction: the green candidate is elected President of the Republic, the far right candidate gets only 48.3% of the vote.
There are more demanding satisfactions.

In the Netherlands, in March 2017, the Prime Minister’s Popular Party for Freedom and Democracy (VVD) led the legislative elections by losing 8 seats compared to the previous election in 2012 and its Social Democratic partner, the Labor Party (PvdA) receives only 5.7% of the votes and gets only 9 elected (29 seats lost).
This defeat of the ruling parties is hailed as a victory because Geert Wilders’ Freedom Party (PVV) did worse than it could have hoped for and only got 13.1% of the vote and 20 deputies (5 seats won).
Since then, the Netherlands is looking for a government …

In January 2015, Greek citizens brought Syriza and Alexis Tsipras to power, challenging the Greek government’s austerity policy and its European tutelage. Notably Angela Merkel.
Greece has not finished paying for this crime and has been on the brink of expulsion from the EU.

 

 

Après les législatives en Allemagne

 

Everywhere, the parties of government, whether in power or in alternation with the government and the opposition, lose ground here on the right, there on the left, or on both.

Germany was exceptional for its apparent stability until the last parliamentary elections (2). However, the AfD (Alternative für Deutschland, Alternative for Germany) progressed to the various elections.

The AfD was created in 2013 by economics professors on an anti-euro, liberal, Russian-speaking program. It has evolved into anti-immigration and anti-islam party.

A few months after its foundation, it shortly missed its entry in the Bundestag with more than 2 million votes, or 4.7%. She would have had to collect 5%!

In the European elections in 2014, it obtained 7% of the votes and 7 out of 96 deputies. Since 2014, in every regional election, the AFD obtains elected representatives: in all, it currently has elected people in 13 regions out of 16 (3 regions in 2014 , 2 in 2015, 5 in 2016, 3 in 2017), reaching up to 20.8% in Mecklenburg-Western Pomerania and 24.3% in Saxony-Anhalt. In the 2017 legislative elections, with nearly 6 million votes (12.6%), it became the third party in Germany and elected 94 deputies (out of 709).

Angela Merkel, designated 10 times (2006-2009 and 2011-2016) as the most powerful woman in the world, became Mutti, the mother of the nation and, recently, by journalists like Jakob Augstein, « the mother of the monster « .

Angela Merkel, Chancellor of powerful Germany for 12 years, can not be held to be irresponsible of the disaffection for the EU, in all even the most Europhile countries, and the rise of the extreme right across the EU. Angela Merkel and her finance minister, Wolfgang Schäuble, have imposed their austerity policies on all EU countries, with the more or less forced, more or less enthusiastic agreement of national governments.

In France, the economic and social policy of the German government is presented as the model, often with some oversights: development of renewable energies, stoppage of nuclear energy, immigration …

Until the last few weeks, politicians and the media have been praised for its excellent results: thanks to the reforms of Gerhard Schröder, Social Democratic Chancellor 1998 -2005, and to the policy followed by Angela Merkel and her coalition governments with the SPD (2005), the FDP (2009) and again the SPD (2013): growth rate at the highest, partly boosted by the arrival of immigrants (3), unemployment divided by three in twelve years, falling government debt, positive balance of public finances, strong trade balance, particularly with other EU states

More recently, data have been published that are known but discreetly ignored because they are less flattering and less appealing: doubling the percentage of the poor population since 2015 and the number of working poor, with full employment obtained with mini-jobs. In addition to the 2.5 million official unemployed, 1 million people are underemployed and many of them are working poor who are not counted as unemployed. Increase of 30% of poor pensioners … cities in budget crisis, poor state of infrastructure due to lack of investment

Finally, the policy of rigor has exacerbated the cleavage between countries of northern and southern Europe. But even in so-called prosperous countries such as the Netherlands, Scandinavia, Austria and now Germany … the development of inequalities, an increase in the number of very rich and poor, leads to the emergence of contestation. The CDU / CSU of Angela Merkel and Worfgang Schäuble has clearly won the legislative elections but with the lowest rate since 1949. And since 1933, for the SPD, its ally to the government in the last legislature !!!
This is the sanction of the policy followed since Gerhard Schröder by the two governing parties, CDU / CSU and SPD.

 

 

Après les législatives en Allemagne

 

Faced with the success of the AfD, only the Liberal Party (FDP) has improved its position. Belonging to the government, it did not reach the 5% in 2012 and was no longer present in the Bundestag. He returned to it because of his evolution towards European skepticism.

The entry into the Bundestag, for the first time since the end of World War II, of a far-right party created a shock. Demonstrations took place on Sunday 24 September in the evening in several German cities in Cologne, Frankfurt, Munich and Berlin. Here the cries of « all Berlin hates the Nazis« , « Nazis out » or « racism is not an alternative« , « we are united, you are shit« , « crush nationalism » …
It is not clear that this is the right way to stop the AfD’s progress. The French experience has shown the limits of this type of manifestation.

The SPD decided not to participate in the next coalition government, not because its policy was bad for the population, for Germany or for the EU, it was the party who was behind with Gerhard Schröder, which supported it during two of the three mandates of Angela Merkel: 8 out of 16 ministers in the Merkel I cabinet, including those of Labor and Social Affairs, Foreign Affairs and Finance; 6 out of 16 in the Merkel III cabinet, including those from the Economy and Energy (4), Foreign Affairs, Labor and Social Affairs … But because of the bad results in the elections.
There is no doubt that it will profit from its passage in the opposition to give color to its future program … to win votes … But what degree of confidence will the German voters be able to grant it?

 

The Merkel IV government announced could regroup the CDU / CSU, the FDP and the Grünen (the Greens). Difficulty due to divergent positions of the FDP and the Grünen on the EU. That is to say that only Die Linke who defends an anti-liberal line and democratic socialism could embody a left-wing opposition, which has not been the case so far while the SPD was in government. This is likely to be even more difficult with an SPD officially in opposition

 

Après les législatives en Allemagne

 

1 – The Fidesz for Fiatal Demokraták Szövetsége (Alliance of Young Democrats) is the most common name of the party chaired by Viktor Orbán. From 1995, its official name was Fidesz – Magyar Polgári Párt (Hungarian Civic Party), and from 2003 Fidesz – Magyar Polgári Szövetség (Hungarian Civic Alliance).

2-Results: CDU / CSU: 32.93% (-8.6), SPD: 20.51 (-5.2), AfD: 12.64 (+7.9), FDP: 6), Die Linke: 9.24 (+0.7), Die Grünen 8.94 (+0.5).

3 – Growth in the German economy, which stands at 1.9% in 2016, is half a percentage point higher than the average of the previous ten years (1.4%). The increase in government spending and the overall increase in consumption due to the arrival of refugees have had a strong spillover effect on the economy. Le Monde Économie, 13/01/17.

4 – Shortly after his retirement from politics, Gerhard Schröder was appointed head of the consortium for the construction of the Nord Stream gas pipeline, the first partner of which is the Russian company Gazprom (Wikipedia).

Presidential election: cluster bomb and time bomb ?

Macron et après ?

Emmanuel Macron is elected President of the Republic after a devastating election campaign: everything has to be rebuilt for everyone. And especially for democracy.
Emmanuel Macron was elected with a comfortable majority. But…

It should not be forgotten that in the first round he obtained only 24% of the votes and that a good part of the 66% obtained in the second round are voices of refusal of Marine Le Pen. Whatever the national press says today, which made the « useful » voting in the first and second ballots the main argument for Macron choice. The international press, relieved, makes this election an unconditional adherence to the European Union, dubbed Europe. This promises more alignment with the European Union than it is with initiatives for a social and democratic Europe.
Even more than his predecessor, everything but Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron is elected by default, everything but Marine Le Pen. The magic of the electoral system magnifies the political line of less than a quarter of the voters of the first round …

Which team? This is where the problems begin. It is not surprising that Emmanuel Macron is not in a hurry to give the name of his Prime Minister. The ambiguity must last as long as possible to maintain the hope of everyone in view of the legislative elections.

Macron et après ?
There is no longer a party of united government, of right or left, if that ever existed. There were at least appearances. The caciques are either eliminated or in great danger of being so. The survivors will be counted after the legislative elections.
There is not, at present, a majority of government. It all depends on the next election. What will Emmanuel Macron decide on the investitures: candidates « En Marche », pure label? Presidential majority, open to all supporters, with what distribution between PS, LR and Macroniens pure label? What is the place for recycling? For outgoing MPs?
The cluster bomb of the presidential election is also a time bomb. Its effects will be felt during the legislative elections and well afterwards. A reconstruction of the entire political landscape is likely. So that nothing changes. In the legislative elections, all those who voted Emmanuel Macron will not vote for candidates stamped Macron. Risk of appearing multiple competitors rallied from the first or last hourAlready, those who want to participate in the government and those who just want to support are heard. Those who want to make a presidential party and those who want to preserve, in one form or another, their old structure, opposition? Participation? Splits are going on right. Some think that there is a place for a right-wing opposition that could recover some of the voters of Marine Le Pen and even go a long way with the reasonable part of this party which also wants to open to approach the power.

Macron et après ?
For we must not forget Marine Le Pen and the National Front. She came in second in the first round, with 21.3% and 34% and 10.6 million votes in the second. That is twice as much as Jean-Marie Le Pen (5.5 million) in 2002 against Jacques Chirac.
These results are the best obtained by the NF and Marine Le Pen and constitute an important progression compared to the previous results, witnesses of the failure of the policies followed to date.
This vote is likely to be somewhat forgotten, especially if the glass ceiling is effective locally in the legislative elections to prevent the election of deputies of the NF. These results only moderately worry politicians. They will be able to use them, again in the legislative elections, to promote the useful vote for them, which allows them to continue. What worries them even less than the results is the situation of the citizens who vote National Front by suffering and despair.
In the last days of the campaign, the « dediabolisation » was translated into the desire of Marine Le Pen not to appear as the president of the NF, by the opening to Nicolas Dupont-Aignan, the confusion about retirement or Exit of the euro … But too little and too late. Insufficient to approach power and 40%.
Hence his desire to pursue a change that reveals divisions between those who want to go further, change the name of the party, expand further … And those who want to maintain and return to the fundamentals, especially on immigration. With some mistakes like the behavior of Marine Le Pen during the debate between the two rounds, the unfortunate appointment of an interim president not presentable …
Also with the temptation of hardening, violence for some who hardly support a « dediabolisation » that they accepted in the hope of reaching power soon. 
 A maintained PS seems to have little chance. Those who could do it, because they hold the organization, do not want it. Valls has long said, the word socialist irritates his gums. Those who want are not able to. The 6% of Hamon is not enough. And is it playable, given the historical vicissitudes of the family that goes from Guy Mollet to François Hollande through the illusionist François Mitterrand?

Francois Hollande, by his sacrifice, has practically succeeded. Breaking the PS and paving the way for a government party that will not have finance as an enemy, which will have eliminated any socialist superego to make it the equivalent of the Italian Democratic Party (PD) or the German Social Democratic Party . The French socialist exception, admittedly illusory, has lived.

For the PS minority, for EELV, their separate future is fragile. Their future in common uncertain. Temptation of a new PSU? With the same future? A dynamic merger towards an unequivocal left-wing ecologist party? Or end of comet bringing together ecologists who have followed the tribulations of the PS and the socialists who denounced them?

The left of the left is in a situation, apparently, more positive. The work, methods and results of Jean-Luc Mélenchon and France Insoumise bring hope with many pitfalls. Jean-Luc Mélenchon and François Hollande killed the PS. Will Jean-Luc Mélenchon and Pierre Laurent kill the PC? Or the PC and France Insoumise?

The importance, never achieved, of abstention and of white or null votes can make hope for the continuation of the mobilization around France Insoumise. More than 4.2 million voters turned out for the second round and put a blank or no ballot in the box (2.15 million in 2012), a record for such a ballot, already marked by a very strong abstention (25.44%). But it must not be forgotten that these abstentions and votes are not all left-wing.
On the other hand, if the left of the left regains a certain dynamism, it can attract again a part of those who voted Macron under the pressure of the commentators of polls (more than polls themselves), editorialists, some thinkers of the left who played with fear, with bad conscience. At first and second round.
In the first round, 4 candidates obtained results close to 20% with an abstention rate of the same level. In the second round, Emmanuel Macron took him far ahead of Marine Le Pen. But the results and the importance of the abstentions and of the white and nil vote in the two rounds do not make it possible to foresee the composition of the next National Assembly, since it will depend on very different circumstances in the 577 constituencies. It will depend on the dynamics that will be created in the coming days.
It is not sure that it benefits only Emmanuel Macron.
This allows everyone to leave with some hope. And with great expectations for the polls and their commentators.

Macron et après ?

Second round and after?

Second tour et après ?
In the first round of the presidential election, 4 candidates obtain around 20% of the votes cast. The others behind Benoît Hamon (6.36%) and Nicolas Dupont-Aignan (4.7%), each get less than 2%.
These 20% do not have the same meaning for all applicants. They give Emmanuel Macron and Marine Le Pen the opportunity to participate in the second round.
It is a remarkable personal success for Emmanuel Macron, unknown a few years ago, having never faced universal suffrage, without any apparatus. He was able to create around his person with a fuzzy program, an impressive dynamic by the media and political people that he provoked. Supports the young candidate harvests throughout the political spectrum. In the media. Aided by the great fear aroused by the possible victory of Marine Le Pen and the floats in the extreme right, disoriented by the misadventures of his stubborn champion.

Asset and problem for Emmanuel Macron: the overflow of disparate rallies, in view of the legislative elections. Candidates, more or less known, today and yesterday, coming from the center, the right or the left, ready to pursue the policy of Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Holland but expecting some rewards …
Perhaps, Emmanuel Macron could hire Francois Hollande as adviser to the synthesis …

Marine Le Pen did not arrive, as she hoped and as many announced, at the head of this first round. Nevertheless, she continues to increase in number of votes and in percentage compared to the previous presidential elections.
Considering assured her popular base, she is pursuing a second-round policy by widening her base to the right with Nicolas Dupont-Aignan and returning on promises of retirement at age 60, on the exit of the euro not for to morrow….

We must thank François Fillon. To have, by his stubbornness and his shattering social program, eliminated the right of the presidency. To have revealed how easily the virtuous right is ready to become the extreme right when it finds a champion, apparently clean on him, with the just ostentation that allows to recognize the good society. Fraudster of social fraud, it is by no means hampered by small family arrangements, small gifts between friends.
The eternal contradiction between the moralism displayed for the common people and the morality practiced between one another.

The biggest increase is that of Jean-Luc Mélenchon, rising from 11.10% in 2012 (3 984 822voices) to 19.58% (7 060 885) in 2017 when he could not count neither on a decided party, nor on an important network of elected officials, the difficulty in collecting signatures has clearly shown. And with media more interested, initially, by his character, then by his qualities of speaker, finally by his international tropisms but much more rarely by the work in the elaboration of his program, he has built with the social and the ecological, by his desire of a new democracy with the participation of the maximum number of citizens, by his will to attack the far right vote and abstention (caravans for registration on the electoral roll). In the face of the mobilizations he provoked, the media ended by discovering that he had partially circumvented them by its own means.

During this first round, there has already been talk of the useful vote in favor of Emmanuel Macron. It is not unrelated to the fact that Jean-Luc Mélenchon can not participate in the second round, he missed only 600,000 votes. Nationally, it receives 19.58% of the vote. This percentage is between 27 and 30%, according to the surveys, among 18-24 year olds, twice 2012, 24% among workers, and 22% among employees.
Among Muslims, the most secular candidate of the presidential election obtained 37% of the votes (20% in 2012) against 24% for Emmanuel Macron, 17% for Benoît Hamon, 10% for François Fillon and 5% for Marine Le Pen (Poll Ifop – Le Pèlerin).

Second tour et après ?Since the beginning of the electoral campaign, many are giving wise advice to Jean-Luc Mélenchon: to participate in the brilliant primary of the Beautiful People’s Alliance, to rally Benoît Hamon before he is abandoned by the PS and its electors, Now to join the camp of fear.
Yesterday, the fear of everything had bad press because it urged citizens to vote Le Pen, now the fear of Marine Le Pen has good press to push to Macron vote. But the press is always the press, it always goes in the same direction. Yesterday and today ! Bring back into the ranks and in this case, the vote Emmanuel Macron!
Knowing the diversity of points of view of the supporters of The France insoumise for the vote in the second round, Jean-Luc Mélenchon said he would vote but did not say how. It does not give a voting instruction to preserve the unity of the Insoumis before the legislative élections. While recalling that voting Front National was not an option. Neither for him nor for the Insoumis consulted.
La France insoumise organized a consultation open to all the Insoumis to say what they were going to do in the second round, but this consultation is not normative.
He held out a pole to Emmanuel Macron, asking him to make a gesture on the labor law that Macron immediately rejected.
It was predictable. Perhaps he could have asked for a gesture on the use of 49-3 and the ordinances that Emmanuel Macron said he would use them this summer to go faster. A short-circuit, good start, without democratic debate!

Second tour et après ?
The result of the consultation of the Insoumis is now known. 243,000 people gave their opinion about 55% of the 440,000 registered to support the candidacy of Jean-Luc Mélenchon. Of course, people can change between the time they gave their opinion and the day of the ballot. But this is not a poll, it is the result of a consultation: white or null vote, 36.12%, vote Emmanuel Macron 34.83%, abstention 29.05% (1). Two-thirds 65.17% will not vote for Emmanuel Macron. According to an Elabe BFMTV poll, 44% of Mélenchon’s voters in the first round would vote for Emmanuel Macron.
These results suggest that the Insoumis will count in the coming weeks. A first indication will be given on Sunday by the rate of abstentions, blank or null ballots: in 2012, there were 9,049,998 abstentions (19.65%), and 2,154,956 blank or invalid ballots (5.82% ) …
 

With the arrival of Emmanuel Macron at the Élysée, they will talk about the triumph of democracy, the Republic, the European Union (which will be called Europe) when we simply elected the ideal son-in-law to continue , the policy pursued for years – with the success known both from a socio-economic and a political point of view with the vote of Marine Le Pen – by the successive rulers whose artisans find themselves in En Marche! The UMPS, as the National Front said, officialized! 

Still, the results of the second round will not settle everything. But to serve as a basis for the discussions, already engaged in all the camps for the legislative investitures. The victory in the presidential election will certainly give a dynamic. It is not certain that it is sufficient to obtain a majority in the National Assembly. Still less a coherent majority. 

From this point of view, Jean-Luc Mélenchon makes risky calculations when he announces that, with the results of the presidential election, La France insoumise can hope to be present in 451 of the 577 districts where it has exceeded the threshold of 12.5% ​​needed to qualify for the second round including the 67 where he came in first. It is probable that there will be many triangulars or even quadrangular ones, but these multiple candidatures risk dividing the left as well as the right. 

It is however a motive for energizing the Insoumis especially if the rate of abstentions, white or null votes is important. Abstentions, white or null votes, form  of resistance, of hope. They will not be counted for the election but will be examined closely and will weigh in the mobilization. 

Hope now is in a refounding of the left around France Insoumise and a group of deputies as extensive as possible. This is what the results of Jean-Luc Mélenchon in the first round of the presidential allows hope … 

Knowing that this will not be enough. And it will take other mobilizations. But it is the first glimmer in Europe for an opposition, not nationalist but for a change of economic and social orientation. 

1 – Note that these Insoumis did not follow Jean-Luc Mélenchon who will vote on Sunday and wants to make the vote mandatory.

Second tour et après ?

Le tsunami de la présidentielle

In english below
Le tsunami de la présidentielle

Le tsunami de la présidentielle

L’élection présidentielle n’a pas encore eu lieu. Elle est déjà un tsunami qui bouleverse le paysage politique. Notamment les partis dits de gouvernement. Et ce n’est pas fini…

L’autodestruction du Parti socialiste.

Ne tient pas seulement au manque de résultats de la politique suivie pendant son mandat par François Hollande.
La coïncidence de la durée des mandats, cinq ans, du président de la République et des députés, voulue par Lionel Jospin, a piégé François Hollande. Le septennat présidentiel lui aurait permis de continuer à présider comme François Mitterrand dans une cohabitation éventuelle de deux ans qui lui aurait, peut-être, permis de reconstituer sa popularité et de se présenter pour un nouveau mandat.

Son échec à faire reculer le chômage, notamment chez les jeunes, priorité affichée de son quinquennat, la faiblesse de sa cote de popularité dans les sondages et la pression d’ambitieux amis l’a conduit à ne pas se représenter.

Par un optimisme excessif, il a attendu le dernier moment pour prendre sa décision. Ce qu’avait fait François Mitterrand pour se débarrasser de ses concurrents éventuels et notamment de Michel Rocard. Mais, appliquant la même tactique, se prononcer le plus tard possible mais en renonçant, il a contribué à retarder, exagérément, la primaire du parti socialiste et de ses alliés. Il a empêché une préparation sérieuse, au niveau équipe, programme, matériel… des candidats à sa succession.
C’est particulièrement visible dans l’impréparation de Benoît Hamon qui est obligé d’ajuster, en quelques semaines, son programme après des annonces flamboyantes mais insuffisamment élaborées.
Jean-Luc Mélenchon ayant annoncé, très tôt, sa candidature a eu plus d’un an pour élaborer, collectivement, son programme et les moyens de sa campagne.

Lors de la tardive primaire du PS et de ses alliés, Manuel Valls, premier ministre qui se croyait le prétendant légitime à la charge présidentielle, a suivi son président dans le désamour populaire. Et subi un cuisant échec.
Dans une primaire réservée aux adhérents socialistes, François Hollande et Manuel Valls avaient une chance, si on en croit les sondages. La primaire étant ouverte, de nombreux électeurs de gauche de 2012 déçus par François Hollande et son influent premier ministre se sont déplacés pour éliminer Manuel Valls même s’ils pensaient ne pas voter pour le vainqueur de cette primaire, lors du scrutin présidentiel.

Au delà des promesses et des serments d’ivresse préélectorale, il est évident que l’opposition de Benoît Hamon au gouvernement ne pouvait qu’entraîner une opposition de nombreux ministres à sa candidature. Face à l’indiscipline partidaire de Benoît Hamon, dans son soutien au gouvernement Valls et à ses critiques, l’indiscipline dans le soutien et la critique de nombreux ministres à sa candidature n’a rien d’étonnant. Ils pouvaient difficilement se flageller par Benoît Hamon interposé !

Ainsi, Benoît Hamon se trouve abandonné sur sa droite par ceux auxquels il s’est opposé quand ils étaient au gouvernement et, sur sa gauche, par ceux qui l’ont soutenu, seulement pour éliminer Manuel Valls.

Il ne fait pas de doute que cette primaire, éliminatoire pour le président de la République, pour l’ancien premier ministre et autres anciens ministres, fera l’objet de nombreuses réflexions au PS maintenu quel qu’il soit. Après son adoption triomphale en 2012 et sa nouvelle édition moins glorieuse en 2017, il n’est pas sûr qu’une primaire du même type soit organisée en 2022…

Les résultats de cette primaire ont touché, par ricochet, Jean-Luc Mélenchon. Il pensait avoir comme adversaire François Hollande ou Manuel Valls. La désignation de Benoît Hamon, par le tout sauf Manuel Valls, avec la participation de certains de ses partisans, a perturbé sa campagne et lui a fait perdre, probablement, quelques points.

 

Le tsunami de la présidentielle

La droite dans la tourmente

Après le succès de la primaire socialiste de 2012, la droite a repris la méthode. Là encore avec des résultats inattendus. D’abord l’élimination dès le premier tour de de l’ancien président de la République et de quelques anciens ministres. Avec l‘aide de certains électeurs de gauche qui ont apporté leur bulletin à Alain Juppé et leur obole à François Fillon. Décidément, le billard politique est un art difficile.

Mais l’histoire n’était pas terminée et, au second tour, un ancien premier ministre, déjà condamné par la justice mais favori de de la gauche, du centre et du tout politique était sèchement éliminé par le sévère, sérieux, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, soutenu par la droite catholique.
Finalement un honnête notable, mis en examen, aux multiples déclarations contradictoires et inexactes, est proposé pour succéder à un mis en examen qui avait choqué la bonne société par son coté clinquant. Pour conduire, sans états d’âme, une politique vraiment de droite.

Avec quelques troubles parmi ses soutiens. Mais par sa repentance toute chrétienne et sa persévérance toute diabolique, François Fillon a su retourner la situation. S’il n’a pas devant lui l’avenue vers l’Élysée, largement ouverte, qui lui était promise, il reste toujours dans la course. Il a réussi à être le candidat, mal aimé peut-être, d’une droite dure.
Quel que soit le résultat de l’élection, l’aventure Fillon, les aventures Fillon, pèseront sur l’avenir de la droite.

Le tsunami de la présidentielle

D’autres changements s’installent dans le paysage politique.

Les commentateurs ont répété, pendant des années, que le système électoral français, notamment le scrutin uninominal à deux tours pour la présidentielle et les législatives, structurait les échéances électorales et bloquait l’émergence de tout autre offre politique.

Pourtant, dans les autres démocraties occidentales, quel que soit le mode de scrutin, avec ou sans élection présidentielle, la situation est peu différente : travaillistes/conservateurs au Royaume-Uni, CDU-CSU/SPD en Allemagne, Démocrates/Républicains aux États-Unis…

Paradoxalement, il y a quelque temps que la France, échappant à ce schéma, est passé du bipartisme au tripartisme PS, LR et… FN. Sauf à reprendre le discours du FN, UMPS/FN. Ce qui serait plus applicable à l’Allemagne avec une Grande coalition, CDU-SPD qui n’a pas, encore favorisé l’émergence d’une troisième force crédible, ni libérale, ni verte, ni d’extrême droite, ni d’extrême gauche.

Enfin, qui peut dire aujourd’hui quelle configuration va s’installer en France avec l’apparition, en plus des FN, LR et PS, de En-Marche et de la France insoumise ?

Tout ne dépend pas seulement de l’élection présidentielle qui va désigner deux concurrents à l’issue du premier tour et un seul président. Mais aussi des élections législatives qui vont renouveler très fortement la composition de l’Assemblée nationale. Avec une importante dispersion des candidatures, au risque d’une assemblée sans majorité.
Dispersion de la droite et du centre, dispersion des PS, dispersion de Gauche de Gauche, inconnu d’En-Marche.

Ce renouvellement du personnel politique lors des législatives sera accentué par les effets de la loi sur le non cumul des mandats. De nombreux députés-maires choisiront de conserver leur mandat local en sacrifiant un mandat de député devenu incertain pour beaucoup de sortants.

Le tsunami de la présidentielle

Pour terminer sur une note optimiste, on peut espérer qu’il en sortira un rajeunissement et une féminisation de l’Assemblée nationale. Avec un degré d’optimisme supplémentaire, des parlementaires qui, connaissant la législation anti-corruption et sentant la diligence des juges seront plus scrupuleux dans l’utilisation des deniers de l’impôt.
Pour cela, les électeurs ont un rôle à jouer : sanctionner les candidats mis en examen. Ce serait un tsunami dans le tsunami !

Le tsunami de la présidentielle

The tsunami of the presidential election

The presidential election has not yet taken place. It is already a tsunami that is disrupting the political landscape. Notably the so-called parties of government. And it’s not over…

The self-destruction of the Socialist Party.

It is not only due to the lack of results of the policy followed during his tenure by François Hollande. The coincidence of the five-year term of office of the President of the Republic and the deputies, willed by Lionel Jospin, trapped Francois Hollande. The presidential septennat would have allowed him to continue presiding like François Mitterrand in a possible cohabitation of two years which would perhaps have allowed him to reconstitute his popularity and to run for a new term.

His failure to reduce unemployment, particularly among young people, the priority of his five-year term, his low popularity in polls and the pressure of ambitious friends led him not to stand for re-election.

By excessive optimism, he waited for the last moment to make his decision. What had François Mitterrand done to get rid of his possible competitors and especially Michel Rocard. But, applying the same tactic, to pronounce as late as possible but by renouncing, it contributed to delay, exaggeratedly, the primary of the socialist party and its allies. It prevented serious preparation, at the team, program, material … level of the candidates for his succession.

This is particularly visible in the unpreparedness of Benoît Hamon who is obliged to adjust, in a few weeks, his program after flamboyant advertisements but insufficiently elaborated.
Jean-Luc Mélenchon announced very early and his candidacy had more than one year to collectively develop his program and the means of his campaign.

During the late primary of the PS and its allies, Manuel Valls, prime minister who believed himself the legitimate pretender to the presidential post, followed his president in popular desamor. And suffered a terrible failure.
In a primary reserved for socialist members, François Hollande and Manuel Valls had a chance, according to polls. Primary being open, many left-wing voters of 2012 disappointed by François Hollande and his influential prime minister moved to eliminate Manuel Valls even though they thought not to vote for the winner of this primary, during the presidential ballot.

Beyond the promises and the oaths of pre-electoral intoxication, it is clear that Benoît Hamon’s opposition to the government could only lead to opposition from many ministers to his candidacy. Faced with the party’s indiscipline of Benoît Hamon, in his support for the Valls government and its critics, the indiscipline in the support and criticism of many ministers to his candidature is not surprising. They could hardly flagellate themselves by Benoît Hamon interposed!

Thus Benoît Hamon finds himself abandoned on his right by those to whom he opposed when they were in government and, on his left, by those who supported him, only to eliminate Manuel Valls.

There is no doubt that this primary, elimination for the President of the Republic, for the former prime minister and other former ministers, will be the subject of many reflections to the maintained PS whatever it is. After its triumphant adoption in 2012 and its less glorious new edition in 2017, it is not certain that a similar primary will be organized in 2022 …

The results of this primary have touched, by ricochet, Jean-Luc Mélenchon. He thought he had Francois Hollande or Manuel Valls as his opponent. The designation of Benoît Hamon, by all but Manuel Valls, with the participation of some of his supporters, disrupted his campaign and probably lost a few points.

The right in the turmoil

After the success of the socialist primary of 2012, the right has resumed the method. Again with unexpected results. First the elimination in the first round of the former president of the Republic and some former ministers. With the help of some left-wing voters who brought their newsletter to Alain Juppé and donated it to François Fillon. Clearly, political billiards is a difficult art.

But the story was not over and, in the second round, a former prime minister, already condemned by the judiciary but a favorite of the left, the center and the political whole, was dryly eliminated by the severe, serious, former collaborator of Nicolas Sarkozy, supported by the Catholic right. Finally a notable honest, investigated, with multiple contradictory and inaccurate statements, is proposed to succeed a defendant who had shocked the good society by its flimsy side. To drive, without states of mind, a truly right-wing policy.

With some disturbances among his supporters. But by his Christian repentance and his diabolical perseverance, Francois Fillon knew how to turn the situation around. If he did not have the large avenue, open to the Elysee, which was promised to him, he always remains in the race. He managed to be the candidate, perhaps unloved, of a hard right. Whatever the result of the election, the Fillon adventure, the Fillon adventures, will weigh on the future of the right.

Other changes are taking place in the political landscape.

Commentators have reiterated for years that the French electoral system, notably the uninominal ballot for two presidential and legislative elections, structured the electoral deadlines and blocked the emergence of any other political offer.

However, in other Western democracies, whatever the method of voting, with or without a presidential election, the situation is very different: Labor / Conservatives in the United Kingdom, CDU-CSU / SPD in Germany, Democrats / Republicans in the United States…

Paradoxically, some time ago, France, escaping this scheme, moved from the bipartisan to the tripartism PS, LR and … FN. Except to take again the speech of the FN, UMPS / FN. What would be more applicable to Germany with a Grand Coalition, CDU-SPD which has not yet fostered the emergence of a third credible force, neither liberal nor green, nor extreme right, nor extreme left.

Finally, who can say today what configuration will settle in France with the appearance, in addition to the FN, LR and PS, En-Marche and The Unbridled France?

Everything depends not only on the presidential election that will appoint two competitors at the end of the first round and only one president. But also of the legislative elections which will renew very strongly the composition of the National Assembly. With a large dispersion of candidates, at the risk of a Assembly without majority. Dispersion of the right and the center, dispersion of the PS, dispersion of Left of Left, unknown of En-Marche.

This renewal of the political staff during the legislative elections will be accentuated by the effects of the law on the non-cumulation of the mandates. Many deputy mayors will choose to retain their local mandate by sacrificing a deputy mandate that has become uncertain for many leavers.

To conclude on an optimistic note, one can hope that a rejuvenation and a feminization of the National Assembly will emerge. With an additional degree of optimism, parliamentarians who, knowing the anti-corruption legislation and feeling the diligence of judges, will be more scrupulous in the use of tax dollars. For this, the voters have a role to play: penalize the charged candidates. It would be a tsunami in the tsunami!

Les urnes de Pandore

Les urnes de Pandore

Tout était prévu pour ces printanières élections. La campagne électorale n’a pas commencé, déjà, sur le bord de la route, quelques dégagés, en attendant l’ouverture des urnes de Pandore de la présidentielle et des législatives dont personne ne peut dire ce qui en sortira.

Surtout pas les sondeurs. Leur prudence apparaît après les déboires en France lors des primaires de droite et de gauche et lors du référendum britannique et de l’élection présidentielle aux États-Unis.

Désormais un sondage sur les élections ne peut être publié sans qu’il soit précisé : attention, il ne s’agit pas d’une prédiction du vote des Français mais d’une photographie des intentions à la date de réalisation du sondage (1).

Les sondeurs ne présentent pas encore correctement leurs résultats qui devraient être, par exemple : candidat A, 26 +/–3 %, candidat B, 23 +/-3 %. Ceci conduirait à reconnaître que ces résultats sont quasiment identiques pour A entre 23 et 29 % et pour B entre 20 et 26 %. Cela anéantirait la pertinence de maintes discussions, notamment sur les avancées ou les reculs de 1 ou 2 % de tel ou tel candidat.

Le second tour de la présidentielle 2017 devait être identique à celui de 2012.

Le président sortant, candidat naturel malgré les statuts de son parti, une politique rejetée dans les urnes aux élections intermédiaires, dans la rue (manifestations à répétition), au parlement (49-3), dans la courbe du chômage qui refusait de plier à ses injonctions depuis 2013 et même dans son impopularité lue… dans les sondages et la volonté d’exfiltration bienveillante de certains de ses amis qui avaient inspiré sa politique…
Finalement, François Hollande a pris la décision unique dans l’histoire de la V° République de renoncer à défendre son bilan dans la primaire de gauche d’abord et dans une éventuelle candidature à la présidentielle.

Après cette historique abdication, la primaire citoyenne de la Belle Alliance populaire, le parti socialiste et ses alliés du gouvernement, a entraîné un deuxième dégagement, celui du Grand Vizir qui voulait être Calife à la place du Calife, mis benoîtement sur la touche.

Petite tempête, chez EELV, troisième dégagement, l’ancienne ministre qui se croyait candidate légitime, dés le premier tour de la primaire écologiste.

Dégagement dès le premier tour de la primaire de la droite et du centre : l’ancien président de la République, doublement légitime, en tant qu’ancien président et tête du parti d’opposition, malgré un bruit de fond de casserole. Suivi, au second tour, du meilleur d’entre nous, ancien premier ministre, malgré le soutien de généreux contributeurs de la gauche, du centre, de la droite. Éliminé au profit du Premier-ministre-collaborateur-honnête-notable-discret mais résilient pendant cinq ans d’un président de la République parvenu et m’as-tu-vu.

Les urnes de Pandore

Avec le changement climatique, les perturbations sont quelquefois soudaines. Le notable, honnête, catholique, gaulliste, qui ne pouvait imaginer la candidature de son ancien chef de service, mis en examen, se retrouve quelque jours plus tard dans cette situation. Face à la perfidie de ses adversaires, de ses amis, de la presse et des juges, il n’hésite pas à faire appel au peuple de droite, contre tout le monde, pour renverser le vent de destitution annoncée. Appel gaullien et mea culpa, devant ses troupes catholiques, le voila transformé, obligeant tous, amis et ennemis, fidèles et traîtres, à se rallier car il y aura plus de joie à l’Élysée pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance.

Finalement, le désir de changement a, déjà, emporté deux anciens présidents de la République, deux anciens premiers ministres et une ancienne ministre. Tout ceci parfaitement imprévu par ceux qui savent, dont les déclarations remplissent quotidiennement la presse sous toutes ses formes. Et, bien sûr, imprévu par les sondages.

Les urnes de Pandore

Tous aux abris. Des dégagements, importants par le nombre, sont à prévoir avec les élections législatives : ceux qui annoncent leur renoncement, leur retraite et ceux qui, du fait de la limitation du cumul des mandats, donneront leur préférence à un mandat local sûr, qui n’est pas en jeu pour le moment, plutôt qu’à un mandat national incertain…

Il est possible d’annoncer un certain renouvellement du personnel politique au niveau national qui ne préjuge en rien d’un changement de ligne. Mais aussi des sondages toujours aussi intéressants à commenter. Par les mêmes toujours aussi compétents.

Reste qu’à ce jour, et le présent article n’y échappe pas, il a été beaucoup plus discuté des affaires que de la politique, de la ligne politique des candidats. On est cependant en droit de se poser la question de savoir si c’est une qualité ou un défaut.

Car l’impression qu’on peut avoir d’assister à la fin d’un régime, d’un système tient à plusieurs choses :

– la multiplication des affaires qui arrivent sur la place publique, qui témoignent d’un changement d’époque, même si beaucoup se terminent par un non-lieu dont chacun sait qu’il est dû surtout aux qualités procédurières des avocats ;

– la parole changeante d’un candidat d’une semaine à l’autre : je ne serai pas candidat si je suis mis en examen suivi d’un je serai candidat même si je suis mis en examen avec quelques hésitations mais sans aucune sanction des éléphants de son clan, ni semble-t-il de ses potentiels électeurs – encore faut-il attendre, prudemment, le résultat de l’élection ;

– le candidat élu ne suit que de très loin le programme qu’il a annoncé. La primaire, relativement réussi de la gauche en 2012, a permis de voir que la politique suivie par le président élu n’était pas celle attendue, notamment avec l’arrivée comme premier ministre de celui qui n’avait recueilli que 5 % des voix à cette primaire !

– l’apparition de concurrents qui ont été membres d’un même gouvernement, l’un ne s’est pas présenté à la primaire pour faire cavalier seul ou les autres se sont présentés avec des propositions complètement différentes en annonçant qu’ils se désisteraient en faveur du gagnant et qui refusent, ensuite, de le suivre parce qu’il maintient les propositions annoncées…

Seule espérance que cette déliquescence morale et politique soit sanctionnée par les électeurs à l’élection présidentielle et aux législatives..

Les urnes de Pandore

1 – Ces précautions n’existent toujours pas dans les autres sondages. Pour une raison simple : il est possible de comparer les résultats des sondages et de l’élection. Les erreurs apparaissent alors.
Ce moment de vérité n’existe pas devant tous les sondages qui assurent que les Français pensent telle ou telle chose. La qualité du sondage peut être difficilement estimée.

La nation dans tous ces États

16 février 2017

La nation dans tous ces États

La question de la nation est sur la scène politique, impulsée, depuis des années, par le nationalisme de l’extrême droite, relayée par la droite. Une partie de la gauche, par conviction nationaliste ou par calcul électoral, court derrière.

Beaucoup à gauche ont quelque peine, aujourd’hui, à assumer l’idée de nation, ce qui n’a pas toujours été le cas. Ils ont abandonné la nation à sa dérive nationaliste et ont voulu la déconstruire, la nier, au profit de la lutte des classes.

La nation dans tous ces États

Les prolétaires n’ont pas de patrie. La nation, le sentiment national, le récit national n’existent pas ou n’ont pas lieu d’être. La nation n’est qu’une construction historique. Bien sûr, la nation, et surtout l’État-nation, sont des constructions historiques. La nation n’a pas toujours existé et, telle quelle, n’existera pas toujours. Comme toute institution, l’État-nation est une construction, elle existe. Historique, elle existe aujourd’hui.

En 1945, 51 États ont participé à la fondation de l’Organisation Nations Unies qui devrait plutôt se nommer Organisations des États Unis (mais le terme était déjà pris). L’ONU en comprend, aujourd’hui, près de 200 et cette multiplication devrait continuer en application du principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. De nombreux peuples ont obtenu, souvent avec l’appui de la gauche, la reconnaissance de leur État, de leur État nation, d’autres espèrent y parvenir un jour, y compris en Europe.

A côté des États nations, certains États fédéraux font preuve de stabilité comme la Suisse – 26 cantons, 4 langues officielles – ou l’Inde – 29 États, 23 langues… Dautres États, parfois anciens, semblent avoir des difficultés à perdurer en l’état mais ce n’est pas pour disparaître, simplement, dans le néantIls risquent d’être démembrés pour donner naissance à d’autres États nations. Ainsi, l’Espagne, agitée par des volontés séparatistes voulant devenir de nouveaux États nations : Catalogne, Euskadi. Au Royaume-Uni, l’Écosse a échoué de peu au dernier référendum et relance la question à l’occasion du Brexit. La Belgique est en proie à des tentations séparatistes
Dans le monde, existent de nombreux peuples sans État…

L’État nation est une construction… encore en expansion numérique, d’une certaine façon, on pourrait dire qu’il y a, à ce jour, une tendance à la mondialisation de l’État nation. Même si, à l’avenir, la mondialisation peut le mettre en cause au moins dans sa forme actuelle.

Les constructions historiques supranationales comme l’Union soviétique, la Yougoslavie, la Fédération du Mali, la République arabe unie… ont eu une existence relativement éphémère. Aujourd’hui, l’Union européenne, non aboutie, est mal en point. Avec le Brexit d’abord, avec la montée des nationalismes à l’intérieur de ses différentes composantes. Elle semble plus fragile que bien des États qui la composent… et dont certains lui doivent, en partie, leur existence ou leur renaissance.

Il fut un temps où certains opposaient nation et lutte des classes. Pour nombre de partisans de la lutte des classe, la nation n’existait pas ou était un moment éphémère à dépasser. Ce qui a joué dans le soutien à la patrie du socialisme contre les revendications nationales et dans le retard à reconnaître le moment historique des luttes de libération nationale : elles auraient dû attendre mais ont atteint leur but avant la révolution socialiste libératrice dans les métropoles qui devait leur ouvrir la voie

Plus habiles, ceux qui opposaient contradiction principale et contradiction secondaire, avec l’avantage de pouvoir changer suivant les circonstances. Les révolutionnaires ont essayé d’utiliser les luttes nationales pour déboucher sur le socialisme. Dans les faits, c’est plutôt le nationalisme qui a profité de l’aide des pays et des militants souvent communistes qui l’ont quelquefois payé cher. Les pays sont devenus indépendants, ils sont souvent passé, au moins verbalement, par une période socialiste mais les conditions sociales des couches les plus exploitées ont peu évolué.
L
a domination étrangère, coloniale, a été remplacée par des dominants nationaux souvent soutenus de l’extérieur.

Dans les nouveaux États nations comme dans les anciens, les rapports sociaux, dominants-dominés, sont peu différents. Qu’on l’appelle domination de classe, opposition compétents-exécutants, élites-masses populaires, la division de la société entre ceux d’en haut et ceux d’en bas demeure.

Ce rapport de domination existe aussi au niveau international : La Lutte des classes existe, nous l’avons gagnée, énonce Warren Buffett, troisième homme le plus riche du monde. En effet, il existe, malheureusement, une internationale des capitaux, des dominants, Davos peut en être le symbole.
Il n’existe pas une internationale des dominés qui soit capable de faire face. Mais des structures internationales cache-misère et des initiatives qui ont peine à déboucher malgré quelques succès ponctuels.

Il en est de même au niveau européen. Les institutions européennes sont aux mains des forces dominantes et de leurs groupes de pression organisés, structurellement. Il n’existe pas de véritable parti ou syndicat européens – la Confédération européenne des syndicats est inaudible. Dans l’Union européenne, les contestations, nombreuses, sont surtout organisées au niveau national et, de plus en plus, avec une connotation nationaliste.
La naissance et le développement de Syriza a pu susciter quelques rencontres d’espoir et quelques manifestations de soutien. Au moment de l’épreuve de force, face à l’étouffement organisé par la troïka, le mouvement populaire est resté étrangement insuffisant à l’échelle européenne.

L’organisation européenne des droites nationalistes serait-elle plus avancée – réunion de Coblence – que celle des syndicats ou des partis de gauche, internationalistes ?

L’État nation est le seul lieu où s’exerce une démocratie incomplète, discutable, locale, régionale, nationale. Les démocraties populaires n’ont pas fait leur preuve. Pour le moment, il n’est rien de mieux que cette démocratie incertaine même si elle est fortement biaisée par des inégalités croissantes aux niveaux économique, social, culturel… La règle est une personne, une voix mais le poids des personnes ne se résume pas au bulletin de vote. Certains n’ont pas besoin de voter pour peser sur les décisions grâce aux moyens matériels et immatériels dont ils disposent… Renforcé par l’organisation institutionnelle de l’Union européenne, structure de démocratie indirecte, voulue par les gouvernements des États membres…

La nation est un lieu d’homogénéisation culturelle, linguistique (homogénéisation de la langue nationale, parfois contre d’autres langues), nationalisation de la société. Cette homogénéisation peut rencontrer des difficultés avec des populations nouvellement arrivées, être en conflit avec des entités locales, régionales – qui revendiquent leur droit à l‘existence culturelle ou même étatique au nom du principe des nationalités. Elle peut être menacée par des tendances supranationales, Europe, mondialisation. Mais cette homogénéisation permet d’assurer le vivre ensemble dans une société relativement pacifiée et un fonctionnement institutionnel dans le respect de certaines règles.

C’est aussi le lieu le plus important de solidarité institutionnelle. Certes la solidarité familiale n’est pas négligeable. Mais la solidarité institutionnelle est essentiellement nationale, solidarité entre communes, départements, régions, même si, à ce niveau, l’Union européenne joue un certain rôle. Solidarité nationale surtout entre individus et générations, solidarité de plus en plus attaquée par la mise en question de tout le système de protection sociale : sécurité sociale, allocations diverses, retraites, chômage… Par sa privatisation, par l’internationalisation de la finance et des assurances et au niveau idéologique.

En France, pour l’Insee, la part des dépenses socialisées dans la consommation des ménages s’élevait à 25 % en 2015. Beaucoup plus dans des secteurs essentiels, aux trois quarts pour les dépenses liées à la santé et lenseignement est financé à 90 % par l’État…

Cette homogénéisation de la nation peut, aussi, être dangereuse si elle est dévoyée dans sa forme nationaliste ce qui a malheureusement souvent été le cas. Quand elle s’éloigne de la légitime satisfaction d’être à la prétention d’être supérieure à toutes les autres : ce qui a été porté à son paroxysme par le nazisme sur le plan intérieur et sur le plan extérieur. Ou quand ce nationalisme a détourné un universalisme proclamé pour exporter la civilisation et la construction d’un empire colonial hier ou promouvoir, aujourd’hui, une politique d’exclusion à l’intérieur : liberté, égalité, fraternité confinées à une partie de la population. Qui divise les couches sociales les plus défavorisées et les entraîne dans des affrontements fratricides.

Faute de proposer un avenir solidaire à tous, l’extrême droite divise en offrant à ceux qui souffrent un exutoire illusoire mais qui assure la poursuite de son développement. Pour paraphraser un ancien président de États-Unis si, faute d’ennemi extérieur vous pouvez convaincre l’homme blanc… qu’il vaut mieux que l’homme de couleur le plus talentueux, de grands espoirs vous sont permis.

La nation a eu de multiples définitions mais c’est, probablement, le sentiment d’appartenance qui la définit le mieux. Or le sentiment d’appartenance à la nation française s’affirme régulièrement au fil des générations, y compris chez les enfants de l’immigration – 93 % d’entre eux se sentent Français d’après l’Insee (Figaro 08/01/16). Mais si la solidarité nationale se délite, elle risque d’être remplacée par d’autres solidarités dangereuses pour l’avenir.
La glorification dangereuse de l’État nation et l’appâtage des minorités qui va avec, libèrent une énergie antidémocratique.

La nation dans tous ces États

Lors de la Conférence de Paris sur le climat, 195 États ont pris, à l’unanimité, des décisions pour faire face au réchauffement climatique. Devant le risque que court l’espèce humaine dans sa survie sur la planète, pour la première fois, ils n’ont pas regardé ailleurs, même si ces décisions peuvent paraître insuffisantes et encore plus leur suivi qui risque fort de ne pas être à la hauteur.

La forme État nation étant la construction historique, pour le moment, la plus répandue, il reste à dire quelle place, quel rôle on veut lui attribuer dans la situation actuelle. Si l’on considère que la question fondamentale aujourd’hui est le dérèglement climatique, l’organisation de la vie de 10 milliards de personnes dans un espace planétaire limitée, avec des ressources limitées dont l’exploitation peut être catastrophique, ce n’est pas un État aussi puissant soit-il ou quelques États qui pourront apporter une réponse efficace.

Cette question ne peut être résolue à l’échelle nationale. Une solution au niveau international, mondial est, évidemment nécessaire.

Dans cette optique, les États nations ont, encore, un rôle fondamental à jouer. Dans le cadre d’institutions telles que l’Organisation des nations unies qui pourrait organiser une réponse cohérente, mondiale dans le respect d’une mondialisation des États-nations, de leurs particularismes qui n’entacheraient pas la poursuite du but commun et qui font le sel de la vie.
A défaut, il est à craindre que particularismes nationaux et démocratie soient peu ménagés par une dérive autoritaire généralisée au nom d’une efficacité nécessaire pour la survie.

Le non respect de la démocratie et de la diversité risque d’entraîner des coûts en vies humaines, déplacements de populations, affrontements, qui viendraient s’ajouter à ceux d’un dérèglement climatique qu’il serait encore plus difficile de juguler.

La nation dans tous ces États

Laïcité, ensemble

Laïcité, ensemble

Laïcité, ensemble

La laïcité, délaissée depuis longtemps par la gauche, a été reprise par ceux qui la combattaient, la droite et l’extrême droite, pour en faire une arme d’exclusion, contre les musulmans.

Article 2 de la Constitution de 1958 : La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances…

Sans être juridiquement définie, la laïcité repose sur quelques principes : liberté de conscience, liberté de croire ou non, d’avoir une religion ou non, séparation du pouvoir spirituel et temporel, des Églises et de l’État, refus de la domination de la religion sur la société, neutralité de l’État à l’égard des confessions religieuses.

Le mot laïc est apparu au Moyen Âge pour désigner l’homme du commun non instruit dans la religion, ni clerc, ni religieux. Mais l’idée de laïcité a des sources lointaines, chez les philosophes grecs et romains et même chez Averroès, Ibn Roched, philosophe et théologien musulman du douzième siècle. Certains considèrent qu’elle peut être déduite de l’Évangile selon Marc 12:17 : Rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.
A Rome, les empereurs étant considérés comme des dieux, les chrétiens reconnaissaient son pouvoir temporel et non son pouvoir religieux, forme de laïcité qui leur a valu quelques persécutions jusqu’à la conversion de l’empereur ce qui a renversé la situation.

La laïcité n’est pas une invention, une exclusivité françaises, même s’il est souvent dit que cette notion est intraduisible dans de nombreuses langues. Elle a pris, ailleurs, d’autres formes. Mais elle a été et demeure, en France, l’objet d’un long combat… contre la domination de l’Église catholique sur l’État et la société.
Le débat actuel sur la laïcité ne peut s’abstraire de cette histoire et se résumer à la séparation des Églises et de l’État et au statut scolaire qui ont été plus ou moins stabilisés en fonction du rapport des forces à un moment donné. Et qui peut, à tout moment, être modifié, brutalement ou à la marge, en fonction de nouvelles situations. L’Histoire ne s’arrête pas à la fin du dix-neuvième, début du vingtième siècle.

Laïcité, ensemble

En France, comme dans bien des pays européens, pendant des siècles, l’Église a exigé la soumission à l’autorité divine. A sa propre autorité. Les rois étaient de droit divin, représentants de Dieu sur terre, leur pouvoir venait de l’Église ou, au moins, était consacré par elle… Cette alliance du trône et de l’autel est bien illustrée par le sacre des rois de France dans la cathédrale de Reims du huitième au dix-neuvième siècle : trente-trois rois en un peu plus de 1000 ans. Leur autorité était liée. Même si ce n’était pas toujours sans conflit.

Napoléon mit les choses au point pour son sacre qui eut lieu à Notre-Dame de Paris, en 1804. Il se couronnerait lui-même et… le pape donnerait seulement sa bénédiction… Après s’être couronné lui-même, Napoléon couronna Joséphine… Le pape durant toute la cérémonie eut toujours un peu l’air d’une victime résignée, mais résignée noblement.

Laïcité, ensemble

Pour la période moderne, c’est au dix-huitième siècle qu’est fortement contestée, notamment par d’Alembert, l’abus de l’autorité spirituelle réunie à la temporelle. Et, si les mots laïcité, laïciser…, sont des mots de la Troisième République, les choses sérieuses ont commencé bien avant et sont devenues très concrètes avec la Révolution de 1789. Décapiter le Roi n’était pas un simple meurtre familial, comme il y en avait eu ici ou là, mais la suppression d’un roi de droit divin, non remplacé, et du pouvoir de l’Église catholique, par la même occasion. Remplacement de la loi divine par la loi des hommes.

D’autres décisions, moins sanglantes mais tout aussi traumatisantes, allaient dans le même sens : déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, abolition des privilèges (1789), proclamation de la liberté de culte, mariage comme contrat civil (1791), laïcisation de l’État civil – alors que, depuis le seizième siècle, baptêmes, mariages et décès étaient inscrits sur les registres paroissiaux – autorisation du divorce dans certaines conditions (1792), calendrier républicain (1793, aboli en 1806 par Napoléon)…
Cela ne s’est pas fait sans résistance de la part de l’Église. Durant l’été 1793, deux lois sont adoptées contre les prêtres qui s’opposeraient à l’état civil et à la loi sur le divorce que l’Église condamne. En 1801, une loi interdit aux prêtres de célébrer le mariage religieux avant le mariage civil…

Après des péripéties diverses, c’est sous la Troisième République que la laïcité reprend sa progression : suppression du repos dominical obligatoire (1879), sécularisation des cimetières (1881), loi Jules Ferry sur l’instruction publique obligatoire (1882), suppression des prières publiques parlementaires (1884), académiques (1875-1886), judiciaires (1883-1900), loi de séparation des Églises et de l’État (1905) : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes… ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte… sauf pour des dépenses relatives à des exercices d’aumônerie.
En 1905, l’Alsace-Moselle était sous autorité allemande. De ce fait, c’est toujours le concordat de 1801 qui s’y applique, à la demande des élus alsaciens, lors du rattachement à la France en 1919.

Laïcité, ensemble

La laïcité a été condamnée à maintes occasions par Rome (1832, 1864, 1906, 1925, 1926). Et cet équilibre, si vanté aujourd’hui par certains, est mis en question dès que les circonstances s’y prêtent.
Pendant le régime de Vichy, le cardinal Gerlier, primat des Gaules déclare : Travail, Famille, Patrie, ces trois mots sont les nôtres. La loi du 5 juillet 1904 qui interdisait aux religieux d’enseigner dans le public, est abrogée en septembre 1940 et l’enseignement privé confessionnel reçoit des subventions de l’État (400 millions de francs en 1941).

Les circonstances changent. Après 1945, la position de l’Église sur la laïcité évolue : parce qu’on ne peut demander aux Français ce qu’on exige des Espagnols » (Pie XII). Les évêques, discrédités pour une bonne part d’entre eux – pas tous, le cardinal Saliège est connu pour ses prises de position courageuses pendant l’occupation – par leur soutien au régime de Vichy ou par leur passivité, admettent le principe d’une juste laïcité.

Depuis la Libération, cette juste laïcité a été retouchée à plusieurs reprises : alors que la France se sécularise, l’aide aux écoles religieuses, les subventions déguisées aux lieux de culte et de culture augmentent. La droite n’a cessé de légiférer contre la laïcité pour renforcer l’école privée, catholique essentiellement : décret Poinso-Chapuis (1948), lois Marie (1951), Barangé (1951), Debré (1959), Guermeur (1977). Législation jamais remise en cause…
En 2004, l’extrême droite et la droite découvrent et reprennent à leur compte la laïcité pour faire adopter, à une forte majorité, la loi qui interdit le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse : en fait, le port du voile par de jeunes musulmanes à l’école. Elle sera suivie, en 2010, par la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public.

La gauche s’est alors divisée entre ceux qui ont approuvé cette loi, pour qui c’était une loi en faveur de la laïcité à l’école, même si elle était présentée par la droite.
Et ceux qui voyaient là essentiellement une loi contre les musulmans, un ersatz de racisme. Parce qu’ils avaient abandonné le combat laïque et n’osaient pas le rependre contre l’islam sur les pas de la droite. Parce qu’ils avaient été incapables de mener à bien la décolonisation. Par paternalisme, faute d’avoir su faire l’unité des travailleurs exploités, de ceux qui croient au ciel et de ceux qui n’y croient pas. Par solidarité avec une partie de la population une fois de plus stigmatisée.

La lutte pour ou contre la laïcité ne se limite pas au vote d’une loi. Elle se continue avec des déclarations comme celles de Nicolas Sarkozy, président de la République, donnant sa version d’une laïcité ouverte et positive en affirmant que dans la transmission des valeurs […] l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur. Suivi récemment par son ancien collaborateur qui a utilisé sa foi chrétienne pour authentifier une fibre sociale publiquement discutée – faut-il et suffit-il d’être chrétien pour être social de façon insoupçonnable ? – et, par la même occasion, faire un appel communautariste à l’électorat catholique.

Entendons-nous bien. Un citoyen a le droit, peut-être aussi le devoir, de militer en fonction de ses croyances. François Fillon comme tout autre. Il est plus contestable de suggérer qu’à défaut de foi, il serait difficile d’être social. Il est tout autant discutable de faire campagne en avançant sa foi chrétienne, si on s’oppose à ce que d’autres le fassent en fonction d’une foi différente.
Une telle démarche préfigure une organisation de la vie politique, en fonction des appartenances religieuses et met en question non seulement la laïcité mais aussi le
vivre ensemble. Surtout au moment où Fr. Fillon semble s’aligner sur les positions les plus rétrogrades d’une partie des catholiques français réunis dans la Manifestation pour tous ou Sens commun.

Il faut remarquer une différence fondamentale entre manifester pour le droit à… et manifester contre le droit à… Dans le droit à l’avortement ou au suicide assisté, il ne s’agit en rien d’obliger qui que ce soit à faire quoi que ce soit. Seulement une liberté nouvelle adoptée majoritairement. Ceux, celles qui ne veulent pas utiliser la possibilité ouverte par la loi, n’ont aucune contrainte. Leur liberté est et doit être totalement respectée.
Être contre le droit à…, c’est vouloir limiter la liberté d’autrui. Pourquoi veulent-ils limiter la liberté de ceux qui ne pensent pas comme eux et qui ne leur font aucun tort ?
Tout simplement parce qu’ils veulent mettre la loi divine – leur loi divine, proclamée et interprétée par eux – au dessus de la loi des hommes, démocratiquement adoptée.

La laïcité, c’est aussi cela. Ouvrir au maximum la liberté de chacun tant qu’elle n’empiète pas sur la liberté des autres.

François Fillon a déclaré Je suis gaulliste et de surcroît, je suis chrétien. On voit mal de Gaulle, tout aussi gaulliste et chrétien, qui allait à la messe tous les dimanches sans que quiconque y trouvât à redire, faire une telle déclaration ! Des personnalités chrétiennes et/ou de droite se sont étonnés d’une telle déclaration.
Ainsi, le député Les Républicains, Henri Guaino : Répondre à une question sur sa foi et ne pas avoir honte de répondre est une chose, mais en faire un argument électoral me pose un vrai problème.
François Bayrou, connu comme catholique et démocrate chrétien : Je connais François Fillon depuis longtemps, je ne l’ai jamais vu faire de déclaration de cet ordre. Ça doit être lié aux élections d’une manière ou d’une autre, à ce qu’on croit être un corps électoral, et je me refuse à regarder les croyants comme un corps électoral, les athées comme un corps électoral, les agnostiques comme un corps électoral, je ne comprends pas qu’on se laisse aller à ce type de dérive-là, je trouve qu’il faut mettre un terme à ces mélanges déplacés (…) On a l’impression qu’on en est à un point, en raison d’un certain nombre de dérives, où on considère que tout doit être l’objet d’une instrumentalisation politique.

Laïcité, ensemble

Dans la situation actuelle, il est difficile de parler de laïcité sans avoir une immédiate montée aux extrêmes quelquefois à front renversé.

D’un coté, il y a ceux qui veulent voir dans la laïcité un rempart contre l’islam au nom de la lutte contre l’islamisme, le djihadisme, le terrorisme islamique. Ceux qui veulent profiter du moment pour défendre la France éternelle, fille aînée de l’Église, l’occident chrétien et même l’occident judéo-chrétien depuis peu. Après la Shoah et près de 2000 ans d’antisémitisme chrétien. S’ajoutent à ceux-ci, les réalistes de gauche qui courent après la droite pour combattre l’extrême droite sur son terrain : sécurité et laïcité.

De l’autre ceux qui espèrent un retour du religieux. Qui, récemment ou depuis toujours, veulent des accommodements raisonnables de la laïcité, toujours plus raisonnables, toujours dans le même sens. Qui utilisent toutes les occasions de revenir en arrière, comme les différentes lois en faveur de l’école privée.
Il en est qui acceptent, difficilement, la moindre visibilité de la religion catholique dans l’espace public et qui s’engagent derrière la visibilité revendiquée par les musulmans pour ouvrir une nouvelle visibilité religieuse.

Pourtant, ce ne sont pas les laïques qui ont obligé les prêtres ou les religieuses à quitter leur uniforme. Le droit à s’habiller à leur convenance leur a été reconnu devant les tribunaux au début du vingtième siècle.
Certains milieux catholiques se sentent en porte-à-faux face à ces musulmans ou musulmanes qui s’affirment comme tels dans la rue. Ils espèrent un retour à une grande visibilité quand d’autres religions qui n’ont pas le même contentieux historique la revendiquent.

Cette sécularisation catholique de la rue – la disparition des soutanes – a probablement joué dans la perception du voile islamique des femmes musulmanes.

On a beau dire que l’islam est présent en France depuis de nombreuses années, il n’a pas participé à l’histoire de la laïcité comme les laïques et les catholiques ou même comme les protestants et les juifs. Il a pu être présent dans les interstices de la société. Et, hélas !, dans l’histoire coloniale de la France.
C’est l’augmentation significative des musulmans en France qui justifie la demande que l’islam soit considéré comme une religion de France comme les autres.
Dans cette optique, il est normal que les musulmans posent certaines revendications qui plaisent ou non et que ces revendications soient discutées pour savoir ce que la société estime acceptable ou non. Il y a là des points de vue différents qui peuvent être gérés et résolus démocratiquement.

Laïcité, ensemble

Si les revendications des musulmans posent problème, c’est qu’elles n’apparaissent pas dans une atmosphère apaisée. Qu’elles sont instrumentalisées politiquement de tous les cotés pour transformer des questions qui, souvent, pourraient être résolues sereinement en affrontements plus ou moins énergiques. Qu’elles sont l’occasion pour certains, pas toujours du même coté, de prolonger, de recommencer la Guerre d’Algérie. De les utiliser comme nouvelle forme de racisme. De pousser plus loin les revendications pour exacerber les oppositions.

Ainsi, la loi interdit le port du voile, comme vêtement ostentatoire, au sein des établissements scolaires. Mais reconnaît que les adultes ont le droit de se vêtir librement à condition de ne point cacher le visage.
Ce point acquis, certains ont lancé le burkini, idée remarquable qui peut être considérée comme provocatrice mais qui ne contrevient à aucune loi, ni à celle de l’hygiène, ni à celle de la pudeur, ni à la liberté pour les adultes de se vêtir à leur convenance.
Cette tenue a conduit à l’adoption de quelques arrêtés municipaux dont un pris par une municipalité qui organise sur la commune une plage naturiste. Ces arrêtés contre le burkini ont été annulés juridiquement mais ont conduit à des querelles estivales qui ne vont pas dans le sens de l’apaisement. Et qui risquent de reprendre à la prochaine saison estivale.

D’autres querelles ont déjà été soulevées qui pourraient être réglées si les interlocuteurs avaient le souci du compromis.

Désormais les repas sont souvent pris dans des cantines avec des possibilités de choix des plats. Il ne paraît pas insurmontable d’offrir la possibilité de présenter des repas sans porc ou des repas végétariens. Pendant des années les élèves et étudiants laïques ont été soumis au poisson du vendredi : l’affreux merlan du vendredi au restaurant universitaire !

Les tenants de la laïcité, les anciens et les nouveaux, devraient s’étonner qu’en France sur les 11 jours fériés annuels, 6 concernent des fêtes religieuses catholiques – lundis de Pâques et de Pentecôte (?), Ascension, Assomption, Toussaint, Noël (aux États-Unis et en Russie, Noël est la seule fête religieuse). Lors de l’élection présidentielle de 1981, la candidate du PSU, Huguette Bouchardeau, avait proposé que 6 jours mobiles soient mis à la disposition du travailleur qui pourrait les répartir à sa convenance, avec l’accord de l’employeur. C’était un façon laïque de respecter le libre choix des travailleurs en fonction de leurs convictions. Probablement trop simple, trop laïque… En tout cas, pas entendu en 1981, passé inaperçu.
Une telle mesure qui établirait simplement une égalité de traitement de tous, quelle que soit la religion ou l’absence de religion, ne bouleverserait pas grand-chose. Serait le signe d’une volonté d’apaisement. Mais cette proposition serait-elle acceptée sans nouvelles querelles ?

Accepter ou proposer des réformes ne veut pas dire accepter toutes les revendications. La Commission Stasi avait relevé des propositions qu’elle considérait comme acceptables ou non. Malheureusement, le gouvernement, les gouvernements, les politiques ont jugé la question résolue avec le vote de la loi sur le voile. Le reste a été envoyé aux oubliettes. La Commission avait joué son rôle. Et les questions, les solutions remises à plus tard à l’occasion d’une nouvelle montée de fièvre.

Il n’est pas possible de parler, en France, de laïcité vis à vis de l’islam comme cela s’est posé vis à vis de l’Église catholique. L’islam dans le monde est tout aussi opposé à la laïcité que l’était le catholicisme. Mais sa force, en France, n’est pas la même. Il n’en demeure pas moins que certaines revendications avancées par certains musulmans en France sont difficilement admissibles. La condamnation du blasphème ou de l’apostasie est un problème interne à l’islam tant qu’elle ne se traduit pas par des actes contraires à la loi. Le statut de la femme ne concerne pas seulement les musulmanes et le port du voile. Certains comportements – refus de serrer la main, refus d’être soigné par une personne d’un autre sexe – n’enfreignent en rien les lois sur la séparation des Églises et de l’État ou la laïcité de l’école encore que ce soit différent quand il s’agit du refus de reconnaître la supériorité hiérarchique d’une femme, enseignante par exemple, refus de certains cours, de la mixité… Elles n’en demeurent pas moins inacceptables.

Dans cette bataille autour de la laïcité, il est étonnant de voir que certains qui sont en pointe pour revendiquer une laïcité appliquée, quelquefois de façon abusive, aux musulmans de France, sont alliés avec les autorités de pays qui imposent à leur peuple les contraintes religieuses les plus strictes. Il est vrai que ces pays ont des ressources qui leur permettent d’acheter des armes, de faire des investissements et même de financer les tendances les plus intégristes de l’islam.

Étendre le dialogue

14 janvier 2017
Étendre le dialogue

Dans trois mois, élection présidentielle : politiques, observateurs, commentateurs discutent du tiercé gagnant. Pourtant facile à prévoir.
Le premier parti de France sera celui des non participants, non inscrits et abstentionnistes, suivi de celui des contestataires et, en dernière position, celui des partis de gouvernement qui se disputeront les restes. Même si, comme lors des élections précédentes, le nombre d’inscriptions de dernière minute a été important, même si la participation est toujours plus forte lors des élections présidentielles.
Se fiant aux sondages, pourtant malmenés ces derniers temps, la sphère médiatique spécule sur le candidat qui, ayant obtenu le plus fort reste, sera face à Marine Le Pen, avec de fortes probabilités d’arriver à la présidence de la République.

La faiblesse chronique de la participation ne chagrine guère politiques et journalistes. Seule question soulevée : qui bénéficiera de la plus ou moins grande participation ?
Pourtant le taux de participation devrait être la principale préoccupation de tous les démocrates. Une faible participation traduit un rejet, un dégoût des politiques ou, au moins, un sentiment de l’inutilité du choix, une indifférence à tout projet commun. Une négation de la démocratie.

A la vue des élections à l’étranger, aux États-Unis et dans plusieurs Länder en Allemagne, des référendums, au Royaume-Uni, le Brexit et, en Italie, l’échec de Mateo Renzi, il est permis de penser que la majorité des peuples des démocraties occidentales désapprouvent, plus ou moins largement, les politiques suivies ou proposées par les partis de gouvernement.
La plupart des gouvernements démocratiques tiennent leur pouvoir d’une minorité de la population de leur pays. Cela devrait les amener à en gommer les aspérités les plus blessantes. Au lieu de quoi, ils semblent s’aligner les uns sur les autres pour aller chaque jour plus loin.
Ils poussent les citoyens à s’enfermer davantage dans un isolement, individuel ou collectif, aux sombres perspectives. Dans un ressentiment qui risque, un jour, d’être explosif.

Pourtant face à ces gouvernements, à ces politiques, la société civile n’est pas sans réactions. La France a connu d’importantes manifestations de masse, répétées, pour exprimer le rejet de la loi travail, rejet confirmé par le Parlement qui a conduit le gouvernement a utiliser l’article 49-3 pour la faire adopter.
Il fut un temps où le gouvernement tenait compte de l’importance des manifestations, de l’opinion du parlement et retirait ou modifiait en conséquence son projet de loi pour obtenir un relatif consensus.
Il n’en est plus de même sous la direction du
faible président de la République et de son gouvernement. Qu’en sera-t-il demain avec son successeur ?

A coté des manifestations traditionnelles, de multiples initiatives prenant des formes diverses s’efforcent de contester les politiques suivies, considérées comme illégitimes. Depuis Nuit debout jusqu’à des actions de désobéissance civile, heureusement non violentes. Ces actions, sans entraîner de larges masses, trouvent des appuis dans une partie significative de la population et, bien que formellement illégales, un commencement de légitimité devant certains tribunaux.

Récemment, lors du procès intenté par BNP Paribas, Jon Palais était jugé pour le vol de 14 chaises, à visage découvert, dans une agence parisienne de la banque, en octobre 2015. Devant le concept de réquisition citoyenne de chaises contre l’évasion fiscale – rendez les milliards, nous rendrons les chaises ! – invoqué par Jon Palais, le procureur a confirmé la légitimité de ces actions en demandant la relaxe alors que BNP Paribas, non représentée au procès, demandait 1 € de dommages et intérêts. Le verdict sera rendu le 23 janvier prochain.

A Nice, Pierre Alain Mannoni était poursuivi pour avoir transporté, dans sa voiture, trois Érythréennes. C’est à dire pour avoir favorisé l’aide à l’entrée et au séjour sur le territoire national d’étrangers en situation irrégulière. Il a été relaxé par le tribunal correctionnel des Alpes Maritimes qui considère qu’il n’avait fait que préserver la dignité de ces personnes. Le parquet a fait appel (1) une dizaine de procès sont prévus à Nice dans les 3 mois qui viennent).

Devant le grand froid annoncé, une réquisition de salles de l’Hôtel Dieu à Paris a été organisée par le DAL (Droit au logement) pour mettre à l’abri des personnes sans logement et une aile de l’hôpital leur a été attribuée. Ce dont le DAL se félicite qui rappelle que des milliers de m2 sont toujours vacants à l’Hôtel Dieu, dans les locaux de l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris et dans les hôpitaux en général, tandis que le nombre de sans abris ne cesse d’augmenter.
A Toulouse, le DAL local a annoncé la réquisition du pavillon de dermatologie de l’hôpital de La Grave, avec des sans toit, et invite à apporter des matelas, couvertures, matériel de cuisine, nourriture…

Étendre le dialogue

Si des actions de désobéissance civile, non violente, sont conduites dans plusieurs domaines – résistance à l’agression publicitaire, lutte contre les grands projets inutiles et imposés, réquisitions de logement vacants – c’est dans le domaine de l’accueil des étrangers en situation irrégulière que les actions de solidarité, légales ou non, sont le plus fréquentes depuis le réseau éducation sans frontière, la défense des mineurs étrangers isolés, l’aide à ceux de Calais, aux réfugiés voulant passer la frontière italienne…
On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est légalement organisée par des citoyens regroupés en comités d’accueil pour réfugiés délocalisés qui se forment malgré l’opposition de certains politiques et même d’élus.
Une centaine d’organisations associatives ou syndicales, locales ou nationales, ont publié un manifeste pour préserver le droit de regard, le droit de critique, le droit de s’opposer à des politiques qu’on désapprouve, le droit de se conduire autrement qu’en agent de politiques de fermeture : le droit d’agir en toute humanité (2 L’Humanité 12/01/17).

C’est un phénomène identique à celui observé en Allemagne au moment où de nombreux réfugiés arrivaient mais, là-bas, avec le soutien d’Angela Merkel, alors qu’ici le chef du gouvernement, laïque, et le prétendant, chrétien, à la présidence de la République font un concours à celui qui rejettera le plus de demandeurs d’asile.

Reste que ces manifestations, ces comités, ces collectifs, ces organisations qui montrent la voie, qui s’engagent réellement, personnellement, sont encore minoritaires dans la population comme le gouvernement avec la loi travail, et que leur volonté, leur courage n’a pas l’efficacité du 49.3 pour modifier la loi ou la pratique générale. Qu’ils n’ont pas trouvé la forme politique, la voix, les voix pour toucher la majeure partie de la population. Pour faire comprendre que la solidarité n’est pas la charité, que la mobilisation pour les uns et les autres, aujourd’hui les réfugiés ou les sans abri, est le chemin vers une solidarité plus grande et pour entraîner tous ceux qui s’enferment aujourd’hui et qui sont, peut-être, déjà victimes de certaines exclusions ou qui les craignent, demain.

Le succès de leurs engagements n’est possible que s’ils s’adressent au cœur de tous les Français et s’ils savent les mobiliser, au moment des élections – on aimerait entendre des voix de candidats qui rejettent les rejets – ou hors élection. S’ils arrivent à convaincre, largement au-delà des sphères politiques, militantes, humanitaires que la vie des gens, ici ou ailleurs, est plus importante qu’un pourcentage. Que l’accueil peut même être, comme on est en train de s’en apercevoir en Allemagne, un facteur positif au point de vue économique (3 Le Monde 13/01/17). Certes dans des circonstances différentes.

Pour cela, il faut inventer un nouveau langage, sortir de l’entre soi militant, pour prendre en compte la situation difficile dans laquelle bien des Français sont enfermés. Pour montrer que cette situation n’est le fruit ni des réfugiés, ni des sans abri, ni des sans papier, ni de la fatalité mais d’une politique nationale et internationale qui organise la montée des inégalités, la lutte de tous contre tous, la division de ceux qui ont intérêt à lutter ensemble contre les politiques austéritaires.

Ce sont les mêmes forces qui organisent les interventions extérieures, économiques et financières qui appauvrissent les populations ! Et militaires pour défendre les intérêts de qui ? Avec pour conséquence des millions de malheureux qui fuient misère et conflits. Tandis qu’ici, les mêmes forces politiques, économiques et financières rognent les dépenses publiques entraînant la diminution et la qualité des services publics dans tous les domaines santé, école, justice, sécurité publique, logements sociaux…

https://i0.wp.com/img.over-blog-kiwi.com/1/50/62/12/20170114/ob_70420d_160327picabia.jpg

1 – Une dizaine de procès sont prévus à Nice dans les 3 mois qui viennent.

2 – L’Humanité 12/01/17

3 – Le Monde 13/01/17

C’est loin l’Amérique ? (2)

C’est loin l’Amérique ? (2)

Souvent, ce qui se passe aux États-Unis d’Amérique (ÉUA) arrive quelque temps plus tard en Europe. D’où la question : Faut-il s’attendre à des résultats semblables à ceux de l’élection présidentielle étasunienne, lors des consultations importantes qui vont avoir lieu dans les mois qui viennent : référendum en décembre en Italie, élections au printemps en France et aux Pays-Bas, en septembre en Allemagne.

En réalité, cette fois, c’est plutôt dans les pays européens que les choses ont commencé.

La tornade libérale qui a envahi le monde est partie du Royaume-Uni sous l’impulsion de Margaret Thatcher suivie aux ÉUA de Ronald Reagan avant de se répandre dans les autres pays.

C’est la même antériorité du Royaume-Uni que Donald Trump a reconnue en promettant de faire de l’élection présidentielle aux ÉUA un Brexit puissance trois ! Promesse tenue !

Mais au Royaume-Uni, la dynamique est partie en dehors des deux grands partis de gouvernement qui en ont été ébranlés.

Un rejet des gouvernements des États et de l’UE parcourt toute l’Europe. Ce rejet a, jusqu’ici, été maîtrisé par des astuces juridiques, des immixtions politiques, des pressions financières. De véritables dénis de démocratie. Ce qui entraîne la formation et la croissance de mouvements et de partis qui s’attaquent de plus en plus, au-delà des gouvernements, à des principes démocratiques que l’on croyait définitivement installés.

Les premières atteintes à la démocratie, dans son esprit, sont venues des gouvernements dans la construction de l’UE. Ils ont contesté le résultat des référendums dans plusieurs pays.
Les peuples ont ainsi appris qu’il y avait une seule réponse possible lors des référendums. Si la réponse n’était pas satisfaisante pour ceux qui la posaient, un second référendum était organisé. Ou le peuple était déchargé de sa responsabilité, trop grande pour lui, en faveur de ses représentants qu’il avait désavoués.

Dans ces occasions, comme lors des résultats du référendum sur le Brexit ou lors de l’élection présidentielle aux États-Unis, l’énorme majorité des compétents sont stupéfaits de voir que les peuples peuvent avoir un avis autonome. D’où un mépris affiché avant, pendant et après la consultation : le peuple n’a rien compris. Seule autocritique possible, les compétents n’avaient pas suffisamment expliqué les bienfaits qu’il fallait attendre des solutions proposées. Malgré la quasi-unanimité des médias.
Leur intelligence était dés lors toute mobilisée pour voir comment contourner cette volonté populaire aberrante.

Un pas de plus vient d’être franchi. L’Accord économique et commercial global (AEGC) ou Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA), traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, signé le 30 octobre par les 28 gouvernements européens et le gouvernement canadien, sera appliqué, provisoirement, avant que les parlements ne l’aient adopté. Quelle pudeur, provisoirement !

Même les parlements vont être court-circuités ! Que se passera-t-il si un ou plusieurs pays de l’UE refusent de l’entériner quand il sera en application depuis une ou plusieurs années…

Que va devenir l’accord d’association entre l’Ukraine et l’UE, mis, provisoirement, au réfrigérateur mais non annulé, depuis son rejet par référendum aux Pays-Bas ?

Pendant ce temps, du fait de la politique suivie, la faille entre les riches et les pauvres ne cesse de grandir, y compris dans les pays dits exemplaires qui ont inventé les jobs, ein euro ou les zero contracts !

Inutile de revenir sur les péripéties de la politique sociale et économique imposée au peuple grec et à son gouvernement légal, malgré élection et référendum… Politique imposée par Wolfgang Schäuble avec le soutien des autres États et de la troïka ; ou sur la résistance du gouvernement de Matteo Renzi face à la Commission européenne (CE).

C’est loin l’Amérique ? (2)

Certains en viennent à remettre en question la pratique du référendum comme Nicolas Sarkozy qui n’a pas provoqué un nouveau référendum pour le texte modifié du projet de Constitution européenne mais l’a fait adopter par le parlement dont l’immense majorité approuvait le texte avant sa modification. Succès assuré. Il n’a pas respecté le peuple souverain.

Par contre, le même Nicolas Sarkozy est plein de respect pour le peuple souverain qui vient d’élire Donald Trump parce qu’il espère gagner avec des méthodes proches, promettant tout et son contraire suivant les circonstances.
Il aurait pourtant du se rendre à l‘évidence : il est plus facile d’analyser collectivement un texte aussi complexe soit-il que de savoir ce qui se passe dans la tête d’un président nouvellement élu.

Beaucoup se posent aujourd’hui la question à propos de Ronald Trump dont les propos de campagne n’ont pas toujours respecté les canons de la logique. Mais qui avait prévu, adversaire ou partisan, ce que ferait François Hollande de sa présidence ?

Ne serait-il pas plus judicieux que tous les démocrates se posent la question de la mise en place d’une assemblée nationale constituante par élection de ses membres ou tirage au sort ? Pour remplacer la constitution de la Vième République qui a instauré une présidence pratiquement sans contre pouvoir et dont on peut constater les inconvénients.

Donald Trump n’est pas le premier à gagner une élection grâce à sa fortune personnelle. Silvio Berlusconi l’a précédé depuis longtemps dans cette voie. L’un est devenu célèbre, par sa fortune dans l’immobilier et son émission de télé-réalité The Apprentice, l’autre tout aussi chef d’entreprise et surtout patron de chaînes de télévision. Tous deux étaient déjà bien connus avant leur engagement politique.

Coté fortune, Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen ne sont à plaindre.

Donald Trump a probablement gagné les élections par le mépris affiché des convenances dont il a fait preuve. Silvio Berlusconi a, ici aussi, montré l’exemple et a fait une longue carrière (terminée?) avec ses plaisanteries douteuses, poursuivi du mépris de ses collègues au niveau international.

Donald Trump a prononcé des phrases, discutées par ses partisans et ses adversaires au pont de devenir centrales. En France, Nicolas Sarkozy, une proposition par jour, et Jan-Marie Le Pen spécialiste des suggestions racistes répétées, ont construit une bonne partie de leur popularité sur cette technique d’occupation de l’espace médiatique en permanence.

Jean-Marie Le Pen est probablement le père de la technique. Mêlant patience et provocations, il a réussi à se hisser au second tour de l’élection présidentielle de 2002. C’est un véritable virtuose en matière de racisme antisémite avec un succès indiscutable. Lançant une phrase douteuse mais qui touchait une partie de la population et qui était renforcée par les explications de ses adversaires donnant à voir leur sens caché et se faisant ainsi interprète et porte-parole inconscients. Se plaçant toujours sur le terrain qu’il avait choisi au lieu d’avancer des propositions constructives.De même, pour son racisme anti-immigrés, avançant des chiffres ou des propositions contestables et amenant ses adversaires à les discuter et donc à les valider par cette prise en considération.
Il suffit de voir tous les argumentaires publiés pour dénoncer ses affirmations. Qui tournent depuis 40 ans autour des mêmes questions. Et qui
contestent Jean-Marie Le Pen avec des propos rationnels pour personnes convaincues. Le seul fait d’expliquer ou de dénoncer ces mensonge les renforce.
Donald Trump a pu avoir des mots encore plus méprisants contre les Noirs, les femmes, les Latinos, qui étaient largement repris par les médias et ne risquaient pas de le conduire devant un tribunal pour le délit de racisme qui n’existe pas aux ÉUA ?

Les Français dans leur immense majorité ne sont pas racistes même si certains tiennent des propos racistes et si quelques uns vont jusqu’à l’acte. Mais les sondages de la Commission nationale consultative de défense des droits de l’homme permettent de constater que la tolérance a progressé. Et même après les graves événements de ces derniers mois, il n’y a pas eu la dérive dangereuse que beaucoup craignaient.
Mais qui a pris le temps de s’adresser au cœur de ces Français au lieu de les traiter, avec suffisance, de beauf, d’imbéciles ou de racistes. Est-ce ainsi qu’on veut les faire changer ?

Donald Trump a porté la technique de Jean-Marie Le Pen à l’échelle étasunienne. Avec les médias numériques, peu importe ce qui est dit : ce qui compte, c’est le nombre de clics ! Comme ses déclarations ont choqué et augmenté l’audience des chaînes d’information, elles lui ont proposé de s’expliquer, poussant des opposant à réfuter ses arguments… Et CNN aurait gagné environ 100 millions de dollars de plus que prévu pendant le cycle électoral. En grande partie grâce à Trump (Courrier international 10-16/11/16).

En France les Le Pen, père et fille, n’ont pas beaucoup à se plaindre de leur place dans les médias. Mais la plupart de leurs adversaires n’ont guère de propositions à avancer en dehors de la politique suivie depuis des lustres et qu’ils se proposent d’accentuer. Et qui aboutissent à enfoncer les plus faibles dans la pauvreté, la culpabilité et le mépris.

La révolte sourde a été rendue visible au Royaume-Uni par le Brexit, aux ÉUA par l’élection de Donald Trump, en France avec la montée du Front national qui ne date pas d’hier mais qui peut franchir une nouvelle étape. Elle se voit aussi dans des pays, autrefois au dessus de tout soupçon : Belgique avec le Vlam Belang (Intérêt flamand), Pays-Bas avec le Parti pour la liberté (PVV), Allemagne avec l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), Italie avec la Ligue du Nord et le Mouvement cinq étoiles, Hongrie avec Viktor Orbán et encore plus à droite le Jobbik (Alliance des jeunes de droite – Mouvement pour une meilleure Hongrie), Roumanie avec le Parti de la Grande Roumanie, Autriche avec le FPÖ (Parti de la liberté d’Autriche), Norvège avec le Parti du progrès ou Danemark avec le Parti populaire (Mediapart 10/11/16).

Dans les faits, le premier parti des pauvres est celui des abstentionnistes. A chaque fois qu’ils ont eu un début d’espoir, ils se sont, au moins partiellement, mobilisés et n’ont pas tardé à être déçus. Ils ne se sont pas sentis abandonnés, comme on le lit partout, ils ont été abandonnés et trahis. Certains ont même théorisé cet abandon : les questions sociétales, qu’il ne faut pas négliger, sont plus importantes que les questions sociales qui sont négligées

Reste à espérer est-ce réaliste ? que ceux qui ne se trompent pas d’adversaire et qui essaient de redonner un espoir et un sens à la révolte sauront les motiver : Podemos en Espagne, Die Linke en Allemagne, Syriza en Grèce malgré ses échecs, Bloc des gauches au Portugal, France insoumise, travaillistes de Jeremy Corbyn, électeurs de Bernie Sanders….

Aux élections étasuniennes on a vu que les abandonnés, les jeunes pouvaient se mobiliser avec Sanders, mais non avec ceux ceux qui les enfoncent à l’occasion de la crise la plus importante depuis 1929, qui dure maintenant depuis près de 10 ans et risque de tourner à la catastrophe…
Plus que tous, ils ont intérêt à renverser la table.

Papa, c’est loin l’Amérique ? Ne te laisse pas faire ! Ne te laisse pas mener par le bout du nez ! Pense par toi-même, agis, parle, vote !

C’est loin l’Amérique ? (2)