Archives pour la catégorie présidentielle

Second round and after?

Second tour et après ?
In the first round of the presidential election, 4 candidates obtain around 20% of the votes cast. The others behind Benoît Hamon (6.36%) and Nicolas Dupont-Aignan (4.7%), each get less than 2%.
These 20% do not have the same meaning for all applicants. They give Emmanuel Macron and Marine Le Pen the opportunity to participate in the second round.
It is a remarkable personal success for Emmanuel Macron, unknown a few years ago, having never faced universal suffrage, without any apparatus. He was able to create around his person with a fuzzy program, an impressive dynamic by the media and political people that he provoked. Supports the young candidate harvests throughout the political spectrum. In the media. Aided by the great fear aroused by the possible victory of Marine Le Pen and the floats in the extreme right, disoriented by the misadventures of his stubborn champion.

Asset and problem for Emmanuel Macron: the overflow of disparate rallies, in view of the legislative elections. Candidates, more or less known, today and yesterday, coming from the center, the right or the left, ready to pursue the policy of Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Holland but expecting some rewards …
Perhaps, Emmanuel Macron could hire Francois Hollande as adviser to the synthesis …

Marine Le Pen did not arrive, as she hoped and as many announced, at the head of this first round. Nevertheless, she continues to increase in number of votes and in percentage compared to the previous presidential elections.
Considering assured her popular base, she is pursuing a second-round policy by widening her base to the right with Nicolas Dupont-Aignan and returning on promises of retirement at age 60, on the exit of the euro not for to morrow….

We must thank François Fillon. To have, by his stubbornness and his shattering social program, eliminated the right of the presidency. To have revealed how easily the virtuous right is ready to become the extreme right when it finds a champion, apparently clean on him, with the just ostentation that allows to recognize the good society. Fraudster of social fraud, it is by no means hampered by small family arrangements, small gifts between friends.
The eternal contradiction between the moralism displayed for the common people and the morality practiced between one another.

The biggest increase is that of Jean-Luc Mélenchon, rising from 11.10% in 2012 (3 984 822voices) to 19.58% (7 060 885) in 2017 when he could not count neither on a decided party, nor on an important network of elected officials, the difficulty in collecting signatures has clearly shown. And with media more interested, initially, by his character, then by his qualities of speaker, finally by his international tropisms but much more rarely by the work in the elaboration of his program, he has built with the social and the ecological, by his desire of a new democracy with the participation of the maximum number of citizens, by his will to attack the far right vote and abstention (caravans for registration on the electoral roll). In the face of the mobilizations he provoked, the media ended by discovering that he had partially circumvented them by its own means.

During this first round, there has already been talk of the useful vote in favor of Emmanuel Macron. It is not unrelated to the fact that Jean-Luc Mélenchon can not participate in the second round, he missed only 600,000 votes. Nationally, it receives 19.58% of the vote. This percentage is between 27 and 30%, according to the surveys, among 18-24 year olds, twice 2012, 24% among workers, and 22% among employees.
Among Muslims, the most secular candidate of the presidential election obtained 37% of the votes (20% in 2012) against 24% for Emmanuel Macron, 17% for Benoît Hamon, 10% for François Fillon and 5% for Marine Le Pen (Poll Ifop – Le Pèlerin).

Second tour et après ?Since the beginning of the electoral campaign, many are giving wise advice to Jean-Luc Mélenchon: to participate in the brilliant primary of the Beautiful People’s Alliance, to rally Benoît Hamon before he is abandoned by the PS and its electors, Now to join the camp of fear.
Yesterday, the fear of everything had bad press because it urged citizens to vote Le Pen, now the fear of Marine Le Pen has good press to push to Macron vote. But the press is always the press, it always goes in the same direction. Yesterday and today ! Bring back into the ranks and in this case, the vote Emmanuel Macron!
Knowing the diversity of points of view of the supporters of The France insoumise for the vote in the second round, Jean-Luc Mélenchon said he would vote but did not say how. It does not give a voting instruction to preserve the unity of the Insoumis before the legislative élections. While recalling that voting Front National was not an option. Neither for him nor for the Insoumis consulted.
La France insoumise organized a consultation open to all the Insoumis to say what they were going to do in the second round, but this consultation is not normative.
He held out a pole to Emmanuel Macron, asking him to make a gesture on the labor law that Macron immediately rejected.
It was predictable. Perhaps he could have asked for a gesture on the use of 49-3 and the ordinances that Emmanuel Macron said he would use them this summer to go faster. A short-circuit, good start, without democratic debate!

Second tour et après ?
The result of the consultation of the Insoumis is now known. 243,000 people gave their opinion about 55% of the 440,000 registered to support the candidacy of Jean-Luc Mélenchon. Of course, people can change between the time they gave their opinion and the day of the ballot. But this is not a poll, it is the result of a consultation: white or null vote, 36.12%, vote Emmanuel Macron 34.83%, abstention 29.05% (1). Two-thirds 65.17% will not vote for Emmanuel Macron. According to an Elabe BFMTV poll, 44% of Mélenchon’s voters in the first round would vote for Emmanuel Macron.
These results suggest that the Insoumis will count in the coming weeks. A first indication will be given on Sunday by the rate of abstentions, blank or null ballots: in 2012, there were 9,049,998 abstentions (19.65%), and 2,154,956 blank or invalid ballots (5.82% ) …
 

With the arrival of Emmanuel Macron at the Élysée, they will talk about the triumph of democracy, the Republic, the European Union (which will be called Europe) when we simply elected the ideal son-in-law to continue , the policy pursued for years – with the success known both from a socio-economic and a political point of view with the vote of Marine Le Pen – by the successive rulers whose artisans find themselves in En Marche! The UMPS, as the National Front said, officialized! 

Still, the results of the second round will not settle everything. But to serve as a basis for the discussions, already engaged in all the camps for the legislative investitures. The victory in the presidential election will certainly give a dynamic. It is not certain that it is sufficient to obtain a majority in the National Assembly. Still less a coherent majority. 

From this point of view, Jean-Luc Mélenchon makes risky calculations when he announces that, with the results of the presidential election, La France insoumise can hope to be present in 451 of the 577 districts where it has exceeded the threshold of 12.5% ​​needed to qualify for the second round including the 67 where he came in first. It is probable that there will be many triangulars or even quadrangular ones, but these multiple candidatures risk dividing the left as well as the right. 

It is however a motive for energizing the Insoumis especially if the rate of abstentions, white or null votes is important. Abstentions, white or null votes, form  of resistance, of hope. They will not be counted for the election but will be examined closely and will weigh in the mobilization. 

Hope now is in a refounding of the left around France Insoumise and a group of deputies as extensive as possible. This is what the results of Jean-Luc Mélenchon in the first round of the presidential allows hope … 

Knowing that this will not be enough. And it will take other mobilizations. But it is the first glimmer in Europe for an opposition, not nationalist but for a change of economic and social orientation. 

1 – Note that these Insoumis did not follow Jean-Luc Mélenchon who will vote on Sunday and wants to make the vote mandatory.

Second tour et après ?
Publicités

Ce n’est qu’un début, le tsunami (1) continue !

Ce n’est qu’un début, le tsunami (1) continue !

Ce n’est qu’un début, le tsunami (1) continue !

Emmanuel Macron et Marine Le Pen seront au second tour de cette élection présidentielle (2) : Emmanuel Macron, ancien banquier, champion de l’alignement sur les politiques européennes a le soutien d’Angela Merkel ; Marine Le Pen, opposée à l’Union est soutenue par toutes les forces européennes d’extrême droite.

Les deux partis de gouvernement, Parti socialiste (PS) et Les Républicains (LR), qui ont successivement conduit la même politique depuis des années, sont exclus, officiellement et pour la première fois, du second tour d’une présidentielle. Mais tous leurs dirigeants apportent, paradoxalement, leur soutien à Emmanuel Macron, ancien conseiller, ancien ministre et candidat de François Hollande. Qui n’a pu se présenter à cette élection à cause d’une opposition aussi importante dans son parti qu’à droite et surtout à cause d’une impopularité inédite pour un président sortant !

Face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron reçoit le soutien de la droite et de la gauche qui confirme bien qu’il y a une continuité politique quel que soit le gouvernement et sa couleur affichée. Cette politique aboutit à un progrès des résultats de la firme Le Pen à chaque élection présidentielle. Et il n’y a aucune raison pour que cela change.
Avec presque 7,6 millions de voix et 21,53 % des suffrages exprimés, Marine Le Pen a obtenu le meilleur résultat de l’extrême droite à une présidentielle, en progression par rapport à ses résultats de 2012, 17,9 % et à ceux de Jean-Marie Le Pen, 16,9 % à l’élection présidentielle de 2002.
A terme, l’indifférence au mécontentement de la population, la certitude d’être dans le vrai quoi que disent les urnes, ici ou ailleurs, la persévérance sans infléchissement de la politique menée, conduit à creuser un fossé de plus en plus profond entre les politiques et les peuples. Qui, un jour ou l’autre, risque d’être explosif.

Cette élection présidentielle a connu de nombreuses premières, autant d’avertissements : un président de la République qui ne se représente pas en fin de mandat ; une première primaire de la droite qui élimine un ancien président de la République au premier tour et un ancien premier ministre au second ; une primaire de la gauche qui élimine plusieurs anciens ministres au premier tour et un ancien premier ministre au second ; un premier tour de la présidentielle qui élimine un ancien premier ministre de droite et un ancien ministre de gauche ; un premier tour qui voit arriver en tête du scrutin, un jeune candidat, sans aucun mandat électif, sans parti politique, se réclamant de l’extrême centre, entraînant dans son sillage une kyrielle d’anciens ministres et premiers ministres, permettant à François Bayrou de réaliser enfin son rêve centriste par personne interposée et de se faire un trou ministériel à défaut d’un mandat présidentiel, ce qu’il n’avait pas réussi en 2012.
Le dégagisme n’est pas seulement le fait de la France insoumise !

L’irruption du vote Mélenchon qui s’est invité dans la cour des Grands, montre que les choses pourraient changer. Ses résultats témoignent d’une progression importante, il passe de 11,1 % en 2012 à 19,6 % en 2017.
Mais cela n’a pas été suffisant. C’est donc un échec relatif par rapport au but recherché : il n’a pas réussi à détourner, à son profit, comme il se le proposait, une nombre significatif d’électeurs de Marine Le Pen et il n’arrive pas au second tour. Au niveau européen, le premier résistant de gauche à la politique austéritaire n’a probablement pas atteint le seuil nécessaire pour faire des émules. Même si la France insoumise constitue avec Podemos en Espagne une des rares forces organisées d’opposition de gauche à la politique des États de l’Union.

Quant aux petits candidats, deux se distinguent : à droite, Nicolas Dupont-Aignant qui avec ses 4,75 % aide l’obstiné François Fillon à n’arriver qu’en troisième position ; à gauche, Benoît Hamon avec le soutien douteux, on pourrait dire négatif, de son parti et l’alliance de EELV obtient les plus mauvais résultats du PS depuis sa création et retrouve presque les résultats de Gaston Defferre à la présidentielle de 1969 (5%).

Ce n’est qu’un début, le tsunami (1) continue !

Pour le PS comme pour l’UMP, les lendemains du scrutin sont aussi douloureux avec des règlements de compte pour définir la ligne du parti et pour désigner les candidats aux élections législatives qui auront lieu dans quelques semaines.
Les résultats définitifs n’étaient pas encore annoncés que le procès en responsabilité de François Fillon était lancé. Par lui-même d’abord mais avec une autre tonalité que lors de la manifestation du Trocadéro. Ce n’était pas repentance absolution. Peut-être, repentance retraite ?  Aujourd’hui, les dents des jeunes loups qui avaient commencé à grincer au moment du doute, apparaissent sans fard.

Au PS, les choses ont commencé plus discrètement. Mais il est déjà question d’un nouveau congrès d’Épinay. Autour de qui ? Sur quelle ligne ? Il y a peu de chances que ce soit autour du candidat Benoît Hamon et de sa ligne. Alors, deux partis ? Un parti social-libéral et un parti social-écologiste ?

Ce n’est qu’un début, le tsunami (1) continue !

Il ressort de ce scrutin une accentuation de clivage entre les villes et les campagnes qui votent plus à droite. Mais la droite a laissé échapper une présidence qui lui était largement promise après un quinquennat que François Hollande a avoué indéfendable devant ses électeurs mais il a, d’une certaine façon, repris la main en contribuant à l’élection de Emmanuel Macron qui va continuer sa politique.
La droite a été exclue de la course à la présidence mais l’ensemble des voix de droite et d’extrême droite est largement supérieure à celui des voix de gauche, sauf à considérer toutes les voix de Macron comme des voies de gauche ! (3)

La désignation des candidats pour les législatives est la prochaine tourmente. Ce sont les législatives qui donneront ou non, au président de la République, les moyens de gouverner. Rien n’est acquis. C’est, probablement, au FN qu’il y aura le moins de remous. Même s’il peut y avoir, au-delà des concurrences ou des sentiments personnels, des divergences entre ceux qui veulent faire cavalier seul et ceux qui pensent que, pour arriver au pouvoir, il faut des alliances et donc des compromis.

Par contre, il faut s’attendre à d’âpres combats pour les places dans toutes les autres familles politiques.
Juppéistes et sarkozystes sont déjà à la manœuvre mais l’élimination de François Fillon fait naître de grands espoirs chez les quinquagénaires.
Il est fort probable que le PS va se déchirer et que les apparatchiks vont tout faire pour éliminer les frondeurs.
En marche va bénéficier du dynamisme des résultats électoraux mais souffrir des ralliements hétéroclites de notables qui ne veulent pas rester sur la touche.
Il y a fort à parier que le nombre de candidats, avec ou sans investiture d’un parti ou mouvement, sera élevé, dans chaque circonscription.

Ce n’est qu’un début, le tsunami (1) continue !

Il y a peu de chances qu’il en soit autrement parmi les soutiens de Jean-Luc Mélenchon.

Pourtant, il peut aussi bénéficier d’une certaine dynamique à la suite de ses résultats. Surtout dans les villes, ces résultats peuvent faire espérer une présence significative à l’Assemblée nationale, à condition qu’il y ait des candidats uniques dans chaque circonscription et que les déchirements ne soient pas les mêmes que dans les autres familles politiques.
Est-ce possible ? C’est nécessaire pour que les résultats de Jean-Luc Mélenchon à ce premier tour de la présidentielle ne soit pas le chant du cygne de la gauche.

On peut déjà regretter que Jean-Luc Mélenchon, au-delà de la déception de ne pas être présent au second tour, n’ait pas trouvé dans les résultats plus qu’honorables obtenus, la force, dés dimanche soir, de lancer un appel mobilisateur pour les législatives en continuation de la campagne présidentielle.

Les résultats de la présidentielle ne l’ont pas qualifié pour le second tour mais qualifient la France insoumise pour les troisième et quatrième tours et pour être la charpente de la gauche nouvelle, française d’abord et peut-être européenne.

1 – http://pauloriol.over-blog.fr/2017/04/le-tsunami-de-la-presidentielle.html

2 – JDD 7h16, résultats quasi-définitifs, Emmanuel Macron 23,75%, Marine le Pen 21,53%, Fillon 19,91%, Mélenchon 19,64%, Hamon 6,35%. Nicolas Dupont-Aignan 4,75%, Jean Lassalle 1,22%, Philippe Poutou 1,10%, François Asselineau 0,92%, Nathalie Arthaud 0,65%, Jacques Cheminade 0,18%. Le taux d’abstention s’est élevé à 21,31%.

3 – Droite : Le Pen, 21,53, + Fillon 19,91 % + Dupont-Aignan 4,75 % +Lassalle 1,22 % + Asselineau 0,92 % + Cheminade 0,18 % : soit 48,51 %
Gauche : Mélenchon 19,64 % +Hamon 6,35 %, Pouto 1,1, Arthaud 0,45 : soit 27,74 %

Ce n’est qu’un début, le tsunami (1) continue !
In English

This is only the beginning, the tsunami (1) continues!

Emmanuel Macron and Marine Le Pen will be in the second round of this presidential election (2): Emmanuel Macron, former banker, champion of alignment on European policies has the support of Angela Merkel; Marine Le Pen, opposed to the Union is supported by all European extreme right-wing forces.

The two parties of government, the Socialist Party (PS) and the Republicans (LR), which have successively led the same policy for years, are excluded, officially and for the first time, from the second round of a presidential. But all their leaders paradoxically bring their support to Emmanuel Macron, former councilor, former minister and candidate of François Hollande. Who was unable to stand for election because of such an important opposition in his party as on the right and especially because of an unprecedented unpopularity for an outgoing president!

Facing Marine Le Pen, Emmanuel Macron receives the support of the right and the left, which confirms that there is a political continuity irrespective of the government and its displayed color. This policy leads to an improvement of the results of the firm Le Pen in each presidential election. And there is no reason for it to change.
With Le Pen’s best-ever extreme right-wing outcome at the presidential election, with an estimated 7.6 million votes and 21.53 percent of the votes cast, it was up from 17.9 percent in 2012, Those of Jean-Marie Le Pen, 16.9% in the 2002 presidential election.
In the long run, the indifference to the discontent of the population, the certainty of being in the real world, whatever the ballot boxes say here or elsewhere, the perseverance without any change in the policy pursued, leads to a deepening gap between Politicians and peoples. Which, one day or the other, is likely to be explosive.

This presidential election has seen many firsts, so many warnings: a President of the Republic who does not re-elect at the end of his mandate; A first primary of the right that eliminates a former president of the Republic in the first round and a former prime minister in the second; A left-wing primary that eliminates several former ministers in the first round and a former prime minister in the second; A first round of the presidential election that eliminates a former right-wing prime minister and a former left-wing minister; A young candidate, without any elective mandate, without a political party, claiming himself from the extreme center, bringing in his wake a series of former ministers and prime ministers, allowing Francois Bayrou To finally realize his centrist dream by interposed person and to make a ministerial hole in the absence of a presidential mandate, which he had not succeeded in 2012.
The degagism is not only the fact of France rebellious!

The emergence of the vote Mélenchon who invited in the court of the Great, shows that things could change. Its results show a significant increase, going from 11.1% in 2012 to 19.6% in 2017.
But that was not enough. It is therefore a relative failure with regard to the aim sought: he did not succeed in diverting a significant number of voters from Marine Le Pen to his advantage, as he proposed, and he does not arrive at the second round. At the European level, the first left-wing resistance to the austerity policy probably did not reach the threshold necessary to emulate. Even if France rejects with Podemos in Spain one of the few organized forces of opposition of the left to the policy of the States of the Union.

As for the small candidates, two are distinguished: on the right, Nicolas Dupont-Aignant who with its 4.75% helps the obstinate François Fillon to arrive in third position; On the left, Benoît Hamon with doubtful support, one could say negative, of his party and the alliance of EELV obtains the worst results of the PS since its creation and almost finds the results of Gaston Defferre in the presidential of 1969 (5% ).

For the PS as for the LR, the aftermath of the elections are also painful with settlements to define the party line and to designate the candidates in the legislative elections that will take place in a few weeks.
The definitive results had not yet been announced that the trial of responsibility of François Fillon was launched. By himself at first but with a different tone than at the time of the Trocadero. It was not repentance absolution. Perhaps repentance retreat? Today the teeth of the young wolves, who had begun to squeak at the moment of doubt, appear unprepared.

At PS, things started more discreetly. But it is already a question of a new congress of Epinay. Around whom? On which line? It is unlikely that it will be around candidate Benoît Hamon and his line. So two parties? A social-liberal party and a social-ecologist party?

The result of this election is an accentuation of a cleavage between the towns and the countryside, which vote more to the right. But the right has let escape a presidency which was widely promised to him after a quinquennium that Francois Hollande confessed indefensible before his voters but he has, in a certain way, taken the hand in contributing to the election of Emmanuel Macron who will continue his politics.
The right was excluded from the race for the presidency but all the right and far right votes is far superior to that of the left voices, except to consider all the voices of Macron as left lanes! (3)

The appointment of candidates for the legislative elections is the next turmoil. It is the legislative elections that will or will not give the President of the Republic the means to govern. Nothing is acquired. It is probably at the FN that there will be the least disturbance. Even though there may be, beyond competition or personal feelings, differences between those who want to go it alone and those who think that in order to reach power, alliances and compromises are necessary.

On the other hand, we must expect bitter fighting for places in all the other political families.
Juppeists and sarkozysts are already in the maneuver but the elimination of François Fillon gives rise to great hopes in the fifty years old people.
It is very likely that the PS will tear and that the apparatchiks will do everything to eliminate the slingers.
On the march will benefit from the dynamism of the electoral results but suffer from the heterogeneous rallies of notables who do not want to remain on the sidelines.
It is likely that the number of candidates, with or without the nomination of a party or movement, will be high in each constituency.

It is unlikely that it will be otherwise among the supporters of Jean-Luc Mélenchon.

However, it can also benefit from a certain dynamic as a result of its results. Especially in the cities, these results can hope to have a significant presence in the National Assembly, provided there are unique candidates in each constituency and that the rifts are not the same as in other political families.
Is it possible ? This is necessary so that the results of Jean-Luc Mélenchon in this first round of the presidential election is not the song of the swan of the left.

We can already regret that Jean-Luc Mélenchon, beyond the disappointment of not being present in the second round, did not find in the results more than honorable obtained, the strength, on Sunday evening, to launch a call Mobilizer for the legislative elections in continuation of the presidential campaign.

The results of the presidential elections did not qualify him for the second round but qualify France unbridled for the third and fourth rounds and to be the framework of the new left, French first and possibly European.

1 – http://pauloriol.over-blog.fr/2017/04/le-tsunami-de-l-presidentielle.html

2 – JDD 7:16, quasi-definitive results, Emmanuel Macron 23.75%, Marine le Pen 21.53%, Fillon 19.91%, Mélenchon 19.64%, Hamon 6.35%. Nicolas Dupont-Aignan 4.75%, Jean Lassalle 1.22%, Philippe Poutou 1.10%, François Asselineau 0.92%, Nathalie Arthaud 0.65%, Jacques Cheminade 0.18%. The abstention rate stood at 21.31%.

3 – Right: Le Pen, 21.53, + Fillon 19.91% + Dupont-Aignan 4.75% + Lassalle 1.22% + Asselineau 0.92% + Cheminade 0.18%: 48.51%
Left: Mélenchon 19.64% + Hamon 6.35%, Pouto 1.1, Arthaud 0.45: 27.74%

Europe : dernière issue ?

In English below

Europe : dernière issue ?

Europe : dernière issue ?

Europe : dernière issue ?

Les questions européennes ont rarement été aussi présentes dans une élection française, y compris pour le Parlement européen.
Depuis quelque temps, l’Union européenne (UE) est un sujet à chaque élection nationale dans les États membres. Toute élection est devenue un test, un référendum pour ou contre l’appartenance à l’UE.

C’était un murmure, cela devient un grondement tant le mécontentement monte devant la politique suivie par les gouvernements. Et leur persévérance à faire la sourde oreille ne peut qu’accentuer la tendance.
Malgré les résultats aux référendums et élections, ils croient régler le problème en ignorant la volonté populaire. Ils ont raison, à court terme.

Le référendum sur le projet de constitution européenne de 2005 est exemplaire. Ayant perdu le référendum, la nomenclature politique nationale, aidée par la médiatique, a réparé prestement les errements du suffrage universel. Aujourd’hui, 8 candidats sur 11 sont classés eurosceptiques. Deux sont dans le quatuor pouvant parvenir au second tour, d’après les sondages.

Europe : dernière issue ?

Partout, la grogne monte et s’exprime, le plus souvent, à travers un vote favorable à la droite ou à l’extrême droite, raciste ou xénophobe. Ce que démontre une étude sur les résultats de près de 250 élections nationales en 15 ans, depuis 2001, l’extrême droite gagne du terrain. Jusque dans la très vertueuse Scandinavie : en Suède, Parti des Démocrates à 13 % et les Vrais Finlandais à 18 % en 2014 (1).

Au Danemark, le Parti populaire, d’extrême droite, confirme en 2014 et 2015 sa progression. Arrivé en tête avec 26,6 % (4 sièges au lieu de 2), lors des élections européennes de 2014, il arrive en deuxième place, aux élections législatives de 2015, avec plus de 21 % des voix et 37 sièges (+15), devenant pour la première fois, la principale force politique du bloc des droites.

Les résultats des dernières élections en Europe témoignent de la distance entre l’opinion populaire et les gouvernants qui l’ignorent. L’aveuglement de Cameron au Royaume-Uni est démonstratif. Le référendum qu’il a, malicieusement, suscité l’a éliminé en juin 2016.

Lors de la dernière présidentielle, autrichienne, en décembre 2016, l’élection du candidat vert a été célébrée comme une grande victoire parce que le jeune (45 ans) candidat d’extrême droite (FPÖ) n’avait obtenu que 46,4 % des suffrages !

Aux Pays-Bas, en mars 2017, le parti pour la liberté, PVV, de Geert Wilders, n’a pas obtenu les résultats que la presse annonçait. Il a seulement progressé de 15 à 20 sièges, devenant le deuxième parti au Parlement. Le parti libéral, VVD, du premier ministre, Mark Rutte, a perdu 8 sièges (33 au lieu de 41) et son allié le PvDA, 29 sièges (9 au lieu de 38). Il passe de la deuxième à la septième place au Parlement !
Mais la peur a été si grande que la presse transforme en un succès cette humiliante défaite, les partis gouvernementaux chutent de 79 à 42 sièges !
Les autres bénéficiaires du scrutin sont des partis ne participant pas au gouvernement.

Les eurocrates sont satisfait. La majorité n’a pas encore basculé. Aucune raison de changer de politique…

Mais les angoisses reviennent : des élections auront lieu dans les mois qui viennent : présidentielle et législatives en France, régionales en Allemagne au Schleswig-Holstein et en Rhénanie-du-nord-Westphalie en mai, législatives au Royaume-Uni, en juin, législatives en septembre en Allemagne et en Tchéquie, en octobre. Toutes ces élections vont peser, de façon différente, sur l’avenir de l’UE.

Europe : dernière issue ?

Dans l’actuelle élection présidentielle en France, 4 candidats qui ont des lignes politiques différentes, recueilleraient, chacun, autour de 20 % des suffrages.
Emmanuel Macron, souverainiste européen, ancien ministre de l’Économie du président Hollande et François Fillon, partisan d’une Europe intergouvernementale, ancien premier ministre du président Sarkozy. Et deux candidats, classés, Europe-sceptiques, l’une de droite, Marine Le Pen, et l’autre de gauche, Jean-Luc Mélenchon.

Cette configuration à 4 candidats, ayant à peu près autant de chances d’arriver au second tour et d’être éventuellement élus, si l’on en croit les sondages, n’est pas banale. Les choses sont habituellement plus simples : un candidat de gauche, l’autre de droite ou un européiste, face à un Europe-sceptique.

Les favoris des chancelleries sont Emmanuel Macon et François Fillon. Tous deux favorables à la politique du pacte de Deauville de 2010, c’est à dire à l’application énergique des Traités notamment au point de vue budgétaire, déficit public inférieur à 3 %, convergence, harmonisation des fiscalités…
Avec des nuances dans la gouvernance de la zone euro qui pourrait nécessiter un nouveau traité : ministre de l’Économie et des Finances de la zone euro, sous le contrôle d’un parlement de la zone euro, constitué de parlementaires européens des différents États (E.Macron), tropisme positif pour l’énergie nucléaire civile et militaire, et pour la Russie (Fr.Fillon)… Mais avec patience et souplesse, et nos ministres n’en manquent pas, les problèmes pourraient se résoudre ou rester en l’état…

L’élection de Marine Le Pen poserait d’autres problèmes. Car son programme comporte la reconquête de la souveraineté notamment monétaire, avec le retour à une monnaie nationale tout en maintenant l’euro comme monnaie commune. Marine Le Pen veut mener à bien des négociations en 6 mois – il est prévu 2 ans pour le Brexit – suivi d’un référendum…
Cette séparation sur une base d’indépendance nationale est une éventualité à laquelle l’UE devrait s’être préparée car c’est la question qui est soulevée par le Brexit, et dans de nombreux pays. L’organisation européenne est riche en compromis de tous genres sur toutes les questions… sur toutes les exceptions…

La question posée par Jean-Luc Mélenchon n’est pas dans le même registre. Il ne veut pas sortir de l’UE. Il veut abolir ou, au moins, modifier la politique socio-économique, austéritaire de l’Union. Ce qui ne peut se faire sans modification des traités. Il n’avance la sortie de l’Union que comme menace, pour dire qu’il ne fera pas comme Alexis Tsypras ou François Hollande, qu’il ne cédera pas au premier froncement de sourcil…
Les cartes sont sur la table. Plan A, plan B ? En sachant que la sortie de la France, que ce soit pour des raisons nationalistes ou des désaccords sur la politique socio-économique, sonnerait la fin de l’UE telle qu’elle s’est construite jusqu’ici.Les termes de la négociation sont connus de tous. Il est évident que s’il y a négociation, cela veut dire que tout n’est pas à prendre ou à laisser. Que l’issue de la négociation dépendra du rapport de force qui s’établira au lendemain de l’élection. De la fermeté des négociateurs. Des alliés éventuels. De la mobilisation des opinions publiques dans les différents pays.
La Grèce a été bien seule dans son bras de fer avec la Troïka. Les gouvernements de l’UE n’ont pas bougé. Et les opinions publiques si peu. Il n’existe pas d’espace public européen. Pourrait-il apparaître à cette occasion ? Que le tout sera entériné par référendum.

Europe : dernière issue ?

L’arrivée de Mélenchon au second tour, ou son élection, sont peut-être moins dangereuses que l’élection de M. Macron ou de Fr. Fillon. Celle-ci risque d’encourager la nonchalance des gouvernements européens dans leurs certitudes avec, à terme, le risque d’explosion de l’UE dans des circonstances imprévisibles. Une explosion des nationalismes serait catastrophique.

Une négociation avec J-L. Mélenchon, soutenu par l’opinion publique et plusieurs gouvernements, pourrait aboutir à une évolution de l’esprit des traités et à des politiques qui mettraient l’UE sur une autre voie et amélioreraient la situation des plus défavorisés.

C’est peut-être la seule solution pour l’Union européenne de ne pas sombrer.

1 – http://www.lefigaro.fr/international/2016/12/02/01003-20161202ARTFIG00108-que-pese-reellement-l-extreme-droite-en-europe.php

Europe : dernière issue ?
Europe: the last issue?

European questions have rarely been as present in a French election, including for the European Parliament.
For some time, the European Union (EU) has been a subject at every national election in the Member States. Any election has become a test, a referendum for or against membership of the EU.

It was a murmur, it became a rumble, so much did the discontent rise to the policy followed by the governments. And their perseverance in turning a deaf ear can only accentuate the trend.
Despite the results in the referendums and elections, they believe they solve the problem by ignoring the popular will. They are right, in the short term.

The referendum on the draft European Constitution of 2005 is exemplary. Having lost the referendum, the national political nomenclature, aided by the media, quickly repaired the mistakes of universal suffrage. Today, 8 out of 11 candidates are Eurosceptic. Two are in the quartet that can reach the second round, according to the polls.

Everywhere, the grumbling rises and expresses itself, most often, through a vote favorable to the right or extreme right, racist or xenophobic. What a study shows on the results of nearly 250 national elections in 15 years, since 2001, the far right is gaining ground. Even in the very virtuous Scandinavia: in Sweden, the Democratic Party at 13% and the True Finns at 18% in 2014 (1).

In Denmark, the Popular Party, far-right, confirms its progress in 2014 and 2015. In the European elections of 2014, it came second in the 2015 legislative elections with more than 21% of the vote and 37 seats (+15), with 26.6% (4 seats instead of 2) , Becoming for the first time the main political force of the bloc of rights.

The results of the last elections in Europe testify to the distance between popular opinion and the rulers who are unaware of it. The blindness of Cameron in the United Kingdom is demonstrative. The referendum which he maliciously raised, eliminated him in June 2016.

At the last Austrian presidential election in December 2016, the election of the green candidate was celebrated as a great victory because the young (45) candidate of extreme right (FPÖ) had obtained only 46.4% Of the votes!

In the Netherlands, in March 2017, the Freedom Party, PVV, by Geert Wilders, did not achieve the results announced by the press. It only grew from 15 to 20 seats, becoming the second party in Parliament. The Liberal party, VVD, of the Prime Minister, Mark Rutte, lost 8 seats (33 instead of 41) and his ally the PvDA, 29 seats (9 instead of 38). It goes from the second to the seventh place in Parliament!
But the fear was so great that the press transformed this humiliating defeat into a success, the government parties fell from 79 to 42 seats!
The other beneficiaries of the ballot are parties not participating in the government.

The Eurocrats are satisfied. The majority has not yet changed. No reason to change policy ...
In the current presidential election in France, 4 candidates who have different political lines, would each collect around 20% of the vote.
Emmanuel Macron, European sovereignist, former Minister of Economy of President Hollande and François Fillon, an advocate of an intergovernmental Europe, former prime minister of President Sarkozy. And two candidates, ranked, Europe-skeptical, one right, Marine Le Pen, and the other left, Jean-Luc Mélenchon.

This configuration with 4 candidates, having almost as much chance of reaching the second round and possibly being elected, according to polls, is not trivial. Things are usually simpler: a left-wing candidate, a right-wing candidate or a Europeanist, facing a Europe-skeptic.

The favorites of the chancelleries are Emmanuel Macon and François Fillon. Both are in favor of the 2010 Deauville pact policy, ie the energetic application of the Treaties in particular from a budgetary point of view, public deficit below 3%, convergence, harmonization of taxation ...
With nuances in the governance of the euro area, which could require a new treaty: the euro zone's minister of economy and finance, under the supervision of a euro-zone parliament, made up of European parliamentarians from different E.Macron), a positive tropism for civilian and military nuclear energy, and for Russia (Fr. Fillon) ... But with patience and flexibility, and our ministers do not lack, the problems could be solved or 'state…

The election of Marine Le Pen would pose other problems. Its program involves the reconquest of monetary sovereignty, with the return to a national currency while maintaining the euro as a common currency. Marine Le Pen wants to carry out negotiations in 6 months - it is expected 2 years for the Brexit - followed by a referendum ...
This separation on a basis of national independence is a possibility that the EU should have prepared for as this is the issue raised by the Brexit and in many countries. The European organization is rich in compromises of all kinds on all questions ... on all exceptions .
 
But the anguish is back: elections will be held in the coming months: presidential and legislative in France, regional in Germany in Schleswig-Holstein and in North Rhine-Westphalia in May, legislative in the United Kingdom in June, legislative In September in Germany and the Czech Republic in October. The elections will be held in the coming months: presidential and legislative elections in France, regional elections in Germany in Schleswig-Holstein and the Rhineland North-Westphalia in May, legislative elections in the United Kingdom in June, legislative elections in September in Germany and the Czech Republic in October. All these elections will have a different impact on the future of the EU.


Le tsunami de la présidentielle

In english below
Le tsunami de la présidentielle

Le tsunami de la présidentielle

L’élection présidentielle n’a pas encore eu lieu. Elle est déjà un tsunami qui bouleverse le paysage politique. Notamment les partis dits de gouvernement. Et ce n’est pas fini…

L’autodestruction du Parti socialiste.

Ne tient pas seulement au manque de résultats de la politique suivie pendant son mandat par François Hollande.
La coïncidence de la durée des mandats, cinq ans, du président de la République et des députés, voulue par Lionel Jospin, a piégé François Hollande. Le septennat présidentiel lui aurait permis de continuer à présider comme François Mitterrand dans une cohabitation éventuelle de deux ans qui lui aurait, peut-être, permis de reconstituer sa popularité et de se présenter pour un nouveau mandat.

Son échec à faire reculer le chômage, notamment chez les jeunes, priorité affichée de son quinquennat, la faiblesse de sa cote de popularité dans les sondages et la pression d’ambitieux amis l’a conduit à ne pas se représenter.

Par un optimisme excessif, il a attendu le dernier moment pour prendre sa décision. Ce qu’avait fait François Mitterrand pour se débarrasser de ses concurrents éventuels et notamment de Michel Rocard. Mais, appliquant la même tactique, se prononcer le plus tard possible mais en renonçant, il a contribué à retarder, exagérément, la primaire du parti socialiste et de ses alliés. Il a empêché une préparation sérieuse, au niveau équipe, programme, matériel… des candidats à sa succession.
C’est particulièrement visible dans l’impréparation de Benoît Hamon qui est obligé d’ajuster, en quelques semaines, son programme après des annonces flamboyantes mais insuffisamment élaborées.
Jean-Luc Mélenchon ayant annoncé, très tôt, sa candidature a eu plus d’un an pour élaborer, collectivement, son programme et les moyens de sa campagne.

Lors de la tardive primaire du PS et de ses alliés, Manuel Valls, premier ministre qui se croyait le prétendant légitime à la charge présidentielle, a suivi son président dans le désamour populaire. Et subi un cuisant échec.
Dans une primaire réservée aux adhérents socialistes, François Hollande et Manuel Valls avaient une chance, si on en croit les sondages. La primaire étant ouverte, de nombreux électeurs de gauche de 2012 déçus par François Hollande et son influent premier ministre se sont déplacés pour éliminer Manuel Valls même s’ils pensaient ne pas voter pour le vainqueur de cette primaire, lors du scrutin présidentiel.

Au delà des promesses et des serments d’ivresse préélectorale, il est évident que l’opposition de Benoît Hamon au gouvernement ne pouvait qu’entraîner une opposition de nombreux ministres à sa candidature. Face à l’indiscipline partidaire de Benoît Hamon, dans son soutien au gouvernement Valls et à ses critiques, l’indiscipline dans le soutien et la critique de nombreux ministres à sa candidature n’a rien d’étonnant. Ils pouvaient difficilement se flageller par Benoît Hamon interposé !

Ainsi, Benoît Hamon se trouve abandonné sur sa droite par ceux auxquels il s’est opposé quand ils étaient au gouvernement et, sur sa gauche, par ceux qui l’ont soutenu, seulement pour éliminer Manuel Valls.

Il ne fait pas de doute que cette primaire, éliminatoire pour le président de la République, pour l’ancien premier ministre et autres anciens ministres, fera l’objet de nombreuses réflexions au PS maintenu quel qu’il soit. Après son adoption triomphale en 2012 et sa nouvelle édition moins glorieuse en 2017, il n’est pas sûr qu’une primaire du même type soit organisée en 2022…

Les résultats de cette primaire ont touché, par ricochet, Jean-Luc Mélenchon. Il pensait avoir comme adversaire François Hollande ou Manuel Valls. La désignation de Benoît Hamon, par le tout sauf Manuel Valls, avec la participation de certains de ses partisans, a perturbé sa campagne et lui a fait perdre, probablement, quelques points.

 

Le tsunami de la présidentielle

La droite dans la tourmente

Après le succès de la primaire socialiste de 2012, la droite a repris la méthode. Là encore avec des résultats inattendus. D’abord l’élimination dès le premier tour de de l’ancien président de la République et de quelques anciens ministres. Avec l‘aide de certains électeurs de gauche qui ont apporté leur bulletin à Alain Juppé et leur obole à François Fillon. Décidément, le billard politique est un art difficile.

Mais l’histoire n’était pas terminée et, au second tour, un ancien premier ministre, déjà condamné par la justice mais favori de de la gauche, du centre et du tout politique était sèchement éliminé par le sévère, sérieux, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, soutenu par la droite catholique.
Finalement un honnête notable, mis en examen, aux multiples déclarations contradictoires et inexactes, est proposé pour succéder à un mis en examen qui avait choqué la bonne société par son coté clinquant. Pour conduire, sans états d’âme, une politique vraiment de droite.

Avec quelques troubles parmi ses soutiens. Mais par sa repentance toute chrétienne et sa persévérance toute diabolique, François Fillon a su retourner la situation. S’il n’a pas devant lui l’avenue vers l’Élysée, largement ouverte, qui lui était promise, il reste toujours dans la course. Il a réussi à être le candidat, mal aimé peut-être, d’une droite dure.
Quel que soit le résultat de l’élection, l’aventure Fillon, les aventures Fillon, pèseront sur l’avenir de la droite.

Le tsunami de la présidentielle

D’autres changements s’installent dans le paysage politique.

Les commentateurs ont répété, pendant des années, que le système électoral français, notamment le scrutin uninominal à deux tours pour la présidentielle et les législatives, structurait les échéances électorales et bloquait l’émergence de tout autre offre politique.

Pourtant, dans les autres démocraties occidentales, quel que soit le mode de scrutin, avec ou sans élection présidentielle, la situation est peu différente : travaillistes/conservateurs au Royaume-Uni, CDU-CSU/SPD en Allemagne, Démocrates/Républicains aux États-Unis…

Paradoxalement, il y a quelque temps que la France, échappant à ce schéma, est passé du bipartisme au tripartisme PS, LR et… FN. Sauf à reprendre le discours du FN, UMPS/FN. Ce qui serait plus applicable à l’Allemagne avec une Grande coalition, CDU-SPD qui n’a pas, encore favorisé l’émergence d’une troisième force crédible, ni libérale, ni verte, ni d’extrême droite, ni d’extrême gauche.

Enfin, qui peut dire aujourd’hui quelle configuration va s’installer en France avec l’apparition, en plus des FN, LR et PS, de En-Marche et de la France insoumise ?

Tout ne dépend pas seulement de l’élection présidentielle qui va désigner deux concurrents à l’issue du premier tour et un seul président. Mais aussi des élections législatives qui vont renouveler très fortement la composition de l’Assemblée nationale. Avec une importante dispersion des candidatures, au risque d’une assemblée sans majorité.
Dispersion de la droite et du centre, dispersion des PS, dispersion de Gauche de Gauche, inconnu d’En-Marche.

Ce renouvellement du personnel politique lors des législatives sera accentué par les effets de la loi sur le non cumul des mandats. De nombreux députés-maires choisiront de conserver leur mandat local en sacrifiant un mandat de député devenu incertain pour beaucoup de sortants.

Le tsunami de la présidentielle

Pour terminer sur une note optimiste, on peut espérer qu’il en sortira un rajeunissement et une féminisation de l’Assemblée nationale. Avec un degré d’optimisme supplémentaire, des parlementaires qui, connaissant la législation anti-corruption et sentant la diligence des juges seront plus scrupuleux dans l’utilisation des deniers de l’impôt.
Pour cela, les électeurs ont un rôle à jouer : sanctionner les candidats mis en examen. Ce serait un tsunami dans le tsunami !

Le tsunami de la présidentielle

The tsunami of the presidential election

The presidential election has not yet taken place. It is already a tsunami that is disrupting the political landscape. Notably the so-called parties of government. And it’s not over…

The self-destruction of the Socialist Party.

It is not only due to the lack of results of the policy followed during his tenure by François Hollande. The coincidence of the five-year term of office of the President of the Republic and the deputies, willed by Lionel Jospin, trapped Francois Hollande. The presidential septennat would have allowed him to continue presiding like François Mitterrand in a possible cohabitation of two years which would perhaps have allowed him to reconstitute his popularity and to run for a new term.

His failure to reduce unemployment, particularly among young people, the priority of his five-year term, his low popularity in polls and the pressure of ambitious friends led him not to stand for re-election.

By excessive optimism, he waited for the last moment to make his decision. What had François Mitterrand done to get rid of his possible competitors and especially Michel Rocard. But, applying the same tactic, to pronounce as late as possible but by renouncing, it contributed to delay, exaggeratedly, the primary of the socialist party and its allies. It prevented serious preparation, at the team, program, material … level of the candidates for his succession.

This is particularly visible in the unpreparedness of Benoît Hamon who is obliged to adjust, in a few weeks, his program after flamboyant advertisements but insufficiently elaborated.
Jean-Luc Mélenchon announced very early and his candidacy had more than one year to collectively develop his program and the means of his campaign.

During the late primary of the PS and its allies, Manuel Valls, prime minister who believed himself the legitimate pretender to the presidential post, followed his president in popular desamor. And suffered a terrible failure.
In a primary reserved for socialist members, François Hollande and Manuel Valls had a chance, according to polls. Primary being open, many left-wing voters of 2012 disappointed by François Hollande and his influential prime minister moved to eliminate Manuel Valls even though they thought not to vote for the winner of this primary, during the presidential ballot.

Beyond the promises and the oaths of pre-electoral intoxication, it is clear that Benoît Hamon’s opposition to the government could only lead to opposition from many ministers to his candidacy. Faced with the party’s indiscipline of Benoît Hamon, in his support for the Valls government and its critics, the indiscipline in the support and criticism of many ministers to his candidature is not surprising. They could hardly flagellate themselves by Benoît Hamon interposed!

Thus Benoît Hamon finds himself abandoned on his right by those to whom he opposed when they were in government and, on his left, by those who supported him, only to eliminate Manuel Valls.

There is no doubt that this primary, elimination for the President of the Republic, for the former prime minister and other former ministers, will be the subject of many reflections to the maintained PS whatever it is. After its triumphant adoption in 2012 and its less glorious new edition in 2017, it is not certain that a similar primary will be organized in 2022 …

The results of this primary have touched, by ricochet, Jean-Luc Mélenchon. He thought he had Francois Hollande or Manuel Valls as his opponent. The designation of Benoît Hamon, by all but Manuel Valls, with the participation of some of his supporters, disrupted his campaign and probably lost a few points.

The right in the turmoil

After the success of the socialist primary of 2012, the right has resumed the method. Again with unexpected results. First the elimination in the first round of the former president of the Republic and some former ministers. With the help of some left-wing voters who brought their newsletter to Alain Juppé and donated it to François Fillon. Clearly, political billiards is a difficult art.

But the story was not over and, in the second round, a former prime minister, already condemned by the judiciary but a favorite of the left, the center and the political whole, was dryly eliminated by the severe, serious, former collaborator of Nicolas Sarkozy, supported by the Catholic right. Finally a notable honest, investigated, with multiple contradictory and inaccurate statements, is proposed to succeed a defendant who had shocked the good society by its flimsy side. To drive, without states of mind, a truly right-wing policy.

With some disturbances among his supporters. But by his Christian repentance and his diabolical perseverance, Francois Fillon knew how to turn the situation around. If he did not have the large avenue, open to the Elysee, which was promised to him, he always remains in the race. He managed to be the candidate, perhaps unloved, of a hard right. Whatever the result of the election, the Fillon adventure, the Fillon adventures, will weigh on the future of the right.

Other changes are taking place in the political landscape.

Commentators have reiterated for years that the French electoral system, notably the uninominal ballot for two presidential and legislative elections, structured the electoral deadlines and blocked the emergence of any other political offer.

However, in other Western democracies, whatever the method of voting, with or without a presidential election, the situation is very different: Labor / Conservatives in the United Kingdom, CDU-CSU / SPD in Germany, Democrats / Republicans in the United States…

Paradoxically, some time ago, France, escaping this scheme, moved from the bipartisan to the tripartism PS, LR and … FN. Except to take again the speech of the FN, UMPS / FN. What would be more applicable to Germany with a Grand Coalition, CDU-SPD which has not yet fostered the emergence of a third credible force, neither liberal nor green, nor extreme right, nor extreme left.

Finally, who can say today what configuration will settle in France with the appearance, in addition to the FN, LR and PS, En-Marche and The Unbridled France?

Everything depends not only on the presidential election that will appoint two competitors at the end of the first round and only one president. But also of the legislative elections which will renew very strongly the composition of the National Assembly. With a large dispersion of candidates, at the risk of a Assembly without majority. Dispersion of the right and the center, dispersion of the PS, dispersion of Left of Left, unknown of En-Marche.

This renewal of the political staff during the legislative elections will be accentuated by the effects of the law on the non-cumulation of the mandates. Many deputy mayors will choose to retain their local mandate by sacrificing a deputy mandate that has become uncertain for many leavers.

To conclude on an optimistic note, one can hope that a rejuvenation and a feminization of the National Assembly will emerge. With an additional degree of optimism, parliamentarians who, knowing the anti-corruption legislation and feeling the diligence of judges, will be more scrupulous in the use of tax dollars. For this, the voters have a role to play: penalize the charged candidates. It would be a tsunami in the tsunami!

Unir le peuple !

Unir le peuple !

Marine Le Pen affirme Avec moi, celui qui déballera ses cartons à l’Élysée, ce sera le peuple. Seule contre tous, elle met en évidence, de façon imagée, sa prétention à parler au nom du peuple. Suggérant que les autres candidats à la présidentielle débattent en comparses, en connivence. Derrière cet apparent isolement, elle conduit à lancer des œillades vers une certaine droite qui ne comprend pas pourquoi cette séparation invisible, cette fragile paroi de verre, entre droite extrême et extrême droite, ne pourrait pas sauter pour établir enfin un gouvernement de rêve. Devant les évolutions convergentes de l’extrême droite dédiabolisante et la droite de plus en plus extrême et divisée.

Marine Le Pen, seule contre tous. Contre tous les étrangers, enfin contre tous les étrangers visibles. Le racisme est un délit, elle sait manier l’euphémisme. Et personne contre elle, contre ce qu’elle dit. Parce qu’elle est difficile à contrer. Comme son père que seul Bernard Tapie avait su renvoyer dans les cordes lors d’un tête à tête.
Ou bien on discute, pas à pas, les simplismes avancés et on la met en vedette en se mettant sur son terrain. Ou on ne lui répond que par des généralités éculées, reprises depuis des dizaines d’années face au père et à la fille, avec toujours les mêmes résultats. Ce qui commence à inquiéter beaucoup de monde au point de vue électoral.

Car ce qui inquiète, ce sont les résultats électoraux plus que la situation des électeurs, des citoyens, de ceux qui votent pour le Front national, insatisfaits d’avoir voté pour les uns ou pour les autres…

Lors du grand débat, chacun a fait, justement, ce qu’il sait faire. Chacun a mis en avant son programme. Quel programme ? Celui mené, à ce jour, par les gouvernements de droite ou de gauche, – aggravé ou amélioré ? – qui fait que, en France comme dans toute l’Europe, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus nombreux ?
Jusque là, pour faire barrage aux candidats du Front national ou à Le Pen, père ou fille, il y avait le Front républicain – l’UMPS – maintenant, il y a l’UMPS en un seul candidat, le jeune Emmanuel Macron !
Non pour résoudre les problèmes, traiter le mal à la source. Entendre la plainte de ceux qui votent pour et leur parler, leur faire des propositions qui soient audibles par tous.

Certes, le dérèglement climatique met en question la survie de l’humanité. Et les institutions nationales et européennes sont un obstacle qui rend impossible tout changement de politique sans intervention massive des citoyens.

Mais cela ne répond pas à leur problème immédiat. L’élection présidentielle est l’occasion de mobiliser ceux qui ont le plus intérêt au changement de politique économique, sociale. Ici. Changement, aussi, de politique étrangère et ses aventures militaires qui ne sont pas sans conséquence.

Unir le peuple !
Unir le peuple !

Faut-il enfin rappeler que, pour la première fois dans une élection présidentielle, deux candidats ont des problèmes avec la justice. Ce sont les deux candidats qui prônent la tolérance zéro pour les délinquants ! L’un a annoncé qu’il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle en cas de mise en examen. Il fait le contraire une semaine plus tard ! L’autre refuse de répondre à une convocation du juge !
Espèrent-ils, tous les deux, que leur élection éventuelle les mettra à l’abri de toute poursuite ?

Unir le peuple !

Des choses ont été dites, discrètement, lors du grand débat à la télévision. Mais qui s’est adressé, directement au cœur des 10 millions de téléspectateurs et, à travers eux, à tous ceux qui vivent dans un pays de plus en plus inégalitaire.

Qui leur a dit clairement que leurs problèmes ont les mêmes causes. Qu’aller les uns contre les autres les affaiblit ! Que c’est leur union qui fait leur force ! Sans distinction d’origine, de race ou de religion comme il est écrit dans l’article 2 de la Constitution de la V° République.

Si cet appel n’est pas lancé, fortement, s’il n’est pas entendu, le peuple marinera, longtemps.

Ménages de printemps… et d’automne

Ménages de printemps... et d'automne

La route est désormais dégagée pour les onze candidats à l’élection présidentielle (1). Les candidats ont été nombreux mais beaucoup éliminés soit, pour la grande majorité, parce qu’ils n’ont pas obtenu le nombre de parrainages nécessaires, soit parce qu’ils ont été écartés lors de la primaire à laquelle ils ont participé.

Bien que concourant tous, officiellement, pour l’élection présidentielle, leur place dans l’élection n’est pas exactement la même, ni leur but.

Certains, Jean Lassalle, Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, François Asselineau, Jacques Cheminade utilisent cette élection qui leur donne l’occasion, rare pour ces candidats disposant de faibles moyens, de s’adresser à toute la population dans l’élection la plus suivie par les médias et les citoyens en espérant élargir l’audience de leurs idées, de leur organisation.

Les autres, François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, espèrent réunir suffisamment de suffrages (ou font comme si…) pour pouvoir participer au second tour et affirment viser, réellement, la présidence de la République.
Ils poursuivent, dans le même temps, d’autres buts : comme les précédents, renforcer leur audience et celle de leur organisation, souvent aussi renforcer leur place dans leur propre organisation, préparer les élections législatives qui suivront la présidentielle, restructurer l’espace politique, préparer la rentrée d’automne. Avec des possibilités qui dépendent des résultats de la présidentielle.

Marine Le Pen est, parmi ces candidats, celle qui risque le moins, personnellement. Même si elle n’est pas élue pour participer au second tour, sa place à la tête du Front national ne sera pas remise en question. Il n’est pas certain qu’il en soit de même pour des personnalités, déjà contestées, dans son entourage.
Il est aussi difficile de prévoir ce que feront des militants, discrets pour ne pas gêner la dédiabolisation recherchée de l’organisation mais qui pourraient se sentir libérés par son échec.

Ménages de printemps... et d'automne

Pour François Fillon, une victoire, devenue plus difficile à cause de multiples affaires, le mettrait à l’abri de la justice, pour de nombreuses années sauf nouvel événement particulièrement grave. Ce serait bien différent s’il n’est pas élu…
Par ailleurs, une défaite sévère déclencherait une bataille sanglante au sein de la droite. On a bien vu, lors de la semaine du doute, que nombreux étaient ceux qui pensaient avoir un destin national.

Entre les clans, elle est, déjà, en cours pour s’assurer un groupe plus ou moins important, plus ou moins homogène à l’Assemblée nationale et pour le contrôle du parti. Les compromis passés avant le scrutin risquent d’être remis en question… Son élection aiderait François Fillon à renforcer son autorité. En cas d’échec et surtout s’il n’est pas retenu pour participer au second tour, la bataille s’ouvrirait dans un parti éclaté.

Emmanuel Macron doit, dès maintenant, faire le tri parmi les nombreuses personnalités de droite, de gauche ou d’ailleurs qui se précipitent, pas toujours désintéressées, sous son aile. Beaucoup seront déçus de n’avoir pas la place espérée.
La question est d’autant plus complexe qu’il n’a probablement pas une équipe prête à former un gouvernement relativement homogène, qu’il doit, dans les jours qui viennent, essayer de nommer 577 candidats pour les élections législatives en espérant emporter ce troisième tour de la présidentielle et obtenir une majorité à l’Assemblée nationale. Tout en mettant en place une ébauche de structure plus ou moins proche de la forme parti-attrape-tout-droite-gauche – avec quels équilibres ? – dont il s’est passé jusqu’ici.
Si de bons résultats et surtout une élection peuvent créer une dynamique, il n’est pas certain qu’elle soit suffisante pour faire céder les barons locaux et lui donner une majorité stable à l’Assemblée nationale.

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont un électorat qui se chevauche partiellement et qui rend improbable la présence de l’un de deux au second tour. D’où des pressions, notamment par pétition, pour que les deux candidats s’entendent. Il est fort probable que cette entente n’aura pas lieu pour de raisons qui ne tiennent pas seulement à des raisons psychologiques
Leur entente entraînerait une dynamique dont il est difficile de dire si elle serait positive ou négative… La politique a inventé les mathématiques post-modernes où 1000 + 1000 font rarement 2000, peuvent faire 2500 mais plus souvent 1500.
L
e demi-ralliement du PC à la candidature insoumise en est un exemple. Plus difficilement appréciable, le nombre des socialistes qui désapprouvent le programme trop écologique de l’accord Benoît Hamon avec EELV. Et ceux qui ont pris acte du programme écologiste de Jean-Luc Mélenchon, le rejoignent, comme Sergio Coronado dont la candidature était pourtant préservée dans le cadre de l’accord Benoît Hamon-EELV

A tout ceci, il faut ajouter le peu denthousiasme de certains participants à la primaire citoyenne de la Belle Alliance populaire, partisans des deux gauches inconciliables, qui refusent de soutenir Benoît Hamon ou soutiennent Emmanuel Macron… Ils seraient encore plus nombreux et véloces en cas d’entente avec Jean-Luc Mélenchon… sans parler du cas où L’insoumis serait le titulaire. Ce dernier a quitté le PS en 2008 et Benoît Hamon, le gouvernement seulement en 2014 et sans jamais le censurer !!!
Sans oublier, de l’autre côté, les réticences qu’auraient les insoumis à se mobiliser derrière Benoît Hamon !

Toutes ces tractations tournent autour de questions que le rattachement des élections législatives, un mois seulement après la présidentielle, vient compliquer.

Les programmes des candidats aux primaires, aussi bien celles de la droite et du centre que celles de la Belle Alliance populaire, ont montré qu’il pouvait y avoir des différences significatives entre les concurrents. Entre François Fillon et d’Alain Juppé d’un coté. Entre Manuels Valls et de Benoît Hamon de l’autre. Et encore plus entre Manuel Valls et Jean-Luc Mélenchon.
Ajouté aux querelles personnelles, cela rend difficile ensuite de parler d’unité.

La question des législatives et la répartition des 577 circonscriptions est un autre point central des discussions. On le voit aussi bien au niveau de la droite et du centre qu’à gauche. Circonscriptions réservées à EELV ou aux radicaux de gauche… Querelles entre la la France insoumise et le PCF…
Car la victoire à la présidentielle n’est rien sans une majorité à l’Assemblée nationale. La désignation des candidats à la députation est d’autant plus difficile qu’il n’y a, ni à droite, ni à gauche, de personnalité qui fasse consensus. Et qu’une telle personnalité à peu de chance de se dégager avant la présidentielle. D’où une distribution des sièges qui risque d’être remise en cause après la présidentielle.

Tout ceci risque d’aboutir à une multiplication des candidats pour chaque siège et à une chambre ingouvernable ?

Sans oublier les questions d’argent : depuis 1988, le financement public des partis politiques dépend des résultats aux élections législatives et du nombre de parlementaires, ce qui peut mettre en question la survie de certains.

Ménages de printemps... et d'automne

La restructuration de la gauche, peu discutée pour le moment, dépend en partie du résultat de la présidentielle, derrière la bataille fraternelle entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Autour du PS ? Celui de Benoît Hamon ou celui de Manuel Valls ? Ou celui d’Emmanuel Macron ? Autour de la France insoumise ? Avec quelle participation du PCF ?
Cette question ne se pose pas qu’en France mais de façon différente, en Allemagne, en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni… L’élection présidentielle, le poids de l’extrême droite la rendent peut-être plus aiguë, plus évidente, plus nécessaire.

Après les dégagements du printemps, bien des feuilles risquent de tomber à l’automne.

1 – Environ 70 personnes ont annoncé, à un moment ou à l’autre, leur candidature. Le Conseil constitutionnel a validé François Fillon (2953 signatures), Benoît Hamon (1717), Emmanuel Macron (1548),Jean Lassalle (708), Nicolas Dupont-Aignan (672), Jean-Luc Mélenchon (666), Nathalie Arthaud (623), Marine Le Pen (618), Philippe Poutou (573), François Asselineau (569), Jacques Cheminade (528).

Ménages de printemps... et d'automne

Bastille République de la France Insoumise

Suite au rassemblement à la Bastille, le 18 mars 2012, Jean-Luc Mélenchon avait appelé les soutiens de la France Insoumise à sa candidature pour une marche de la Bastille à République, ce 18 mars 2017.

 

 

 

Voici quelques images sur le parcours …

Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France InsoumiseBastille République de la France InsoumiseBastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France InsoumiseBastille République de la France InsoumiseBastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France InsoumiseBastille République de la France InsoumiseBastille République de la France Insoumise

Quelques images plus personnalisées.

Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise

Des points du programme repris par de nombreux manifestants.

Bastille République de la France Insoumise

Place de la République

Bastille République de la France Insoumise
Bastille République de la France Insoumise

Les urnes de Pandore

Les urnes de Pandore

Tout était prévu pour ces printanières élections. La campagne électorale n’a pas commencé, déjà, sur le bord de la route, quelques dégagés, en attendant l’ouverture des urnes de Pandore de la présidentielle et des législatives dont personne ne peut dire ce qui en sortira.

Surtout pas les sondeurs. Leur prudence apparaît après les déboires en France lors des primaires de droite et de gauche et lors du référendum britannique et de l’élection présidentielle aux États-Unis.

Désormais un sondage sur les élections ne peut être publié sans qu’il soit précisé : attention, il ne s’agit pas d’une prédiction du vote des Français mais d’une photographie des intentions à la date de réalisation du sondage (1).

Les sondeurs ne présentent pas encore correctement leurs résultats qui devraient être, par exemple : candidat A, 26 +/–3 %, candidat B, 23 +/-3 %. Ceci conduirait à reconnaître que ces résultats sont quasiment identiques pour A entre 23 et 29 % et pour B entre 20 et 26 %. Cela anéantirait la pertinence de maintes discussions, notamment sur les avancées ou les reculs de 1 ou 2 % de tel ou tel candidat.

Le second tour de la présidentielle 2017 devait être identique à celui de 2012.

Le président sortant, candidat naturel malgré les statuts de son parti, une politique rejetée dans les urnes aux élections intermédiaires, dans la rue (manifestations à répétition), au parlement (49-3), dans la courbe du chômage qui refusait de plier à ses injonctions depuis 2013 et même dans son impopularité lue… dans les sondages et la volonté d’exfiltration bienveillante de certains de ses amis qui avaient inspiré sa politique…
Finalement, François Hollande a pris la décision unique dans l’histoire de la V° République de renoncer à défendre son bilan dans la primaire de gauche d’abord et dans une éventuelle candidature à la présidentielle.

Après cette historique abdication, la primaire citoyenne de la Belle Alliance populaire, le parti socialiste et ses alliés du gouvernement, a entraîné un deuxième dégagement, celui du Grand Vizir qui voulait être Calife à la place du Calife, mis benoîtement sur la touche.

Petite tempête, chez EELV, troisième dégagement, l’ancienne ministre qui se croyait candidate légitime, dés le premier tour de la primaire écologiste.

Dégagement dès le premier tour de la primaire de la droite et du centre : l’ancien président de la République, doublement légitime, en tant qu’ancien président et tête du parti d’opposition, malgré un bruit de fond de casserole. Suivi, au second tour, du meilleur d’entre nous, ancien premier ministre, malgré le soutien de généreux contributeurs de la gauche, du centre, de la droite. Éliminé au profit du Premier-ministre-collaborateur-honnête-notable-discret mais résilient pendant cinq ans d’un président de la République parvenu et m’as-tu-vu.

Les urnes de Pandore

Avec le changement climatique, les perturbations sont quelquefois soudaines. Le notable, honnête, catholique, gaulliste, qui ne pouvait imaginer la candidature de son ancien chef de service, mis en examen, se retrouve quelque jours plus tard dans cette situation. Face à la perfidie de ses adversaires, de ses amis, de la presse et des juges, il n’hésite pas à faire appel au peuple de droite, contre tout le monde, pour renverser le vent de destitution annoncée. Appel gaullien et mea culpa, devant ses troupes catholiques, le voila transformé, obligeant tous, amis et ennemis, fidèles et traîtres, à se rallier car il y aura plus de joie à l’Élysée pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance.

Finalement, le désir de changement a, déjà, emporté deux anciens présidents de la République, deux anciens premiers ministres et une ancienne ministre. Tout ceci parfaitement imprévu par ceux qui savent, dont les déclarations remplissent quotidiennement la presse sous toutes ses formes. Et, bien sûr, imprévu par les sondages.

Les urnes de Pandore

Tous aux abris. Des dégagements, importants par le nombre, sont à prévoir avec les élections législatives : ceux qui annoncent leur renoncement, leur retraite et ceux qui, du fait de la limitation du cumul des mandats, donneront leur préférence à un mandat local sûr, qui n’est pas en jeu pour le moment, plutôt qu’à un mandat national incertain…

Il est possible d’annoncer un certain renouvellement du personnel politique au niveau national qui ne préjuge en rien d’un changement de ligne. Mais aussi des sondages toujours aussi intéressants à commenter. Par les mêmes toujours aussi compétents.

Reste qu’à ce jour, et le présent article n’y échappe pas, il a été beaucoup plus discuté des affaires que de la politique, de la ligne politique des candidats. On est cependant en droit de se poser la question de savoir si c’est une qualité ou un défaut.

Car l’impression qu’on peut avoir d’assister à la fin d’un régime, d’un système tient à plusieurs choses :

– la multiplication des affaires qui arrivent sur la place publique, qui témoignent d’un changement d’époque, même si beaucoup se terminent par un non-lieu dont chacun sait qu’il est dû surtout aux qualités procédurières des avocats ;

– la parole changeante d’un candidat d’une semaine à l’autre : je ne serai pas candidat si je suis mis en examen suivi d’un je serai candidat même si je suis mis en examen avec quelques hésitations mais sans aucune sanction des éléphants de son clan, ni semble-t-il de ses potentiels électeurs – encore faut-il attendre, prudemment, le résultat de l’élection ;

– le candidat élu ne suit que de très loin le programme qu’il a annoncé. La primaire, relativement réussi de la gauche en 2012, a permis de voir que la politique suivie par le président élu n’était pas celle attendue, notamment avec l’arrivée comme premier ministre de celui qui n’avait recueilli que 5 % des voix à cette primaire !

– l’apparition de concurrents qui ont été membres d’un même gouvernement, l’un ne s’est pas présenté à la primaire pour faire cavalier seul ou les autres se sont présentés avec des propositions complètement différentes en annonçant qu’ils se désisteraient en faveur du gagnant et qui refusent, ensuite, de le suivre parce qu’il maintient les propositions annoncées…

Seule espérance que cette déliquescence morale et politique soit sanctionnée par les électeurs à l’élection présidentielle et aux législatives..

Les urnes de Pandore

1 – Ces précautions n’existent toujours pas dans les autres sondages. Pour une raison simple : il est possible de comparer les résultats des sondages et de l’élection. Les erreurs apparaissent alors.
Ce moment de vérité n’existe pas devant tous les sondages qui assurent que les Français pensent telle ou telle chose. La qualité du sondage peut être difficilement estimée.

L’identité est un projet politique

L’identité est un projet politique

Les prochaines élections se feront en partie sur la notion d’identité nationale, de défense de l’identité nationale. Thème, depuis des années, de l’extrême droite et de la droite, sur lequel la gauche n’apporte pas de contribution satisfaisante.

Le débat sur l’identité nationale.
La première contribution est simple. Il suffit que l’extrême droite dise l’Angleterre est une île, pour entraîner une réponse fulgurante, l’Angleterre n’est pas une île ! Cette fausse réponse n’a pas plus d’effet sur la montée de l’extrême droite et de ses idées que sur les moyens de communication entre le continent et les Îles britanniques.

Répondre à une question en la niant. Malheureusement, la droite martèle sa réponse et, comme aucune réponse claire ne vient de la gauche, la seule entendue, de droite, devient l’évidente vérité.

En suivant cette voie, certains croient résoudre le problème en affirmant : l’identité nationale, ça n’existe pas. Parce que l’identité n’existe pas. Parce que la nation n’existe pas. Ce ne sont que des constructions historiques. Déconstruire, disent-ils, et l’identité et la nation. Sans rien proposer de positif. Par de longs articles et de gros livres qui n’atteignent en rien le cœur qu’ils visent : le sentiment national reste intact dans la grande masse des gens. Peut-être même quelquefois, négligé, brocardé, ce sentiment national en est-il exacerbé.

De façon triviale, il suffit de voir l’augmentation du nombre de licenciés dans tel sport, hier pratiquement inconnu, à la suite des succès de l’équipe nationale ou l’audience des reportages télévisées lors des grands matches d’une équipe nationale… Bien entendu, cela n’a rien à voir avec le sentiment national, avec l’identité nationale, c’est seulement l’amour du sport… Il suffit de ne pas mettre de réunion politique ces jours là…

Emmanuel Macron, et-gauche-et-droite, a prononcé, le 10 janvier à Berlin, un discours entièrement en anglais, par facilité et pour que nous nous comprenions sur la relation franco-allemande et le futur de l’Union européenne. Il a affirmé, la culture française n’existe pas, le 5 février à Lyon, l’art français, je ne l’ai jamais vu, le 21 février à Londres. Emmanuel Macron est candidat à la présidence de la République française ? L’a-t-il vue ? Existe-t-elle ? A-t-elle besoin d’un président ? Ce n’est, après tout, qu’une construction historique !

L’identité est un projet politique

Identité nationale et immigration
Ce débat sur l’identité nationale se double de celui sur l’immigration. Sur l’immigration et l’identité nationale, l’immigration comme danger pour l’identité nationale (1).

La réponse de la gauche à cette mise en question de l’identité nationale par l’immigration suit la rhétorique bien connue : la vieille casserole trouée que tu ne m’as jamais prêtée, je te l’ai rendue neuve. L’identité nationale n’existe pas et voyez comment l’immigration, qui ne touche en rien à l’identité nationale, a participé et participe à son enrichissement, à son rayonnement depuis Marie Curie jusqu’à Zinedine Zidane, l’équipe black-blanc-beur et le couscous.

Il est évident que l’immigration a une relation avec l’identité nationale. De même que Europe ou la mondialisation. Et que l’identité nationale a été, est et sera modifiée par l’immigration, par l’Europe et la mondialisation. En bien et en mal. Cela dépend beaucoup de comment ces questions sont traitées à l’intérieur. L’identité nationale d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier. Ou plutôt, c’est celle d’hier modifiée par de multiples contacts avec le monde dont l’immigration, l’Europe, la mondialisation...
Car l’identité nationale n’est pas définie
scientifiquement. Ni pour l’éternité. Elle évolue en fonction des faits historiques. De leur interprétation. De l’image de la France qui est renvoyée de l’extérieur.

L’identité nationale inclut, parfois de manière conflictuelle, les multiples appartenances individuelles et collectives qui, finalement, la constituent : identités régionales, professionnelles, religieuses, linguistiques, sociales, ethno-raciales… Elle peut être niée, refusée par des individus ou des communautés tout en y participant, volontairement ou non (2).

L’histoire française, comme l’histoire de tout pays, il n’y a pas de pays élu, est aussi riche de choses admirables que de choses épouvantables. C’est un bloc dans lequel il est nécessaire de faire le tri. Mais dont les cotés positifs ou négatifs imprègnent tout le monde, différemment. Il n’est pas possible d’effacer totalement l’Histoire mais on peut la relire en fonction de ce que l’on en sait à un moment donné, des questions qui se posent, de l’avenir qu’on envisage…
L’identité nationale n’est pas donnée, n’est pas achevée. Elle n’est pas totalement homogène. Elle contient des contradictions. Et à partir de ces contradictions, elle est toujours en construction. C’est la volonté de construire un avenir en s’appuyant sur les faits historiques qui sont porteurs de tel avenir. C‘est un projet politique.

L’identité est un projet politique

L’anti-France
Évidemment, chacun peut avoir des idées différentes de l’identité nationale, des valeurs qui la fondent : officiellement, les valeurs qui fondent l’identité nationale sont Liberté, Égalité, Fraternité. Ce sont des valeurs inclusives. Valables pour tous. Inscrites dans la Constitution, sur les frontispices.
Cela ne veut pas dire
qu’elles sont correctement appliquées mais que chacun peut s’en réclamer. Cela ne veut pas dire qu’elles sont pleinement reconnues par tous. Elles sont combattues par certains.

Léon Daudet, en 1918 : Il faut qu’on le dise : l’affaire du traître Dreyfus a eu comme premier résultat une première invasion, la formation chez nous d’une anti-France.
Charles Maurras parle des quatre États confédérés, protestants, juifs, francs-maçons et métèques.
Le régime de Vichy s’identifie à Travail, Famille, Patrie et le communiste, le juif, le franc-maçon et l’étranger sont les forces de l’Anti-France. Aujourd’hui encore, les intégristes catholiques interprètent ainsi l’avènement de la France moderne comme le triomphe du complot mené par l’Anti-France constituée par les « juifs, protestants, métèques et franc-maçons » contre la chrétienté (3).
Pendant la guerre d’Algérie, ceux qui luttaient contre cette guerre et contre le colonialisme français étaient aussi qualifiés d’anti-France. Voici que maintenant, pour un candidat à la présidence de la République, la colonisation française est un crime contre l’humanité ! (4)

La droite reproche aux bien-pensants d’enfermer les Français, en permanence, dans la culpabilisation et la repentance. Elle exige que l’on regarde, que l’on enseigne l’Histoire de France comme un roman national, l’excellence incarnée : My country, right or wrong ! Bon ou mauvais, mon pays !
Contre certaines vérités dérangeantes. Comme des familles vivent sur un secret malheureux qui les marque perpétuellement. La France officielle n’a pas toujours été du bon coté. N’a pas toujours appliqué les principes qu’elle proclame. Et quand son gouvernement a fait un choix pour le moins discutable, il y a toujours eu, heureusement, des Français, plus ou moins connus, plus ou moins nombreux, pour ne pas le suivre et choisir l’anti-France.

Le plus célèbre hérétique, dans l’histoire moderne, est le général De Gaulle, avec bien d’autres, en France, à Londres ou ailleurs, minoritaires, condamnés par le gouvernement officiel de la France, qui ont refusé de suivre le maréchal Pétain, dans l’armistice et la collaboration. Tous les deux, Pétain et De Gaulle, ont été au pouvoir avec l’aide d’armées étrangères, le premier avec l’aide de l’armée allemande nazie et des collaborateurs, le second avec celle des armées alliées et des Résistants.
Tout le monde aujourd’hui se glorifie, officiellement, de l’appel du 18 juin, de la Résistance, de la République restaurée… Tout est bien qui finit bien !

La colonisation, elle, n’a pas bien fini ! Elle n’est pas encore finie dans touts les têtes.
Si dans un premier temps, le jeune Jean Jaurès pensait comme Jules Ferry que les peuples supérieurs ont le droit et même le devoir de civiliser les peuples inférieurs. Peut-être pensait-il que la colonisation allait leur apporter, de façon un peu forcée, dévoyée, l’universalisme français, Liberté, Égalité, Fraternité… Il ne tarda pas à comprendre : La politique coloniale […] est la conséquence la plus déplorable du régime capitaliste, […] qui est obligé de se créer au loin, par la conquête et la violence, des débouchés nouveaux. Et, paroles prémonitoires ? Mais si les violences du Maroc et de Tripolitaine achèvent d’exaspérer, en Turquie et dans le monde, la fibre blessée des musulmans, si l’islam un jour répond par un fanatisme farouche et une vaste révolte à l’universelle agression, qui pourra s’étonner ? Qui aura le droit de s’indigner ? »(5).
Est-ce ce Jean Jaurès que Nicolas Sarkozy voulait récupérer ?

De même, Georges Clemenceau répond à Jules Ferry : Non, il n’y a pas de droits de nations dites supérieures contre les nations dites inférieures ; il y a la lutte pour la vie, qui est une nécessité fatale, qu’à mesure que nous nous élevons dans la civilisation, nous devons contenir dans les limites de la justice et du droit ; mais n’essayons pas de revêtir la violence du nom hypocrite de civilisation ; ne parlons pas de droit, de devoir ! La conquête que vous préconisez, c’est l’abus pur et simple de la force que donne la civilisation scientifique sur les civilisations rudimentaires, pour s’approprier l’homme, le torturer, en extraire toute la force qui est en lui au profit du prétendu civilisateur. Ce n’est pas le droit : c’en est la négation. Parler à ce propos de civilisation, c’est joindre à la violence l’hypocrisie (6).

C’est le même général De Gaulle qui a refusé d’approuver la signature de l’armistice quand la France était militairement vaincue, qui signe la fin de la guerre d’Algérie alors qu’elle ne l’était pas. Mettant fin à l’empire colonial qui avait survécu, en partie grâce à lui, à la seconde guerre mondiale !

Le général De Gaulle a su transformer le récit national, recréer l’unité nationale, revivifier l’identité nationale, en faisant de la guerre de 1940-45 une victoire française grâce à la résistance intérieure et extérieure, en oubliant, en intégrant ceux qui avaient été du mauvais coté. Ce qu’il a su faire après la Seconde guerre mondiale qui avait pourtant profondément divisé les Français, il ne l’a pas réussie avec la décolonisation, après l’indépendance de l’Algérie.

L’identité est un projet politique

Esclavage et traite des Noirs
La droite veut gommer l’esclavage et la traite des Noirs. Il est impossible d’oublier que l’État a souvent, pas toujours, soutenu l’esclavage ou la traite dont certains ont tiré de gros profits. Il faut dire clairement qui a favorisé, entretenu, tiré bénéfice de l’esclavage et de la traite. Et qui n’y est pour rien et qui l’a combattue.

Louis X dans un édit de 1315, le sol de France affranchit l’esclave qui le touche. Louis XIII autorise la traite en 1642 et surtout le grand Louis XIV l’organise, fonde la Compagnie du Sénégal pour fournir des esclaves à Saint-Domingue. Il promulgue en 1685 le fameux Code noir qui range l’esclave au rang de meuble qui peut être vendu ou transmis par héritage. L’autorisation de la traite permet de faire librement le commerce des nègres. Le profitable commerce triangulaire : plus de 3300 expéditions négrières à partir des ports français.

Tout le monde, en France, n’est pas responsable de la traite et de l’esclavage. On connaît le vœu de Champagney, un de ces villages qui, dans son cahier de doléances de 1789, demande l’abolition de l’esclavage. D’autres cahiers contiennent des revendications équivalentes. En 1788, est fondée la Société des amis des Noirs, pour l’égalité, l’abolition de la traite et de l’esclavage, présidée par Jacques Pierre Brissot et Étienne Clavière puis par Condorcet et Jérôme Pétion de Villeneuve.
L’esclavage est aboli en 1794… La France
est le premier pays à abolir l’esclavage dans ses colonies… rétabli en 1802 par Napoléon Bonaparte… et heureusement aboli à nouveau en 1848. Cette abolition est alors inscrite dans la Constitution (7).

Si la notion de crime contre l’humanité n’est entrée dans le droit positif qu’en 1945, lors du procès de Nuremberg pour juger le nazisme, Patrick Weil rappelle… en 1848, le décret qui abolit l’esclavage le déclare déjà « crime de lèse-humanité » et prévoit la déchéance de nationalité pour tout Français qui se livrerait à la traite ou achèterait un esclave. Il ne faisait que reprendre le dispositif voté en 1794. La République française a donc été la première à inscrire le concept de crime contre l’humanité dans son droit appliqué à l’esclavage. Toute cette histoire, liée à nos colonies, fait partie intégrante de l’histoire de France. Il faut l’enseigner, ce qui permet de faire une histoire commune qui parle à tous les Français (8).
Le pape François a repris, récemment, le terme de lèse-humanité dans un message du 8 décembre 2014. Aujourd’hui, suite à une évolution positive de la conscience de l’humanité, l’esclavage, crime de lèse- humanité, a été formellement aboli dans le monde. Le droit de chaque personne à ne pas être tenue en état d’esclavage ou de servitude a été reconnu dans le droit international comme norme contraignante (9)..

Cette brève histoire de l’abolition de l’esclavage et de la traite, qui ne rappelle pas les multiples révoltes des intéressés dans les territoires français, avec notamment, Le Noir des Lumières, Toussaint Louverture (10), montre bien qu’il n’est pas possible d’en faire porter la responsabilité à tout le monde et qu’elle mériterait d’être enseignée dans les écoles. Tous les Français, encore moins les contemporaine, ne sont pas responsables de l’esclavage et de la traite mais tous méritent de savoir. Il y a eu l’esclavage et la traite, et des opposants, cela fait partie de l’Histoire de France.

On peut rappeler et raconter cette histoire sans haine et sans fausse culpabilisation. Comme l’a fait la commune de Champagney en érigeant un mémorial de l’esclavage, la Maison de la Négritude et des Droits de l’Homme en 1971 ou la ville Nantes avec le Mémorial de l’abolition de l’esclavage d’Europe ouvert en 2012. Alors que Nantes est le port le plus important de la traite négrière, du commerce triangulaire, responsable du transport de 450 000 Noirs, soit 42 % de la traite française du XVIII°siècle… qui ne finira qu’en 1831 malgré les interdictions. Nantes lui doit théâtre, bourse, places, hôtels particuliers, folies.
Il est possible d’échapper au roman national[de Nicolas Sarkozy] pas forcément la vérité historique dans son détail ( vous avez dit détail ? 430 000 Noirs déportés par les navires français ?) et le remplacer par un récit historique. Il n’est pas question de faire croire, accusation de Dimitri Casali, que les Français ont tous été d’horribles esclavagistes au XVIIIe siècle, d’infâmes colonisateurs au XIXe siècle et uniquement des collabos au XXe siècle… (11). Ni de dire que l’histoire de France est une large avenue pavée de roses. Seulement rétablir les faits dans leur complexité.

Il a fallu attendre 1995, 50 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour que Jacques Chirac, président de la République, reconnaisse la responsabilité de l’État français dans la déportation et l’anéantissement de près de 76 000 juifs de France. Les mots de Jacques Chirac, la reconnaissance de la responsabilité de l’État français ne sont pas une atteinte à l’identité de la France, bien au contraire : Il est, dans la vie d’une nation, des moments qui blessent la mémoire et l’idée que l’on se fait de son pays… Oui, la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’État français. Ce qui est une atteinte à l’identité de la France, ce sont les faits. La négation des faits. La non-reconnaissance des faits. Tout de qui donne à penser qu’il existe toujours une solidarité de la France, du gouvernement de la France avec ceux qui ont commis de telles actions.
D’autres Français ont commis le crime de solidarité avec les juifs pourchassés pendant l’occupation, car c’était un crime, dangereux pour ceux qui se sont alors engagés. Aujourd’hui, ils sont reconnus comme des justes parmi les nations.
Sans pousser la comparaison trop loin, les risques ne sont pas les mêmes, aujourd’hui, la solidarité avec les sans papiers est un délit. Comment seront perçus demain ces actes de solidarité ?

L’identité est un projet politique

Alors qui défend l’identité nationale ? Qui est l’anti-France ?
Les dreyfusards ou les anti-dreyfusards ? Les résistants ou les collaborateurs ? Les anticolonialistes ou les colonialistes ? Tout dépend, évidemment, de l’idée qu’on se fait de la France, de l’identité nationale, du projet politique que l’on a pour la France. L’identité nationale dans chaque période, douloureuse ou non, dépend de choix politiques. Elle guide, elle est construite, à chaque instant, par des choix politiques. Elle est la charpente d’une certaine continuité.

A travers ces quelques exemples, on voit qu’il est possible de tenir un autre langage que le déni de vérité ou la culpabilisation de tout le monde. De reconnaître les faits dans leur complexité, leur contexte. Et, peut-être, permettre à chacun de mieux se situer dans cette Histoire de France.

Les risques de l’identité nationale
L’identité nationale n’est pas faite seulement de valeurs proclamées, imparfaitement assumées, même si elle sont officielles. C’est aussi la langue, la culture, la grandeur passée, contestée aujourd’hui, grandeur en partie liée à des guerres, à des conquêtes coloniales, aux anciens empires. Le poids de l’histoire politique que tout le monde ne lit pas de la même façon. Lectures contradictoires, obscurément mêlées.
Et de l’image renvoyée par les regards extérieurs . La France, c’est alors la Tour Eiffel, Zinedine Zidane… De Gaulle, les philosophes du XVIII° siècle, les Lumières et la Révolution, le pays qui a inventé les Droits de l’Homme et du Citoyen, non le pays des droits de l’Homme car il ne les respecte pas toujours, ni dedans, ni dehors…

Un risque important pour tout pays est de proclamer son identité nationale comme supérieure à toutes les autres et d’entraîner vers le nationalisme et l’affrontement avec les autres nations.
Ce risque est important pour la France. Parce que l’identité nationale s’appuie, pour les uns sur la nostalgie d’une grandeur passée, pour les autres sur des valeurs à prétention universelle. Qui ont pu être dévoyées pour justifier des aventures extérieures, mélangeant vrai nationalisme et faux universalisme : exporter militairement les Droits de l’Homme ou civiliser les races inférieures.
Dans tous les cas, il ne s’agissait pas de faire le bonheur des peuples, contre leur volonté, mais de s’assurer d’avantages économiques, de débouchés et de sources de matières premières. Comme le disaient à leur époque et Jean Jaurès et Georges Clemenceau.

Ce qui est un danger pour l’identité nationale, plus que l’immigration elle-même, c’est la manière dont elle est traitée, c’est la contradiction lancinante entre les textes sacrés et les paroles, les actes de ceux qui gouvernent ! La manière dont est conduit le débat sur l’immigration, les réfugiés, les sans papiers, la nationalité. Faute d’un avenir solidaire pour tous, proposer à ceux qui souffrent un exutoire illusoire contre ceux qui sont encore plus démunis. Remplacer les clivages sociaux, par des clivages raciaux. La lutte des classes par la lutte des races.

Les populations défavorisées ont toujours été concentrées dans des banlieues, des quartiers stigmatisés : hier, banlieues ouvrières, contestation sociale, politique incarnée par le PCF, de ce fait appelées banlieues rouges ; aujourd’hui qualifiées par l’origine des habitants et non par leur statut social et stigmatisés comme banlieues ou quartiers immigrés.

On aimerait entendre des voix politiques plus fortes pour unir ceux qui souffrent plutôt que les diviser. Quelles que soient leurs origines. S’inspirer du passé pour préparer l’avenir et réunir autour des principes fondamentaux les enfants de ceux qui, hier, ont pu être sur des positions différentes mais qui, aujourd’hui, doivent se retrouver dans la lutte pour l’égalité, la solidarité.

En 1983, à la suite d’une flambée de crimes racistes, des jeunes de la banlieue de Lyon ont lancé la Marche contre le racisme et pour l’égalité, revendication politico-sociale transformée par la presse en Marche des beurs ! Marche ethnique. Communautaire ?
Reçus à l’Élysée par le président Mitterrand, les marcheurs obtiennent la carte unique, valable 10 ans, renouvelable automatiquement, pour les résidents étrangers alors qu’ils étaient conduits par Toumi Djaïdja, français, fils de harki, qui n’avait pas besoin de cette carte. Ils s’étaient réunis, quel que soit le parcours de leurs parents, dans une revendication de dignité, d’égalité plus que de contestation.
Ce titre de résident a été démantelé progressivement dans les années suivantes, par les gouvernements successifs.

L’identité est un projet politique

Comment faire adopter et croire à des principes affichés quand ils sont bafoués, tous les jours, ouvertement ? Les jeunes chanteront peut être La Marseillaise mais que pensent-ils quand ils sont victimes de plaisanteries douteuses, du plafond de verre, des contrôles au faciès. Quand les auteurs de bavures s’en tirent toujours avec un non lieu ? On ne peut pas mettre tous les policiers dans le même sac : tous ne sont pas des baveurs. On ne peut pas mettre tous les députés dans le même sac : tous ne font pas profiter leur famille d’emplois fictifs ! Pourquoi tous les jeunes sont-ils mis si facilement sur le même plan ?

Une lecture dépassionnée de l’Histoire est nécessaire pour former le citoyen moderne qui ne peut être étroitement nationaliste mais qui, fort d’une ouverture compréhensive du passé national, sera mieux armé pour comprendre sa place en Europe et au Monde.

Malgré les déclarations stigmatisantes, répétées depuis des dizaines d’années, contre l’immigration non seulement par la droite et l’extrême droite mais aussi par de nombreux politiciens de gauche, il faut remarquer la résistance, la tolérance du peuple français. Il faut remarquer les sondages sur les personnalités les plus populaires, les plus aimées des Français, les résultats favorables au droit de vote des résidents étrangers.

L’absence d’agressions irréparables qui auraient pu passer comme des actes de vengeance, d’une partie de la population sur une autre à la suite des attentats (12).
La population résiste à ceux qui voudraient réserver la solidarité nationale aux seuls Français. A ceux qui voudraient l’entraîner dans une bataille des civilisations.
Exclure certains de la solidarité nationale, c’est pousser à la recherche de solidarités subsidiaires, c’est pousser à des regroupements communautaires. Qui ont toujours existé de façon temporaire mais qui disparaissent dés que la solidarité institutionnelle répond aux besoins.
C
e pays est plus riche que jamais mais la politique d’austérité creuse de plus en plus les inégalités et encourage la concurrence entre les plus défavorisés. Il faut faire l’unité contre l’austérité, contre les inégalités.

Il faudrait aller plus loin, trouver les mot pour parler à la raison mais aussi au cœur. On voit bien que, malgré le climat anti-immigrés, anti-réfugiés, sans aucun appui d’aucun parti national, de nombreux actes de solidarité s’organisent ici et là pour aider ou accueillir.

Un simple coup d’œil sur la presse permet de voir que les élus ne sont pas à la hauteur du peuple ! Ils se préoccupent plus de la montée de l’extrême droite dans les sondages que de la situation qui fait que des citoyens en arrivent à voter pour elle. Ils voient que d’autres enfreignent la loi par solidarité mais ils sont incapables de prendre les mesures, de prononcer les mots qu’il faudrait pour réintégrer tous ceux qui se sentent exclus.

L’identité est un projet politique

1 – Le Musée de l’histoire de l’immigration a été ouvert en 2007, il n’a été inauguré qu’en 2014… enthousiasme.

2 – Quand je suis parti en coopération en Algérie, en 1964, je disais je ne suis pas français, je suis socialiste (pas à la manière SFIO). J’ai rapidement changé d’idée et j’ai alors dit, je suis socialiste français.

3 – https://fr.wiktionary.org/wiki/anti-France

4 – L’Allemagne a édifié un centre de documentation sur le nazisme, inauguré, en présence de la ministre fédérale de la Culture, de vétérans américains et de survivants de l’Holocauste, sur le site de l’ancien QG du parti nazi à Munich, le 30 avril 2015, jour anniversaire de la libération de la capitale bavaroise par les troupes américaines et du suicide de Hitler, dans son bunker berlinois (Le Figaro 30/04/2015). Y-aura-t-il un jour, en France, un centre de documentation sur le colonialisme français ?

5 – http://www.jaures.eu/syntheses/jaures-et-le-colonialisme/

6 – http://www.lecanardrépublicain.net/spip.php?article31

7 – http://dp.mariottini.free.fr/esclavage/france-negriere/france-negriere.htm

8 – Alter éco septembre 2015

9 – http://www.hommenouveau.fr/1141/rome/l-esclavage-un-crime-de-lese-humanite.htm

10 – https://www.herodote.net/Toussaint_Louverture_1743_1803_-synthese-403.php

11 – Le Figaro Vox, 20/09/16

12 – Rachid Benzine Politis 13/10/16

L’identité est un projet politique

Étendre le dialogue

14 janvier 2017
Étendre le dialogue

Dans trois mois, élection présidentielle : politiques, observateurs, commentateurs discutent du tiercé gagnant. Pourtant facile à prévoir.
Le premier parti de France sera celui des non participants, non inscrits et abstentionnistes, suivi de celui des contestataires et, en dernière position, celui des partis de gouvernement qui se disputeront les restes. Même si, comme lors des élections précédentes, le nombre d’inscriptions de dernière minute a été important, même si la participation est toujours plus forte lors des élections présidentielles.
Se fiant aux sondages, pourtant malmenés ces derniers temps, la sphère médiatique spécule sur le candidat qui, ayant obtenu le plus fort reste, sera face à Marine Le Pen, avec de fortes probabilités d’arriver à la présidence de la République.

La faiblesse chronique de la participation ne chagrine guère politiques et journalistes. Seule question soulevée : qui bénéficiera de la plus ou moins grande participation ?
Pourtant le taux de participation devrait être la principale préoccupation de tous les démocrates. Une faible participation traduit un rejet, un dégoût des politiques ou, au moins, un sentiment de l’inutilité du choix, une indifférence à tout projet commun. Une négation de la démocratie.

A la vue des élections à l’étranger, aux États-Unis et dans plusieurs Länder en Allemagne, des référendums, au Royaume-Uni, le Brexit et, en Italie, l’échec de Mateo Renzi, il est permis de penser que la majorité des peuples des démocraties occidentales désapprouvent, plus ou moins largement, les politiques suivies ou proposées par les partis de gouvernement.
La plupart des gouvernements démocratiques tiennent leur pouvoir d’une minorité de la population de leur pays. Cela devrait les amener à en gommer les aspérités les plus blessantes. Au lieu de quoi, ils semblent s’aligner les uns sur les autres pour aller chaque jour plus loin.
Ils poussent les citoyens à s’enfermer davantage dans un isolement, individuel ou collectif, aux sombres perspectives. Dans un ressentiment qui risque, un jour, d’être explosif.

Pourtant face à ces gouvernements, à ces politiques, la société civile n’est pas sans réactions. La France a connu d’importantes manifestations de masse, répétées, pour exprimer le rejet de la loi travail, rejet confirmé par le Parlement qui a conduit le gouvernement a utiliser l’article 49-3 pour la faire adopter.
Il fut un temps où le gouvernement tenait compte de l’importance des manifestations, de l’opinion du parlement et retirait ou modifiait en conséquence son projet de loi pour obtenir un relatif consensus.
Il n’en est plus de même sous la direction du
faible président de la République et de son gouvernement. Qu’en sera-t-il demain avec son successeur ?

A coté des manifestations traditionnelles, de multiples initiatives prenant des formes diverses s’efforcent de contester les politiques suivies, considérées comme illégitimes. Depuis Nuit debout jusqu’à des actions de désobéissance civile, heureusement non violentes. Ces actions, sans entraîner de larges masses, trouvent des appuis dans une partie significative de la population et, bien que formellement illégales, un commencement de légitimité devant certains tribunaux.

Récemment, lors du procès intenté par BNP Paribas, Jon Palais était jugé pour le vol de 14 chaises, à visage découvert, dans une agence parisienne de la banque, en octobre 2015. Devant le concept de réquisition citoyenne de chaises contre l’évasion fiscale – rendez les milliards, nous rendrons les chaises ! – invoqué par Jon Palais, le procureur a confirmé la légitimité de ces actions en demandant la relaxe alors que BNP Paribas, non représentée au procès, demandait 1 € de dommages et intérêts. Le verdict sera rendu le 23 janvier prochain.

A Nice, Pierre Alain Mannoni était poursuivi pour avoir transporté, dans sa voiture, trois Érythréennes. C’est à dire pour avoir favorisé l’aide à l’entrée et au séjour sur le territoire national d’étrangers en situation irrégulière. Il a été relaxé par le tribunal correctionnel des Alpes Maritimes qui considère qu’il n’avait fait que préserver la dignité de ces personnes. Le parquet a fait appel (1) une dizaine de procès sont prévus à Nice dans les 3 mois qui viennent).

Devant le grand froid annoncé, une réquisition de salles de l’Hôtel Dieu à Paris a été organisée par le DAL (Droit au logement) pour mettre à l’abri des personnes sans logement et une aile de l’hôpital leur a été attribuée. Ce dont le DAL se félicite qui rappelle que des milliers de m2 sont toujours vacants à l’Hôtel Dieu, dans les locaux de l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris et dans les hôpitaux en général, tandis que le nombre de sans abris ne cesse d’augmenter.
A Toulouse, le DAL local a annoncé la réquisition du pavillon de dermatologie de l’hôpital de La Grave, avec des sans toit, et invite à apporter des matelas, couvertures, matériel de cuisine, nourriture…

Étendre le dialogue

Si des actions de désobéissance civile, non violente, sont conduites dans plusieurs domaines – résistance à l’agression publicitaire, lutte contre les grands projets inutiles et imposés, réquisitions de logement vacants – c’est dans le domaine de l’accueil des étrangers en situation irrégulière que les actions de solidarité, légales ou non, sont le plus fréquentes depuis le réseau éducation sans frontière, la défense des mineurs étrangers isolés, l’aide à ceux de Calais, aux réfugiés voulant passer la frontière italienne…
On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est légalement organisée par des citoyens regroupés en comités d’accueil pour réfugiés délocalisés qui se forment malgré l’opposition de certains politiques et même d’élus.
Une centaine d’organisations associatives ou syndicales, locales ou nationales, ont publié un manifeste pour préserver le droit de regard, le droit de critique, le droit de s’opposer à des politiques qu’on désapprouve, le droit de se conduire autrement qu’en agent de politiques de fermeture : le droit d’agir en toute humanité (2 L’Humanité 12/01/17).

C’est un phénomène identique à celui observé en Allemagne au moment où de nombreux réfugiés arrivaient mais, là-bas, avec le soutien d’Angela Merkel, alors qu’ici le chef du gouvernement, laïque, et le prétendant, chrétien, à la présidence de la République font un concours à celui qui rejettera le plus de demandeurs d’asile.

Reste que ces manifestations, ces comités, ces collectifs, ces organisations qui montrent la voie, qui s’engagent réellement, personnellement, sont encore minoritaires dans la population comme le gouvernement avec la loi travail, et que leur volonté, leur courage n’a pas l’efficacité du 49.3 pour modifier la loi ou la pratique générale. Qu’ils n’ont pas trouvé la forme politique, la voix, les voix pour toucher la majeure partie de la population. Pour faire comprendre que la solidarité n’est pas la charité, que la mobilisation pour les uns et les autres, aujourd’hui les réfugiés ou les sans abri, est le chemin vers une solidarité plus grande et pour entraîner tous ceux qui s’enferment aujourd’hui et qui sont, peut-être, déjà victimes de certaines exclusions ou qui les craignent, demain.

Le succès de leurs engagements n’est possible que s’ils s’adressent au cœur de tous les Français et s’ils savent les mobiliser, au moment des élections – on aimerait entendre des voix de candidats qui rejettent les rejets – ou hors élection. S’ils arrivent à convaincre, largement au-delà des sphères politiques, militantes, humanitaires que la vie des gens, ici ou ailleurs, est plus importante qu’un pourcentage. Que l’accueil peut même être, comme on est en train de s’en apercevoir en Allemagne, un facteur positif au point de vue économique (3 Le Monde 13/01/17). Certes dans des circonstances différentes.

Pour cela, il faut inventer un nouveau langage, sortir de l’entre soi militant, pour prendre en compte la situation difficile dans laquelle bien des Français sont enfermés. Pour montrer que cette situation n’est le fruit ni des réfugiés, ni des sans abri, ni des sans papier, ni de la fatalité mais d’une politique nationale et internationale qui organise la montée des inégalités, la lutte de tous contre tous, la division de ceux qui ont intérêt à lutter ensemble contre les politiques austéritaires.

Ce sont les mêmes forces qui organisent les interventions extérieures, économiques et financières qui appauvrissent les populations ! Et militaires pour défendre les intérêts de qui ? Avec pour conséquence des millions de malheureux qui fuient misère et conflits. Tandis qu’ici, les mêmes forces politiques, économiques et financières rognent les dépenses publiques entraînant la diminution et la qualité des services publics dans tous les domaines santé, école, justice, sécurité publique, logements sociaux…

https://i0.wp.com/img.over-blog-kiwi.com/1/50/62/12/20170114/ob_70420d_160327picabia.jpg

1 – Une dizaine de procès sont prévus à Nice dans les 3 mois qui viennent.

2 – L’Humanité 12/01/17

3 – Le Monde 13/01/17